Pourquoi appelle-t-on cruauté le fait de frapper un animal, agression le fait de frapper un adulte et éducation le fait de frapper un enfant ?

Une Journée internationale des droits de l’enfant consacrée à la violence éducative

Le ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, en association avec la CNAF et l'Ecole des loisirs, a organisé un concours de dessin sur le thème "Une éducation bienveillante, c'est une éducation sans violence".

La remise des prix a eu lieu le 19 novembre 2016, veille de la Journée internationale des droits de l’enfant, lors d'une cérémonie à l'Elysée en présence de la ministre Laurence Rossignol et du président de la République. La plupart des associations de protection de l’enfance et de défense des droits des enfants, y compris l’OVEO, ont été invitées à y assister.

A cette occasion, François Hollande a affirmé sa position en faveur d'une éducation "sans violence et contre la violence".

Le président de la République a évoqué, face aux violences présentes notamment au sein des familles et de l'école, "le devoir [de l'Etat] de faire en sorte que l'éducation transmette ce que peut être un monde, une France, sans violence". Les violences physiques, verbales et psychologiques ont été visées. "Tout commence dès le plus jeune âge", "les blessures causées à l'âge de l'enfance ont des conséquences sur toute la vie de l'adulte, sur toute la société".

Même si nous regrettons vivement certains propos tenus au cours de la remise des prix, propos qui justifiaient les punitions et demandaient aux enfants leur approbation des punitions qu'ils avaient reçues, l'OVEO se félicite de la prise de position du président de la République contre la violence éducative. Nous attendons que ces intentions se concrétisent par une évolution législative qui interdise clairement la violence éducative y compris dans les familles, et la mise en place de mesures concrètes d’information, de formation et d’accompagnement des parents. Ces décisions importantes devront permettre une prise de conscience globale de l’impact de la violence éducative ordinaire, ainsi qu’un véritable changement du regard porté sur les enfants.

Laurence Rossignol a annoncé dans un communiqué la mise en place prochaine d’un plan de lutte contre les violences faites aux enfants. Nous nous félicitons de cette annonce et espérons qu’elle sera suivie de mesures concrètes pour faire reculer la violence éducative.

Le fait que cette initiative soit portée par la CNAF et le ministère indique qu’il y a aujourd’hui des responsables politiques qui semblent vouloir mettre en lumière ce sujet et promouvoir une autre éducation, sans violence, ce dont nous nous réjouissons.

Nous signalons également l’interview de Maud Alejandro, adhérente de l’OVEO, réalisée par Dorothée Blancheton, journaliste de la CNAF, relayée sur le site des Caisses d’Allocations Familiales (voir aussi notre revue de presse). Elle y présente l’OVEO ainsi que la définition et les principaux enjeux que représente la violence éducative ordinaire.