Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous et non pas de vous. Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Khalil Gibran, extrait du recueil Le Prophète.

4 Février 2009 : La Défenseure des enfants s’engage pour une éducation non-violente !

Une dépêche publiée aujourd'hui par l'AFP annonce que la Défenseure des enfants, Mme Dominique Versini, a officiellement pris position en faveur d'une loi d'abolition des châtiments corporels en France. Dans son rapport d'évaluation de l'application de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE), publié sur son site et présenté ce mercredi 4 février à Genève, au Comité des droits de l'enfant des Nations Unies, elle affirme que « l'interdiction dans la loi de l'utilisation des châtiments corporels comme méthode éducative faciliterait l'évolution des comportements.
La Défenseure des enfants souhaite en conséquence la mise en place d'une réelle politique publique de prévention en matière de châtiments corporels, à destination des familles mais également de tous les acteurs sociaux et professionnels en contact avec l'enfance. » Nous nous réjouissons de cette prise de position claire !


Le communiqué de presse publié sur son site la veille, davantage centré sur les efforts entrepris par la France ces dernières années pour satisfaire aux recommandations de ce même Comité à la France en 2004, n'est lui pas aussi clair sur le sujet. Il faut aller lire en pages 54-55 du rapport sa position actuelle sur les châtiments corporels. On notera également qu'elle présente 4 recommandations relatives à la violence éducative ordinaire, et plus particulièrement aux châtiments corporels :

  • R 49 - Mener des campagnes de sensibilisation auprès des parents, des enfants, et des professionnels, pour mieux faire connaître les séquelles des châtiments corporels, les sanctions pénales encourues par les auteurs ou le rôle de tout citoyen en tant que témoin ainsi
    que les inciter au développement d'une parentalité positive.
  • R 50 - Promouvoir la valeur d'une éducation sans violence dans les
    programmes scolaires dans les médias et dans toutes les institutions accueillant des mineurs.
  • R 51 - Former tous les professionnels ayant une activité auprès des enfants et adolescents aux bienfaits de l'éducation sans violence.
  • R 52 - Inscrire dans la loi la prohibition de la violence et des châtiments corporels au sein de la famille, de l'école et des établissements accueillant des enfants.

Nous attendons maintenant qu'elle présente ces recommandations au gouvernement, et notamment à la Secrétaire d'état à la famille, Mme Nadine Morano, qui elle aussi s'est engagée en signant l'appel du Conseil de l'Europe à mettre fin aux châtiments corporels contre les enfants.