Quand on a rencontré la violence pendant l'enfance, c'est comme une langue maternelle qu'on nous a apprise.

Marie-France Hirigoyen.

Même qu’on naît imbattables !

Bientôt le nouveau film de Marion Cuerq : Même qu'on naît imbattables !

Olivier Maurel : "A l'âge de seize ans déjà, à la fin d'une de mes conférences, Marion Cuerq m'apportait mon livre La Fessée à dédicacer. Elle l'avait lu et relu. A vingt et un ans, elle réalisait et confiait à l'OVEO son beau film Si j'aurais su... je serais né en Suède ! pour nous montrer un pays d'où la fessée est bannie. Et maintenant, elle nous annonce un nouveau film. Marion a de la suite dans les idées, elle en a aussi dans les images, et beaucoup de talent. On peut lui faire entièrement confiance. N'hésitez pas à soutenir la réalisation de son film en apportant votre aide, et devenez, comme l'OVEO, coproducteurs."

Toute contribution, même petite, est importante.
(La première souscription pour ce deuxième film est close, mais elle se poursuit sur le nouveau site.)


Des personnes ne souhaitant plus apparaître dans le film Si j'aurais su... je serais né en Suède !, celui-ci n'est désormais plus disponible au visionnage, mais la suite nous promet de belles émotions.

Vous pouvez suivre Marion et partager vos impressions sur sa page Facebook.

Pour faire connaître le travail de Marion Cuerq et le site de l'OVEO, vous pouvez nous commander le petit tract et la carte postale disponibles sur la page Tracts et affiches.

Pour toute question concernant les films eux-mêmes, contacter directement Marion.


A propos du premier film de Marion Cuerq, Si j'aurais su... je serais né en Suède !

Il faut savoir que Marion Cuerq avait 21 ans lorsqu'elle a commencé à tourner ce film1, qu'avant cela elle n'avait jamais touché à la vidéo ni filmé ni monté de film, que son budget et son matériel étaient très limités. Elle demandait qu'on ne regarde pas son film comme celui d'un professionnel, mais il se défendait pourtant très bien ! Ce que Marion a voulu montrer, c'est combien il fait bon grandir en Suède, que les enfants y sont bien traités et que cela fonctionne.

"En tout cas, écrit-elle, j'y ai mis toute mon énergie, toutes mes tripes et j'ai littéralement tout donné pendant ces deux ans !!"

Ce film a été un instrument important pour faire connaître la manière dont les enfants sont pris en considération en Suède et pour faire comprendre que la France doit elle aussi, le plus tôt possible, adopter une loi qui interdise toute forme de violence à l'égard des enfants.

  1. A la suite de la soirée Thema Au pays de la fessée interdite... A lire également : l'interview de Marion sur instit.info, où on peut voir la bande-annonce du film. []