Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

Trois chansons pour ne plus frapper les enfants

De Linda Lemay, J'ai battu ma fille (dans l'album Du coq à l'âme).
On peut en trouver les paroles et la télécharger sur le site http://www.starzik.com/mp3/titres/J_ai_Battu_Ma_Fille-170492.html
Difficile de l'écouter sans en être bouleversé...

De Lucky Lise, Adolf (dans l'album J'ai encore le temps).
Chanson inspirée par le chapitre consacré à l'enfance d'Hitler dans le livre d'Alice Miller : C'est pour ton bien.

De Dominique Dimey, Tais-toi! (dans l'album J'ai droit à mon enfance).
Elle participe avec Solidarité laïque, la MAIF et la MGEN à un programme de concerts sur les droits des enfants.
Pour en savoir plus sur Dominique Dimey: site officiel www.dominiquedimey.com et www.ouvrezvosmains.com.

Si vous connaissez d'autres chansons sur ce thème, merci de nous les signaler.