Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous et non pas de vous. Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Khalil Gibran, extrait du recueil Le Prophète.

Quand le Saint-Père parle des pères…

Un article d'Olivier Maurel, président de l'OVEO, en réponse aux déclarations du pape, mercredi 4 février 2015, sur "le rôle du père dans la famille". Déclarations passées inaperçues en France - et pour cause -, mais commentées en Allemagne (où une loi interdisant le châtiment corporel des enfants existe depuis 2000) et en Grande-Bretagne, comme le rappelle une dépêche AFP relayée entre autres par cet article de Francetv info. Extraits :

"Il n'existe aucun coup contre les enfants qui soit digne. Il faut être clair. Toute violence contre des enfants est totalement inacceptable", a ainsi répliqué la ministre allemande de la Famille, Manuela Schwesig (SPD, centre-gauche), dans le quotidien Die Welt, à paraître samedi.
L'association Aide allemande à l'enfance a appelé le chef de l'Eglise catholique à corriger au plus vite son erreur : "Ce pape est particulièrement humain, mais tout homme peut se tromper. En affirmant qu'il est normal de frapper [un enfant] si cela se fait dans la dignité, il se fourvoie totalement."


Au cours de son audience générale du 4 février, le pape François, qui, jusqu'à présent, avait fait un parcours assez intéressant, a parlé du rôle du père dans la famille. Il a évoqué la nécessité de sa présence active, de son exemplarité, de sa capacité à pardonner.

Jusqu'ici, rien à redire. Mais les choses se gâtent quand il se met à parler de la nécessité pour le père de corriger avec fermeté. Le père, pour lui, « n’est pas un père faible, accommodant, sentimental. Le père qui sait corriger sans humilier est aussi celui qui sait protéger sans se ménager. Un jour, lors d’une réunion de mariage, j’ai entendu un père dire : "Parfois, je dois donner une petite claque à mes enfants... Mais jamais sur la figure pour ne pas les humilier." Comme c’est beau ! Il a le sens de la dignité. Il doit punir, il le fait de façon juste et il va de l’avant. »

Cher Pape, on voudrait croire qu'ici, vous avez seulement été plus spontané que réfléchi, que vous avez eu tendance à ne voir dans l'attitude de ce père que le positif : il est ferme, il ne veut pas humilier ses enfants, il ne les frappe pas sur la figure, il ne leur donne qu'une « petite » claque.

Malheureusement, ce que vous avez dit reflète surtout la doctrine de l'Eglise en matière d'éducation. Vous n'avez fait que reprendre, dans votre style familier, ce que dit l'article 2223 du Catéchisme de l'Eglise catholique, ainsi rédigé : « C’est une grave responsabilité pour les parents de donner de bons exemples à leurs enfants. En sachant reconnaître devant eux leurs propres défauts, ils seront mieux à même de les guider et de les corriger. "Qui aime son fils lui prodigue les verges, qui corrige son fils en tirera profit." »

Et c'est même pour cette raison que le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies, en janvier 2014, au cours de sa 65e session, a épinglé l'Etat du Vatican dont vous êtes le chef, non seulement pour n'avoir pas encore interdit les punitions corporelles comme le Comité demande à tous les Etats de le faire, mais pour avoir recommandé explicitement de frapper les enfants. Et vous n'avez pas seulement sous votre responsabilité les 39 enfants du personnel du Vatican, mais aussi les 57 600 000 enfants qui vivent dans les établissements dépendant de l'Eglise.

Faut-il vous rappeler qu'un certain Jésus a vivement réprimandé ses disciples pour avoir seulement rabroué les enfants qui venaient auprès de lui ? Faut-il vous rappeler que le père du fils prodigue, que vous avez cité dans la même audience, non seulement ne châtie pas son mauvais larron de fils (autrement coupable que la majorité des enfants que vous recommandez de frapper), mais court au-devant de lui, se jette dans ses bras et ne fait même pas attention au pardon que lui demande son fils, tout occupé qu'il est, dans sa joie, à commander qu'on tue le veau gras ?

Dépêchez-vous, cher Pape François, de relire les extraordinaires paroles de Jésus sur les enfants qui nous les présentent comme des modèles (« Le Royaume des Cieux est à ceux qui leur ressemblent »), et rédigez bien vite une encyclique où, de même que vos prédécesseurs ont demandé pardon pour les guerres de Religion, pour la chasse aux sorcières, pour la condamnation de Galilée, pour les croisades, pour les abominables crimes pédophiles commis par des prêtres, vous demanderez pardon pour l'Eglise qui, pendant vingt siècles, a recommandé de frapper les enfants.

Alors seulement, nous pourrons recommencer à parler du bon pape François.

Olivier Maurel.