Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

Communiqué de presse du 4 février 2016

Les 13 et 14 janvier derniers, la France a été auditionnée par le Comité des droits de l’enfant de l’ONU, chargé, tous les 5 ans environ, du suivi de l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) par chaque pays signataire.

Sans surprise, ce comité réitère, dans sa recommandation publiée le 4 février 2016, sa demande à la France d'interdire explicitement le châtiment corporel des enfants dans les familles, à l'école et en tout lieu accueillant des enfants. Ci-dessous le texte du communiqué que nous envoyons aux principaux médias et que nous vous invitons à faire circuler.

Télécharger le communiqué de presse en pdf


Réaction de l’OVEO à la recommandation du Comité des droits de l’enfant de l’ONU appelant la France à adopter une loi d’interdiction explicite des châtiments corporels dans les familles et en tout lieu accueillant des enfants



En France, on n’a pas le droit de frapper une personne adulte, pas le droit de frapper un animal de compagnie, mais on a le droit de frapper un enfant.

Souhaitant mettre fin à cette injustice, l’OVEO – Observatoire de la violence éducative ordinaire – a été fondé en 2005 pour favoriser, développer et promouvoir le plus largement possible l’information de l’opinion publique et des responsables politiques sur la pratique et les conséquences de la violence ordinaire dite “éducative”, c’est-à-dire les diverses formes de violence utilisées quotidiennement pour éduquer les enfants.

L’OVEO demande que l’État français adopte une loi interdisant explicitement les châtiments corporels et autres traitements humiliants à l’encontre des enfants, selon les recommandations du Comité des droits de l’enfant de l’ONU.

Ce comité est chargé, tous les 5 ans environ, du suivi de l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) par chaque pays signataire. C’est dans ce cadre que la France a été auditionnée les 13 et 14 janvier 2016.

Alors que 48 pays dans le monde, dont 20 pays de l’Union européenne, ont déjà aboli les châtiments corporels, la France ne s’est toujours pas engagée dans cette voie.

Le vote d’une loi, pourtant indispensable en France, abolissant cette pratique ne constituerait cependant qu’un premier pas. Les punitions corporelles ne représentent en effet qu’une partie de la violence éducative ordinaire.

On nomme violence éducative ordinaire l’ensemble des pratiques coercitives et/ou punitives utilisées, tolérées, voire recommandées dans une société pour éduquer les enfants. Elle comprend :

  • les violences physiques : gifler, fesser, pincer, tirer les oreilles, les cheveux, bousculer, empoigner… ;
  • les violences verbales : crier, hurler, insulter un enfant ;
  • les violences psychologiques : menacer (de coups, d’abandon), priver d’amour, culpabiliser, dénigrer, humilier, mentir, interdire l’expression des émotions...

Beaucoup de parents sont amenés à user de violence éducative ordinaire pour les raisons suivantes :

  • le fait de l'avoir eux-mêmes subie, qui pousse les parents à reproduire le seul schéma éducatif qu’ils connaissent, le transmettant ainsi de génération en génération ;
  • la méconnaissance des effets de la violence éducative sur les enfants, perçue comme sans gravité et comme permettant d’“éduquer correctement” les enfants ;
  • l’interprétation erronée des comportements des enfants par méconnaissance de leurs besoins et de leur développement (avancées des neurosciences).

Les conséquences de la violence éducative ordinaire sont nombreuses :

  • à court terme : stress, sidération mentale, douleur, peur, tristesse, rancune ;
  • à moyen terme : anxiété, diminution de l’empathie, sentiment d’abandon, baisse de la confiance et de l'estime de soi ;
  • à long terme : diminution de l’intelligence et de la créativité, risques accrus de dépression, de conduites addictives, de comportements violents, d’automutilation, d’accident, difficultés relationnelles, problèmes dans la vie sociale et professionnelle.

Pour l’ensemble de ces raisons, l’éducation d’un enfant doit être affranchie de toute violence.

C’est pourquoi l’OVEO demande l’inscription, dans le Code civil, de l’interdiction explicite de toute violence faite aux enfants, y compris au sein de la famille et dans tout lieu de garde, d’enseignement et de soin.

Il est évident que chaque famille a le droit d’élever librement ses enfants avec ses propres valeurs, son histoire. L’OVEO souhaite rassurer les parents : le but n’est pas de les juger ou de les culpabiliser, car la plupart des parents pensent agir pour le bien de leurs enfants, ni de les envoyer en prison, mais, au contraire, de les accompagner dans cette mission difficile qu’est la parentalité.

C’est pourquoi nous demandons que cette loi soit assortie d’outils d’accompagnement et de sensibilisation – formation des professionnels de la petite enfance, campagnes et documents d’information, livret de parentalité, lieux d’accueil et de soutien à la parentalité, etc. – indispensables à la prise de conscience et à l’évolution des comportements.

Respecter l’intégrité des enfants, c’est leur enseigner par l’exemple et leur permettre d’éprouver dans leur corps ce qu’est le respect de l’autre. En prenant le chemin d’une éducation sans violence, c’est la société tout entière qui deviendra moins violente.


Quelques articles de presse commentant le 4 février 2016 les recommandation de l'ONU :
- Le Monde, La France, mauvaise élève des droits de l’enfant
- La Croix, Droits de l’enfant : la France mauvaise élève.

Voir l'intervention de la secrétaire d'Etat à la famille Laurence Rossignol à Genève.

La France rend sa copie au Comité des droits de l’enfant des Nations Unies

C'est le bon moment pour adhérer ou réadhérer à l'OVEO !


Les 13 et 14 janvier prochains se tiendra à Genève l’audition de la France par le Comité des droits de l’enfant des Nations unies1.

Ce Comité a pour mission de surveiller l’application effective de la Convention internationale des droits de l’enfant (“CIDE”) par chaque État partie. Tous les 5 ans, chaque État signataire doit remettre un rapport au Comité concernant la mise en œuvre des droits garantis par la Convention. Bien que la dernière audition de la France remonte à 2009, la prochaine n’interviendra que début 2016.

L’État français sera ainsi auditionné sur l’application de l’article 19 de la CIDE, relatif – notamment – à la protection des enfants contre les violences et mauvais traitements2.

Lors de son audition du 26 mai 20093, Nadine Morano, alors secrétaire d'État chargée de la Famille, avait nié la nécessité de légiférer et était allée jusqu’à affirmer que “la tradition du châtiment corporel n’existe plus en France depuis très longtemps et que l’arsenal législatif français en la matière est suffisant et ne nécessite pas de modifications”.

Le Comité avait alors recommandé à la France d’“interdire explicitement les châtiments corporels dans tous les contextes, y compris dans la famille, à l’école et dans les institutions et autres établissements accueillant des enfants, de renforcer les activités de sensibilisation dans ce domaine et de promouvoir le principe d’une éducation sans violence, conformément au paragraphe 2 de l’article 28 de la Convention. Le Comité [recommandait] en outre à l’État partie de donner suite à la campagne menée par le Conseil de l’Europe pour parvenir à l’interdiction complète de toutes les formes de châtiments corporels4.”

7 ans plus tard, et malgré une tentative avortée en 20105, notre pays ne s’est toujours pas doté d’une loi anti-châtiments corporels !

Pourtant convaincue, à la différence de sa prédécesseure, de la nécessité de promouvoir l’éducation non-violente et consciente des conséquences des violences éducatives ordinaires, Laurence Rossignol, secrétaire d'État chargée de la Famille, de l’Enfance, des Personnes âgées et de l’Autonomie, persiste à prétendre qu'il est inutile de légiférer.

Privilégiant en effet l’information et la sensibilisation des parents, elle a prévu, à compter de janvier 2016, la distribution aux femmes enceintes d’un “livret de parentalité” promouvant l’éducation non-violente6.

Ces modestes propositions font pourtant fi des décisions et rapports, rendus en 2015, appelant à légiférer.

Ainsi, dans son rapport au Comité des droits de l’enfant du 27 février, le Défenseur des droits recommandait d’inscrire dans la loi la prohibition des châtiments corporels7.

Dans une décision rendue publique le 4 mars, le Conseil de l’Europe estimait que la France ne respectait pas l’article 17 de la Charte européenne des droits sociaux8.

Le 15 avril, le Comité des ministres du Conseil de l'Europe adoptait une résolution selon laquelle la France violait la Charte sociale européenne en n'ayant pas interdit par la loi toute forme de punition corporelle des enfants9.

Enfin, le rapport de la commission Enfance et adolescence, Pour le développement complet de chaque enfant et adolescent, réalisé dans le cadre de France Stratégie et remis au président de la République le 30 septembre, appelait explicitement au vote d’une loi, insérée dans le code civil, condamnant les châtiments corporels10.

Signe supplémentaire de l’urgence à légiférer, l’actualité judiciaire récente a montré que le droit de correction jurisprudentiel continue à être invoqué par les avocats des parents accusés de violences à l’encontre de leurs enfants11 12 13.

Face à l’inertie de l’État français, nous ne doutons pas que le Comité des droits de l’enfant lui recommandera de nouveau d’interdire explicitement les châtiments corporels, afin de respecter ses engagements en qualité de signataire de la CIDE.

Alors que 48 pays ont aboli les châtiments corporels14, nous espérons vivement que la France fera honneur à sa réputation de “pays des Droits de l’Homme” en suivant leur exemple en 2016, et en devenant aussi “pays des Droits de l’Enfant”.


  1. Dossier de presse du secrétariat d'État à la Famille du 20 novembre 2015 : Journée internationale des Droits de l'enfant : la France agit, p. 6. []
  2. Convention internationale des droits de l'enfant, ONU, 20 novembre 1989. []
  3. Comité de droits de l’enfant des Nations unies, Compte-rendu analytique de la 1402e séance, 26 mai 2009. []
  4. Observations finales du Comité des droits de l’enfant, 22 juin 2009. []
  5. Proposition de loi visant à abolir les châtiments corporels infligés aux enfants, 22 janvier 2010. []
  6. Journée internationale des Droits de l'enfant : la France agit, 20 novembre 2015, p. 12. []
  7. Rapport du Défenseur des droits au Comité des droits de l'enfant des Nations unies, 27 février 2015, p. 23. []
  8. La France condamnée pour ne pas avoir interdit gifles et fessées, Le Monde, 2 mars 2015. []
  9. Résolution CM/ResChS(2015), Association pour la protection des enfants (APPROACH) Ltd. c. France, Réclamation n° 92/2013. []
  10. Pour un développement complet de l'enfant et de l'adolescent, rapport de la commission Enfance et adolescence de France Stratégie, septembre 2015, p. 56. []
  11. "J'ai eu un petit souci avec ma concubine...", L'Est républicain, 20 novembre 2015. []
  12. Tribunal correctionnel de Foix : a-t-on le droit de "corriger" son enfant ? Ariège news, 4 décembre 2015. []
  13. Grenay : au tribunal pour des violences présumées sur sa fillette handicapée, La Voix du Nord, 7 décembre 2015. []
  14. Liste actualisée des pays abolitionnistes (OVEO). []

C’est le bon moment pour adhérer ou réadhérer !

L’année 2015 se termine, et avec elle, la durée de vos cotisations annuelles à l’OVEO.

Plus que jamais, l’action de l’OVEO a toute son importance pour faire prendre conscience au plus grand nombre combien les violences éducatives sont nocives et gangrènent la société.
Nous devons de toute urgence donner à nos enfants l’exemple de l’empathie et du respect.

Cette année 2016 peut être une année d’espoir.
Nous ferons tous les efforts possibles pour faire avancer le combat contre les violences éducatives ordinaires.

Grâce à votre soutien, nous avons pu cette année être présents sur plusieurs stands et imprimer des affiches, dépliants et flyers, toujours à la disposition des adhérents pour diffuser le message de l'OVEO. De nombreux autres projets se profilent pour 2016 (supports de conférences, documentation à l'attention des jeunes parents et des professionnels…).
Le montant de la cotisation de base pour une année reste inchangé (5 € / soutien : 15 € ou montant libre).

En tant que membres de l’OVEO, vous pourrez également participer aux échanges et actions à venir. Nous avons besoin de vous !


Si vous êtes déjà adhérent, il se peut que vous n'ayez pas reçu l'appel à réadhérer en 2016 (envoyé fin 2015). Dans ce cas, n'hésitez pas à le faire sans plus attendre (les adhésions sont valables du 1er janvier au 31 décembre). Toutes les informations pratiques sur la page Nous contacter, Adhérer, Nous aider.

Nos réactions au 13 novembre

Nous publions ci-dessous les textes écrits par plusieurs membres de l'OVEO à la suite des attentats du 13 novembre 2015.

A lire également : On ne naît pas terroriste, on le devient...


Le socle de la violence humaine

Par Olivier Maurel

Face aux terribles attentats du 13 novembre, nous devons répéter ce que nous disons depuis longtemps. Si l'on peine à expliquer des massacres aussi inhumains, c'est parce qu'on s'obstine à ne pas tenir compte d'abord d'un phénomène massif qui constitue le socle de la violence humaine : la violence extrême, physique et psychologique, que subissent la majorité des enfants dans les pays où la méthode traditionnelle d'éducation n'a pas été remise en question. C'est ensuite à cause des formes de maltraitance grave qui subsistent dans des pays comme la France, où le niveau général de la violence éducative a baissé, mais où l'on n'a pas encore eu le courage et la lucidité d'interdire clairement toute forme de violence même relativement faible (tapes, gifles, fessées), seule manière d'éradiquer la maltraitance grave : celle qui produit les terroristes et plus encore les idéologues de la terreur.

Les attentats terroristes sont programmés dans la première catégorie de pays, celle où sévissent encore des méthodes d'éducation qui ont fait de l'espèce humaine, depuis des millénaires, l'espèce animale la plus destructrice et la plus cruelle qui soit. Et les organisateurs des attentats recrutent facilement comme exécutants des jeunes qui ont manqué d'amour, ont été abandonnés émotionnellement, n'ont pas été reconnus, ont été méprisés dès leur plus petite enfance, et qui croient trouver un sens à leur vie et une manière de se faire reconnaître dans l'adhésion à des idéologies qui justifient le meurtre.

Quand on trouve normal que des enfants soient frappés, battus, humiliés « pour leur bien », à un âge où leur cerveau est en pleine formation, il ne faut pas s'étonner si plus tard, quand les circonstances s'y prêtent, ils adhèrent à une idéologie aberrante et deviennent des bombes à retardement, « pour le bien » que leur a enseigné leur idéologie.

Bien sûr, les causes sociales, historiques, économiques, politiques jouent aussi un rôle dans le déclenchement des violences extrêmes. Mais, pour être exécutées, ces violences ont toujours besoin d'individus chez qui les capacités d'empathie présentes à la naissance de tous les enfants ont été détruites, et chez qui le respect de la personne des autres n'a pas pu se développer, parce que leur propre personne n'a pas été respectée. C'est toujours une fragilité affective qui fait que des jeunes se laissent convaincre par les mensonges des propagandistes de la haine et de la violence.


Les racines de la violence ne doivent pas être ignorées

Par Jean-Pierre Thielland

Il y a, en tout [...] massacreur ou terroriste, aussi terrible soit-il et sans aucune exception, un enfant qui fut autrefois gravement humilié, et qui, pour survivre, a dû totalement nier ses sentiments de complète impuissance. Mais ce déni radical de la souffrance endurée a entraîné un vide intérieur, et, chez beaucoup de ces êtres, un arrêt du développement de la capacité innée de compassion. Détruire des vies humaines, y compris la leur, réduite à l'état de vide, ne leur pose aucun problème.

(Alice Miller, Les racines de l'horreur dans le berceau.)


Le 13 novembre 2015, dans les rues de Paris et dans une salle de spectacle, des hommes ont une nouvelle fois, après le 7 janvier, délibérément semé la terreur et la mort, assassinant et blessant gravement plusieurs centaines de personnes.

D’abord saisis par l’horreur, nous nous sommes posé cette question : comment des hommes, pour la plupart très jeunes, en arrivent-ils à ce passage à l’acte aussi destructeur pour eux et pour les centaines de vies innocentes qu’ils ont sciemment décidé de détruire ?

L’anthropologue Dounia Bouzar, directrice générale du Centre de Prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam, travaille avec des jeunes qui sont entrés dans un processus de déradicalisation ». Elle évoque ce qu’elle appelle « un profil bien connu » : « Faiblesses familiales et sociales, non-intégration de la loi et actes de délinquance. ».Elle observe que ceux qui sont arrivés au bout du processus de radicalisation ont été déshumanisés : « La relation humaine est considérée comme une démonstration de faiblesse et exister passe par mourir en tuant… »

La presse nous a donné quelques éléments de l’histoire de certains des tueurs qui confirment ces profils.

Abdelhamid Abaaoud aurait été quelqu’un qui harcelait ses condisciples et ses professeurs et s’est fait attraper pour des vols de portefeuilles. Salah Abdeslam « a commis des actes délictueux en étant mineur ». Son frère, Brahim Abdeslam, a brûlé l’ancien logement de ses parents, a été impliqué plus récemment dans des trafics de drogue et est décrit comme « intelligent mais agressif » (Libération, 17/11/15 et 22/11/2015).

Bilal Hafdi, qui s’est fait sauter seul au Stade de France, est décrit comme quelqu’un de gentil, qui faisait des conneries de son âge, fumait des joints et souffrait de l’absence de son père mort quand il était petit. Samy Amimour est présenté comme « bien élevé », « timide » et « sportif ».

Ismaël Omar Mostefaï était connu des services de police pour de petits délits, condamné à huit reprises pour des conduites sans permis, des vols, des violences ou des outrages, par les tribunaux d’Evry et de Chartres.

Ces présentations restent très superficielles et donnent peu d’éléments précis. Elles soulignent surtout le peu d’intérêt porté à l’enfance des « terroristes » par la presse.

Seule l’enfance de Hasna Aït Boulahcen, tuée lors de l’assaut par la police à Saint-Denis, est évoquée un peu en détail et présente un univers marqué par la maltraitance et l’abandon (sur le site du Monde le 21/11/2015). Mais, là encore, aucun lien n’est fait entre cette enfance désastreuse et l’entrée dans la délinquance puis le terrorisme.

Il ne s’agit pas ici d’excuser des actes atroces, mais d’essayer de déterminer leur origine et de comprendre ce processus qui fait sombrer dans la violence.

Il s’agit aussi de prendre conscience que ce sont les actes terrifiants de ces jeunes qui nous disent ce que fut leur enfance, comme un miroir qu’ils nous tendent en forme de dernier acte de leur tragédie.

Car c’est bien sur ce terreau d’une enfance massacrée que les graines de la violence peuvent fructifier. L’altruisme et l’empathie innés de ces humains en devenir ont été anéantis par un environnement familial et social qui ne leur a pas permis de se défendre, les a empêchés d’exprimer leur colère et leur rage contre ces adultes qui les ont humiliés.

Cette colère justifiée mais étouffée et emmagasinée dans une totale solitude va constituer une véritable bombe à retardement. Bombe à retardement qui explose plus tard, lorsqu’ils pourront se choisir des boucs émissaires, notamment par le biais de la délinquance ou du terrorisme.

Car ils sont des proies faciles du prosélytisme et de l’extrémisme. La logique sectaire qui est le mode de fonctionnement de ces groupes va les prendre au piège. Ils vont enfin avoir l’occasion de se sentir importants, puissants, et gratifiés par une idéologie qui valorisera leur mépris de la vie et leur désignera leurs futures victimes. Ils trouvent enfin une issue à leur haine.

En février 2015, le psychiatre Maurice Berger déclarait : « Chez les enfants très violents, on est impressionné par l'absence de protection qu'ils ont subie, l'absence d'évaluation sérieuse de leur développement affectif, et par des décisions judiciaires insuffisamment protectrices… En 1992, j'écrivais : Pendant les quarante années à venir, nous continuerons à “fabriquer” des milliers de futurs adultes qui se tourneront vers diverses formes de violence. Nous y sommes : des enfants insuffisamment protégés et terrorisés n'ont pas d'autres choix que de devenir terrorisants… »

Nous savons bien que ceux qui se laissent facilement manipuler pour devenir des délinquants ou des tueurs sans états d’âme ont été des êtres fragilisés dès leurs premiers pas dans la vie. Et ils n’ont pas rencontré de « témoin secourable », au sens où l’entend Alice Miller, pour prendre leur défense ou leur offrir un regard et un soutien qui soient humanisants et empathiques.

Quand nos responsables politiques prendront-ils conscience que le fléau de la violence et de la criminalité se construit aussi au sein même de l’éducation, dans les familles ?


Terrorisme et répression des émotions

Par Catherine Barret

Que voulons-nous dire quand nous écrivons que les terroristes sont d’anciens enfants qui ont manqué d’amour et de respect ? On nous objectera qu’au moins certains d’entre eux (il est déjà intéressant que ce ne soit qu’une petite partie) ont été élevés dans des familles « normales », avec des « valeurs », que leurs parents « les aimaient », se sont occupés d’eux, bref, selon la formule consacrée, qu’ils étaient des enfants « sans histoires1 ». Pire, on interprète comme signe qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter le fait qu’un enfant (cela a été dit à propos des frères Kouachi, et aujourd’hui à propos d’au moins l’un des tueurs du 13 novembre 2015) ait été « timide et effacé » ! Autrement dit, un enfant « sage » ?

Comme l’explique Alfie Kohn dans son livre sur l’amour inconditionnel, un enfant peut être trop « sage ». Il peut manifester une « obéissance compulsive » par peur de ses parents (ou parfois d’une autre autorité, à l’école par exemple, ou aussi bien dans une famille d’accueil ou une institution), et, non, cela n’est pas bon signe, car cela veut dire que, dès que l’enfant sera assez grand pour échapper à cette autorité, s’il n’a pas rencontré de « témoin secourable », s’il n’a jamais pris conscience que ce qu’on lui a fait n’était pas « normal », il n’aura de cesse qu’il n’ait retourné contre d’autres (et contre lui-même) la violence qu’il a dû se faire pour s’adapter, pour réprimer dès son plus jeune âge ses sentiments et ses émotions d’enfant.

Dans la plupart des cas, cela donnera un adulte considéré comme « normal » et, encore une fois, « sans histoire(s) », bien que le plus souvent avec des problèmes relationnels, affectifs, de travail, de santé (dépression, addictions, maladies…). Mais, pour ceux chez qui le contraste entre leur vraie identité et le degré de répression des émotions aura été trop grand, il pourra suffire d’un environnement ou d’un contexte un peu particulier ou difficile, de rencontres faites au moment où l’individu se sent plus fragile ou cherche un sens à sa vie, pour que cette vie bascule vers l’obéissance à une autorité violente, surtout si cette autorité se pare d’idéaux fallacieux et de promesses de bonheur (y compris dans un autre monde hypothétique), et si elle donne à l’individu un sentiment d’« appartenance » qu’il n’avait encore jamais connu, puisqu’il ne s’était jamais senti accepté et aimé pour ce qu’il était.

Car on aura beau prétendre que les terroristes (ou ne serait-ce que certains d’entre eux) ont été élevés par des parents « aimants », ce qui compte pour la vie, ce n’est pas ce que le parent croit faire (même s’il croit le faire « pour le bien » de l’enfant), mais ce que l’enfant ressent. Et l’amour conditionnel, sous quelque forme qu’il se présente2, est le mode d’éducation le plus universellement répandu aujourd’hui dans l’espèce humaine.

Aimer un enfant « inconditionnellement » ne signifie pas que l’enfant « peut faire n’importe quoi ». Un enfant ne fera pas « n’importe quoi » s’il vit avec des adultes responsables, s’il se sent aimé pour lui-même (et non pour ce qu’il fait conformément à ce qu’on attend de lui) et n’a pas besoin pour plaire aux adultes de perdre son identité, sa confiance en lui-même et dans les autres. S’il n’a pas besoin d’être seulement « sage », de s’effacer, d’obéir. Si on le laisse apprendre en regardant vivre les autres, s’il trouve ses propres limites en comprenant que les autres non plus ne font pas « n’importe quoi », qu’il leur arrive à eux aussi de ne pas faire ce qu’ils voudraient, parce qu’ils tiennent compte des besoins et de l’intérêt de tous, et que c’est une tendance innée chez les animaux sociaux que nous sommes. Un enfant peut comprendre cela, si on lui en laisse la chance, s’il se sent réellement aimé, respecté, protégé. Mais ce n’est pas ainsi qu’ont été élevés les futurs terroristes.


A lire sur le site d’Alice Miller (c’est nous qui soulignons les extraits) :

Les racines de l’horreur dans le berceau :

« Contrairement à ce que l'on croyait jusqu'à une époque récente, nous ne venons pas au monde avec un cerveau complètement formé : il se développe durant les premières années de la vie. Et ce que l'on fait à l'enfant au cours de cette période, en bien comme en mal, laisse souvent des traces indélébiles. Car notre cerveau conserve la mémoire corporelle et émotionnelle – bien que, hélas ! pas forcément mentale – de tout ce qui nous est arrivé. Si l'enfant n'a pas, à ses côtés, de témoin secourable pour l'assister, il apprend à magnifier ce qu'il a connu : la cruauté, la brutalité, l'hypocrisie et l'ignorance. Car l'enfant n'apprend que par imitation, et non point ce qu'on cherche à lui inculquer par de belles paroles bien intentionnées. Plus tard, celui qui aura grandi sans témoin secourable et sera devenu instigateur de massacres, tueur en série, parrain de la Mafia ou dictateur, exercera – ou contribuera à exercer sur des peuples entiers, une fois qu'il en aura le pouvoir, la même terreur que celle qu'il aura subie et connue dans sa propre chair durant son enfance. »

Qu’est-ce que la haine ?

« Ce ne sont pas nos sentiments qui représentent un danger pour nous et notre environnement, le danger survient au contraire quand nous nous détachons d'eux par peur. C'est cela qui produit des forcenés, des kamikazes et tous ces tribunaux où l'on ne veut rien savoir des véritables causes des crimes afin de préserver les parents des délinquants et de laisser dans l'ombre sa propre histoire. »

Les sentiments de culpabilité :

« Comment un individu peut-il s'aimer lui-même quand très tôt il lui a fallu apprendre qu'il n'est pas digne d'être aimé ? Quand il reçoit des coups pour devenir autrement qu'il n'est ? Quand il n'a été pour ses parents qu'une charge, et en rien une joie, et qu'au final rien au monde ne pourra jamais venir à bout de la répugnance et la colère de ses parents ? Il croit qu'il est la véritable cause de cette haine, ce qui n'est en rien vrai. Il se sent coupable, veut s'améliorer, mais rien de tout cela ne peut marcher, parce que les parents déchargent sur leurs enfants la rage qu'ils avaient dû retenir et réprimer face à leurs propres parents. L'enfant n'était que le déclencheur de cette rage. »

Un extrait édifiant de Libres de savoir : Prologue : Tu ne sauras point.


  1. Notons d’ailleurs toute l’ambiguïté de cette expression, car beaucoup de journalistes l’écrivent au singulier : « sans histoire », comme dans la formule « les gens heureux n’ont pas d’histoire ». Alors qu’il s’agit en réalité, dans un tel contexte (comme lors des procès criminels), de prétendre que ces enfants n’avaient pas de « problèmes », n’étaient pas censés devenir des délinquants ni des tueurs. []
  2. Nous irons jusqu’à dire que ce qu’on appelle aujourd’hui « discipline positive » est dans la plupart des cas une façon d’imposer une forme d’amour conditionnel qui prend la place d’une relation authentique. Cependant, il est clair aussi que le risque qu’un enfant devienne physiquement violent est essentiellement conditionné par le degré de violence physique qu’il aura subi – ou qu’il aura vu infliger à d’autres. Mais le facteur le plus déterminant dans la répétition de la violence est la répression des émotions, l’impossibilité d’affronter la souffrance, les sentiments de haine et de colère vécus dans l’enfance, et d’ailleurs généralement oubliés. []

Une rentrée sous le signe du respect des enfants ?

Le documentaire L'Odyssée de l'empathie, sera projeté dans plusieurs villes de France après une avant-première le jeudi 5 novembre 2015 à Lambersart (Nord).


Une rentrée sans fessée… et après ?

Depuis maintenant dix ans, l’OVEO défend le principe d’une législation qui protégerait enfin les enfants (comme le sont légalement les adultes) de toutes les formes de violence physique auxquelles ils sont exposés, le plus souvent sous prétexte d’éducation – la gifle et la fessée étant les plus emblématiques, car considérées aujourd’hui encore par la majorité de la population, en France, comme acceptables, voire souhaitables1.

Une fois de plus, sous prétexte que l’opinion publique n’y est pas majoritairement favorable, qu’il ne faut pas « pénaliser » ce problème, mais lutter d’abord contre « la maltraitance » (comme si la grande tolérance en matière de violence éducative ordinaire n’était pas ce qui rendait si nombreux et si graves les cas reconnus comme « maltraitance2 »), le ministère de la Famille a renvoyé le sujet aux calendes grecques.

Mais est-ce tout ? Devons-nous répéter que l’interdiction de ces châtiments corporels3, même assortie de celle des « violences psychologiques » et des punitions « humiliantes » (légitimant du même coup un large éventail de punitions – et récompenses – supposées anodines, utiles, efficaces, bref, « éducatives »), n’est pas notre seul but ?

Nous souhaitons à tous les enfants, à leurs parents et à ceux qui s’occupent des uns comme des autres une bonne rentrée. Une « rentrée sans fessée ». Mais pas seulement.

Sous couvert de « parentalité positive », voire de « discipline positive » (une nouvelle méthode importée des Etats-Unis qui fait fureur actuellement), beaucoup des conseils dispensés aux parents se réduisent à remplacer les punitions les plus dures et les plus dégradantes pour un être humain par des méthodes que nous pourrions qualifier de « punitions soft » (ou déguisées), manipulation, retrait d’amour pour obtenir une obéissance dont le bien-fondé n’est jamais remis en question4.

Et puis, cette rentrée est marquée par la mise en place dans le système scolaire du nouvel enseignement civique et moral annoncé par la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem. En annonçant cette mise en place, la ministre a défendu l’idée de promouvoir un « savoir-être », un « savoir vivre ensemble ». Comment pourrions-nous être contre une telle idée ? Ou être contre l’idée de « respect mutuel » ?

Pourtant, n’est-il pas étrange que la réserve citoyenne également annoncée ne semble devoir être faite que de professionnels qui viendront apporter leur expertise sur le système politique, social et judiciaire existant, c’est-à-dire sur le respect des lois et moyens existants, sans qu’il soit apparemment envisagé d’en débattre ? Si des membres de l’OVEO ou d’autres personnes qui défendent le droit des enfants à une protection meilleure que celle qui existe déjà selon nos lois proposaient de faire partie de cette « réserve citoyenne », s’ils voulaient dire dans les écoles que, non, le but de l’instruction n’est pas l’apprentissage de l’obéissance et de l’esprit de compétition, leur candidature serait-elle retenue, quels que soient leur compétence ou les preuves qu’ils apporteraient à l’appui de leurs arguments ? Le défi est lancé.

Nous entendons souvent dire qu’une loi d’interdiction de tout châtiment corporel et punition dite « humiliante » risquerait de « culpabiliser les parents » (en oubliant d’ailleurs au passage que les parents, dans ce cas, ne sont pas les seuls qui pourraient ou devraient se sentir « coupables » des moyens employés). Mais que fait-on d’autre en laissant à l’appréciation des parents la notion de ce qu’est le respect des enfants, de leurs besoins physiologiques, psychologiques et existentiels ? Ne se sentent-ils pas bien plus culpabilisés et abandonnés (du moins lorsqu’ils n’usent pas de façon « décomplexée » de tous les moyens hérités de l’éducation traditionnelle) quand l’autorité publique leur propose de choisir « librement » entre toutes les méthodes éducatives et conseils pédagogiques mis en concurrence sur le marché5 ?

Et est-ce vouloir entrer dans une société normalisée à outrance, voire « fliquée », que de ne pas nous contenter qu’on nous propose, en lieu et place d’un vrai respect des enfants comme êtres humains de même nature que nous, de consommer (ou pas) ces conseils et méthodes ? Les versions plus ou moins « soft » du système récompense-punition à quoi se résume l’essentiel des conseils donnés aujourd’hui aux parents sont-elles vraiment le moyen d’aller vers une société plus juste et plus libre ? Nous ne le croyons pas.


  1. De plus, « la fessée » est un châtiment couramment réservé aux jeunes enfants, dans le cadre d’une sorte de dressage comportementaliste dont ils sont censés avoir « besoin » – avant que l’on passe à des modes de punition plus raffinés, ou à la gifle qui punit surtout « l’insolence ». La fessée est donc facilement oubliée, acceptée même de ceux qui l’ont reçue, passant par une période de « latence » qui permet de la tourner en dérision, voire de revendiquer haut et fort, plus tard, le droit à la fessée « entre adultes consentants »… []
  2. Comme vient de nous le rappeler, au moment où nous publions cet article, une nouvelle affaire d’enfant martyr dénoncée par Enfance et Partage… parmi les centaines d’enfants qui meurent chaque année sous les coups de leurs propres parents. Quand la ministre Laurence Rossignol nous répond qu’il est plus urgent d’améliorer le fonctionnement de l’Aide sociale à l’Enfance, on ne peut regretter ici que le « plus » et non le mot « urgent »… []
  3. A noter qu’il ne s’agissait que de l’inscrire au code civil, donc d’une « interdiction » sans mesures répressives comme c’est le cas légitimement pour d’autres abus que l’on qualifie – même en France – de « maltraitance », et qui sont déjà couverts pour la plupart par les lois existantes. []
  4. Voir ce passage de l’introduction au livre d’Alfie Kohn Aimer nos enfants inconditionnellement : « Mais s’il est tellement important pour nous que nos enfants ne soient pas “victimes des idées des autres”, nous devons leur apprendre “à penser par eux-mêmes avec toutes les idées, y compris celles des adultes”. Ou, pour le formuler autrement : si la chose la plus importante à la maison est l’obéissance, nous produirons des enfants qui suivront des personnes d’autorité, même hors de la maison. » []
  5. Parmi lesquels le nouveau magazine La Cause des mômes (soutenu par l’Unicef !), qui, après un éditorial défendant l'intégrité physique et morale des enfants, puis une introduction (à une enquête sur les “enfants rois”) où sont dénoncées les violences ordinaires pratiquées sur les enfants, donne longuement la parole au psychiatre Michael Winterhoff. Et là, l’article ressasse de vieux préceptes psychanalytiques qui font clairement du tort, voire annulent complètement les droits fondamentaux dont chaque enfant devrait pouvoir bénéficier... Suit une interview non moins accablante de la psychologue et psychanalyste Diane Drory. Bref, on est fort tenté de renommer ce magazine… A cause des mômes !
    Voir aussi, dans le même genre, les bons conseils que prodiguera désormais aux sages éditions Milan le Dr Marcel Rufo… connu pour les propos lénifiants tenus en 2012 sur l’inceste – qui, en vertu bien sûr du complexe d’Œdipe, ne serait pas du tout aussi grave qu’on veut bien le dire (« L’immense majorité des enfants “abusés” vont bien »), et serait même généralement la réponse à une demande de l’enfant ! Ses chroniques (« sans aucun tabou », c’est le cas de le dire) Allô Rufo sur France 5 sont tout aussi édifiantes. []

La France doit légiférer contre le châtiment corporel des enfants !

Nouvelle pétition pour l'interdiction des châtiments corporels

Une pétition a été lancée le 30 avril 2015 par le Dr Muriel Salmona, psychiatre, présidente de l'association Mémoire Traumatique et Victimologie, membre de la commission Enfance en France de l'UNICEF, et membre du comité de parrainage de l'OVEO : Stop aux châtiments corporels ! Pour qu’une loi interdise explicitement toutes les violences éducatives envers les enfants !. Cette pétition est ouverte jusqu'au 30 avril 2017.


Le groupe Non à la violence éducative ordinaire (fondé par des membres de l'OVEO) a lancé pour la journée contre la violence éducative du 30 avril une Lettre à la secrétaire d'Etat à la Famille Laurence Rossignol également relayée sur notre site. Lire le communiqué de presse.


15 avril 2015 : nouvelle résolution du Conseil de l'Europe concernant la France

Le Comité des ministres du Conseil de l'Europe a adopté (et publié ce 15 avril) une résolution selon laquelle la France doit interdire toute punition corporelle des enfants. C'est la confirmation de la décision du Comité européen des droits sociaux qui avait affirmé, au mois de mars, que la France violait la Charte sociale européenne révisée en n'ayant pas interdit toute forme de punition corporelle des enfants.

Le Comité des Ministres est l'instance de décision du Conseil de l'Europe. Il est composé des ministres des Affaires étrangères de tous les Etats membres, ou de leurs représentants permanents à Strasbourg. Emanation des gouvernements où s'expriment, sur un pied d'égalité, les approches nationales des problèmes auxquels sont confrontées les sociétés de notre continent, le Comité des Ministres est aussi, collectivement, le lieu où s'élaborent des réponses européennes à ces défis. Gardien, avec l'Assemblée parlementaire, des valeurs qui fondent l'existence du Conseil de l'Europe, il est enfin investi d'une mission de suivi du respect des engagements pris par les Etats membres.


A lire sur le même sujet, notre article Rapport sur l'état en 2013 de la législation française, qui donne des liens de ressources juridiques et d'autres articles. Voir aussi notre article de 2009 : Une loi préventive.


Une pétition urgente pour demander une loi contre la violence éducative ordinaire

Signer la pétition du 4 mars 2015 adressée au président de la République française et à la ministre de la Famille par huit signataires : les Drs Edwige Antier (ancienne députée UMP, membre de l'UDI), Gilles Lazimi et Emmanuelle Piet ; Olivier Maurel, président de l'OVEO ; Cécile Alzina, docteure en psychologie ; les députés François-Michel Lambert (EELV, voir ci-dessous) et Henriette Zoughebi (PCF-FDG).


Dans l'attente de la publication mercredi 4 mars de l'avis du Conseil de l'Europe sur l'attitude de la France1, le député François-Michel Lambert a publié le communiqué de presse qui suit. Ajoutons à cette information que la ministre de la Famille Laurence Rossignol, avec qui l'OVEO et d'autres associations et personnalités luttant contre la violence éducative ordinaire avaient eu des contacts à propos de ce projet de loi d'interdiction, et qui avait manifesté des positions "intéressantes", a totalement renoncé à l'idée d'essayer de faire passer un tel projet, soit qu'elle ne l'ait jamais envisagé sérieusement, soit à la suite de pressions de la part du gouvernement dans une période politique peu "favorable"... mais le sera-t-elle jamais ? En Suède en 1979, 60 % des parents étaient encore favorables aux châtiments corporels. En France, c'est peut-être même davantage. Or, on sait que, si les mesures d'accompagnement sont essentielles (la ministre propose maintenant, "à la place", une rencontre sur la "parentalité positive"...), seul le vote d'une loi qui dirait le droit, avec une portée symbolique claire, pourra faire changer l'opinion de façon notable...

Cette nouvelle nous parvient le jour même où paraissent les résultats d'un sondage de l'association "L'Enfant bleu" révélant que 14 % des Français ont subi des maltraitances graves, pour la plupart sans jamais oser en parler ni recevoir d'aide extérieure. Jusqu'à quand ignorera-t-on que la tolérance envers la violence éducative ordinaire (châtiments corporels "légers" tels que tapes et fessées, humiliations et punitions de toute sorte) est précisément ce qui rend possible une telle situation ?

Voir et écouter les interventions du Dr Gilles Lazimi, membre du comité de parrainage de l'OVEO et à l'initiative de plusieurs campagnes contre la violence éducative ordinaire2, le mardi 3 mars au journal de 13 h de France Inter (le sujet est traité entre 13h09 et 13h14) ; sur France 5 ; sur BFMTV (débat avec Thierry Vidor, de l'association Familles de France).


Communiqué de presse de François-Michel Lambert, député écologiste : La France doit dire stop aux châtiments corporels et à la fessée

Le Conseil de l'Europe doit se prononcer [ce mercredi 11 mars] sur l’interdiction totale, en France, des châtiments corporels envers les enfants conformément à la Charte sociale européenne.

François-Michel Lambert, député EELV, souhaite vivement que le Conseil de l’Europe condamne la France à modifier sa législation afin d’interdire explicitement et effectivement tous les châtiments corporels envers les enfants.

A cette occasion et 25 ans après la signature de la Convention des droits de l’Enfant, le député rappelle que la France fait figure de parent pauvre de l’Europe en matière d’interdiction des châtiments corporels et de la violence « éducative » à l’encontre des enfants.

En effet, près d’une vingtaine d’Etats européens ont interdit dans leur législation les châtiments corporels sur les enfants, alors qu’en France la loi et la jurisprudence les autorisent à la maison, chez les parents, « du moment que l’on ne provoque pas chez l’enfant de blessures apparentes ».

A l’occasion du vote de la loi sur l’autorité parentale, le député écologiste a déposé un amendement visant à bannir ces pratiques contre-éducatives. Cet amendement « anti-fessée » a été retiré afin de travailler à réunir une majorité suffisamment large, sur un sujet de cette importance, en vue d’une seconde lecture de la loi sur l’autorité parentale ou dans le cadre de l’examen de la proposition de loi relative à la protection de l’enfance qui va être discutée au Sénat ce mois de mars.

Si le député tient à saluer la mobilisation de Laurence Rossignol, secrétaire d’État chargée de la Famille, il lui demande d’oser briser ce tabou en inscrivant enfin dans notre législation l’interdiction des châtiments corporels. A défaut, des amendements seront déposés en ce sens par les députés écologistes.

François-Michel déclare aussi : « C’est une question de droits de l’Homme. Les enfants ne sont pas des demi-personnes possédant des demi-droits. » « La claque ou la fessé n’a aucun valeur éducative. Au contraire. De multiples études récentes ont montré que difficultés scolaires, la délinquance ou la dépression ont très souvent pour origine des violences, même modérées, subies dans l’enfance. Paradoxalement, dans leur effort d’empêcher leurs enfants de devenir délinquants, les parents leur enseignent la délinquance en leur livrant des modèles violents. »

Il conclut : « L’autorité parentale ce n’est pas mettre une claque à son enfant, l’éducation c’est par l’exemple et l’explication. »


  1. Voir cet article du Monde.fr et voir les extraits de la décision (avec un lien vers le texte intégral) dans cet article du Forum famille Dalloz, signalé par le juriste Pierre-Brice Lebrun, qui interviendra le 4 mars à 22h30 sur France 24. []
  2. Voir Elever son enfant sans violence et la campagne de mai 2011. []

2015 : l’OVEO fête ses 10 ans

Pour fêter le 10ème anniversaire de sa fondation en mars 2005, l'OVEO a tenu un stand au salon Primevère à Lyon du vendredi 20 au dimanche 22 février, avec une projection du film Si j'aurais su... je serais né en Suède ! suivie d'un débat le dimanche 22 à 14h30. Merci aux nombreuses personnes qui sont venues nous rencontrer sur ce stand et assister à la projection.

Le dépliant de présentation de l'OVEO a été réimprimé à 2 500 exemplaires ((puis de nouveau à 5 000 exemplaires en juin 2015), et nous vous proposons également un nouveau matériel : flyers, cartes postales et affiches, visibles sur la page Tracts, dont une carte postale et un flyer 10x15 cm pour faire connaître le film de Marion Cuerq. Merci à tous ceux qui sont venus nous rencontrer sur le stand et lors du débat sur le film Si j'aurais su... je serais né en Suède !

Si vous êtes membre de l'OVEO, vous pouvez utiliser le cadre "contact local" au dos de la nouvelle version du dépliant pour y indiquer votre nom (ou un prénom) et un moyen de vous joindre. Nous espérons que cette 10ème année sera l'occasion de la création de groupes locaux de l'OVEO qui relaieront son action sur le terrain. Toutes vos initiatives locales peuvent être relayées sur la page Nos actions en nous écrivant à l'une des adresses de contact.

Plusieurs parutions de livres notables en ce début d'année 2015 où le débat sur une législation contre la violence éducative en France prend de l'ampleur (voir Communiqué du député F.-M. Lambert), en particulier :

- la nouvelle édition revue et augmentée du livre d'Olivier Maurel, fondateur et président de l'OVEO : La Fessée, questions sur la violence éducative ;

- la parution du premier livre traduit en français d'Alfie Kohn, Aimer nos enfants inconditionnellement.

- deux nouveaux livres de Jesper Juul viennent de paraître (mars 2015) aux éditions Fabert. Nous essaierons de vous en donner un compte-rendu.

Rappel : depuis cette année, les adhésions sont valables du 1er janvier au 31 décembre. N'hésitez pas à adhérer ou réadhérer à l'OVEO sans plus attendre.

On ne naît pas terroriste, on le devient…

Mise au point (mai 2015) : l'objet de cet article sur l'enfance des terroristes n'est pas de leur trouver des "excuses" (reproche qu'on entend régulièrement dans les médias - parfois à juste titre), mais bien d'expliquer comment ils ont pu en arriver là. Tous les terroristes ont eu une enfance terrible, sans laquelle ils seraient (comme la plupart d'entre nous) incapables d'une telle violence. La maltraitance dans l'enfance, et surtout la petite enfance, est une condition nécessaire, mais non suffisante, pour qu'un enfant né innocent, apte à l'empathie et à la coopération, devienne un adulte capable de tuer au nom du "bien". Si nous insistons sur cette explication presque complètement absente de la plupart des médias (et qui, encore une fois, n'est pas une "excuse"), c'est bien dans une optique de prévention.

Un article d'Anne Tursz (auteur du livre Les Oubliés) publié seulement le 16 avril sur le blog du Huffington Post vient à point nommé expliciter clairement cette différence de point de vue : Pourquoi ou comment devient-on terroriste ? Citation : "Il faut bien faire la différence entre l'excusable et l'explicable. Comme le dit Alice Miller dans C'est pour ton bien, "la véritable compréhension sur le mode émotionnel n'a rien à voir avec une pitié ni un sentimentalisme de bas étage".


Les hommes qui, le 7 janvier, sont entrés dans les locaux de Charlie-Hebdo pour tuer des dessinateurs pacifiques, des journalistes d’opinion en pleine conférence de rédaction, ces hommes ont une histoire. En tant que membres de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire, nous ne croirons jamais que des enfants élevés avec amour et respect, sans châtiments corporels, sans autres humiliations d’aucune sorte, puissent devenir un jour des assassins et prétendre défendre des idées par ce moyen. Ces hommes avaient besoin de vengeance, et ils en avaient besoin bien avant ce passage à l’acte délirant.

Même si bien d’autres facteurs entrent en jeu, nous croyons et surtout nous savons, parce que l’expérience comme les recherches scientifiques le prouvent, que la première condition pour qu’un être humain ne devienne pas violent, c’est de ne pas lui enseigner la violence par l’éducation qu’il subit, de ne pas le laisser dans l’abandon affectif, de ne pas lui donner l’exemple de la violence, de ne la justifier d’aucune façon.



  1. On sait déjà que l'un des deux tueurs présumés du 7 janvier a été placé à l'Assistance publique à 12 ans, ce qui suppose en général un passé difficile. Dans les jours suivants, de nombreux articles donnaient des informations sur leur enfance, informations parfois sujettes à caution pour le détail, mais dont le point commun était une histoire de traumatisme précoce et d'abandon affectif. Voir par exemple cet article de Reporterre, et celui de Mediapart (accessible seulement aux abonnés). Sur le parcours du tueur du 9 janvier, on peut lire cet article de Libération, et réécouter le témoignage de Julien Dray, l'un des fondateurs de SOS-Racisme, dans les 15 premières minutes de l'émission Tous politiques du 25 janvier sur France Inter (le sujet n'est pas annoncé sur la page de l'émission). Quant à Mohamed Merah, sur lequel on peut trouver de nombreux articles de presse (ainsi qu'un livre écrit par son frère), le journal Le Point avait publié en 2012 son "expertise psychologique" de 2009, qui, au-delà des considérations oubliables sur le "narcissisme", montre ce parcours d'abandon affectif. Les auteurs des tueries dans les collèges des Etats-Unis étaient de jeunes Américains "ordinaires", mais qui manifestaient les mêmes signes d'anesthésie émotionnelle due à la répression des émotions et donc à la violence éducative. []
  2. C'est rarement le cas en particulier en France, pour bien des raisons : "manque de moyens" sans doute, mais avant tout manque de conscience du problème, et donc de volonté politique et de formation de ceux qui pourraient agir. []
  3. Probablement un lecteur et pas une lectrice, bien que la signature « Z. » ne permette pas de le savoir. []
  4. Ce débat est loin d'être résolu en Suède : voir notre article de 2011 Suède : le retour inquiétant de certaines formes de violence éducative ? Il faut espérer que la solidarité internationale jouera plutôt dans le sens d'un refus de la violence éducative pour tous les enfants et que la Suède, avec notre aide, ne reviendra pas en arrière ! []
  5. On pourra aussi lire utilement, à ce sujet, l’annexe au livre Aimer nos enfants... inconditionnellement, à paraître en janvier 2015 aux éditions L’Instant Présent. []
  6. Notons bien que, comme l'explique Alfie Kohn dans l'annexe à son livre Aimer nos enfants... inconditionnellement cité plus haut, « il s’agit ici de généralisations statistiques : si les parents du groupe A traitent davantage leurs enfants de telle manière que les parents du groupe B, cela ne signifie pas que tous les individus du groupe A agissent de cette façon, ni qu’aucun des individus du groupe B n’agit de cette façon. » Après avoir passé en revue les arguments idéologiques spécieux (démentis par les études sérieuses) selon lesquels la violence éducative aurait moins de conséquences dommageables dans les cultures ou les groupes où elle est plus communément acceptée, il conclut : « L’approche décrite dans [...] ce livre – l’amour inconditionnel, une relation basée sur le respect et la confiance, donner aux enfants des occasions de participer aux prises de décision, etc. – est peut-être d’autant plus importante pour les enfants qui grandissent dans des quartiers difficiles. » []

25ème anniversaire de la CIDE (Convention internationale des Droits de l’enfant)

Nous avons reçu de la nouvelle Défenseure des enfants (adjointe au Défenseur des droits) Geneviève Avenard l'annonce de la publication d'une affiche Les 12 principaux droits de l'enfant à l'occasion du 25ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant. Cette affiche, destinée à rappeler aux enfants les droits que leur donne la Convention, en résume les points essentiels. Son article 19, qui porte sur le droit d'être protégé contre toute forme de violence, est résumé ainsi :

"La PROTECTION contre toutes les formes de violences physiques, mentales, sexuelles et verbales."

On aurait souhaité, bien sûr, que soient mentionnés plus explicitement les aspects les plus fréquents de la violence éducative, c'est-à-dire les gifles et les fessées. Mais le fait que soient mentionnées les violences physiques et surtout verbales laisse entendre que si les mots violents sont interdits, à plus forte raison tout geste violent. Disons que c'est un pas en avant dans le bon sens, même s'il y a encore beaucoup à faire. Comme cette affiche sera envoyée à tous les établissements scolaires, la mention de la violence verbale peut amener des discussions intéressantes entre enseignants et élèves : "M'dame, vous n'avez pas le droit de crier alors !"

Un jeu des 7 familles à destination des 7-12 ans a également été crée pour l'occasion, tout aussi prudent (le mot "punition" n'est d'ailleurs mentionné nulle part) : "J'ai des droits mais je dois aussi respecter ceux des autres", "J'ai droit à la protection contre toutes les violences physiques" (sans aucune précision), "J'ai droit à la protection contre le harcèlement sur Internet, à l'école et dans ma famille"...


Ce même 20 novembre, le député EELV François-Michel Lambert rappelle, dans un article intitulé Stop aux châtiments corporels et à la fessée, la réticence de la France à légiférer « en matière d’interdiction des châtiments corporels et de la violence "éducative" à l’encontre des enfants ».

De nombreux articles dans les médias font état des déclarations de la ministre de la Famille Laurence Rossignol sur le sujet. Nous y revenons sur notre nouvelle page revue de presse. Voir en particulier, à la date du 20 novembre, l'article du Dr Muriel Salmona Pourquoi interdire les punitions corporelles et les autres violences éducatives au sein de la famille est une priorité humaine et de santé publique.

A voir aussi, dans la rubrique "Nos actions" :
- Nanterre, 25ème anniversaire de la Journée internationale des Droits de l’enfant.
- Rapport du collectif AEDE (Agir ensemble pour les droits de l'enfant) le 10 décembre 2014.


Le Mal… une approche scientifique ?

Par Olivier Maurel, président de l’OVEO

A propos du documentaire Le Mal, une approche scientifique, de Karin Jurschick, diffusé sur Arte en juillet 2012 et rediffusé le 25 juillet 2014.

Ce documentaire, qui traite davantage de la violence humaine que du mal en général, commence bien mais finit mal.

Dans sa première partie, qui porte sur la criminalité individuelle, un des principaux intervenants est Gerhard Roth, spécialiste allemand du cerveau. Il dit clairement que « chez la plupart des criminels, tout commence dans la prime enfance » où ils ont été marqués par de graves traumatismes. Pour lui, les facteurs génétiques n'interviennent que pour 30 % dans la criminalité. Il montre bien que les effets de l'environnement, quand ils se produisent dans l'enfance, deviennent « comme génétiques », ce qui explique la facilité avec laquelle on attribue à l'hérédité ce qui provient de l'éducation. Les propos de Gerhard Roth sont confirmés par l'interview d'un violeur qui dit avoir été battu à coups de ceinture par son père et par sa mère et être devenu au bout d'un certain temps indifférent aux coups : « J'avais même tendance à les provoquer. »

Malheureusement, Gerhard Roth ne tient compte que des « choses graves » vécues dans l'enfance et ne dit rien de la quasi-universalité de la violence éducative qui porte atteinte aux capacités relationnelles innées de la majorité des enfants, et donc des adultes. Il ne tient pas compte non plus de ce que l'on sait aujourd'hui de l'épigénétique, c'est-à-dire des modifications des gènes produites par l'environnement, notamment familial. Il est probable que, dans la genèse de la violence, inclure ce facteur amènerait à réduire encore la part du génétique et à accroître celle de l'environnement, c'est-à-dire pour l'essentiel de l'éducation.

Ensuite, lorsque le documentaire aborde la criminalité de masse, on sort du domaine scientifique et l'on entre dans un discours profondément marqué par l'ignorance de la violence éducative. En effet, dans tous les pays où se produisent des crimes de masse, comme l'Allemagne pré-nazie et le Congo (pour en rester aux exemples cités dans le film), le niveau de la violence éducative est ou était très élevé : bastonnades, flagellations et autres violences, tout au long de l'enfance et de l'adolescence, c'est-à-dire pendant la période de la formation du cerveau. Ces violences provoquent chez les enfants de véritables mutilations des capacités relationnelles innées. Elles réduisent leur capacité naturelle d'empathie, elles les rendent impulsifs et incapables de contrôler leur violence, les habituent à se soumettre à la violence et aux personnalités violentes, bref, elles en font des êtres qui, en cas de conflit, utilisent spontanément la violence comme solution.
(suite…)

‹ Previous Posts