Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

Les philosophes et la VEO

Alain, un pacifiste paradoxal

Par Alexandra Barral, membre de l’OVEO Alain (Emile Chartier) est un philosophe relativement connu pour s’être intéressé à la question de l’éducation. Toute sa vie, il fut professeur de lycée, en province d’abord, pour finir sa brillante carrière comme enseignant en classe préparatoire au lycée Henri-IV à Paris. Alain a écrit deux œuvres qui portent […]

Rousseau et la violence éducative

Dans la série “Les philosophes et la violence éducative”, cet article est le dernier (après Kant et Locke) que nous publions dans une version longue. Il était important de disposer d’un article détaillé sur cet auteur si souvent utilisé, tantôt comme référence en matière de pédagogie, tantôt comme repoussoir, le qualificatif “rousseauiste” servant alors à […]

John Locke et la violence éducative

John Locke et la violence éducative dans Pensées sur l’éducation1 Par Alexandra Barral, membre de l’OVEO, professeur de philosophie Révision : Catherine Barret Après avoir abordé la violence éducative dans la philosophie kantienne, je me propose dans cet article d’étudier un des deux auteurs dont Kant s’est largement inspiré pour sa philosophie de l’éducation : […]

Kant et la violence éducative

Par Alexandra Barral, membre de l’OVEO, professeur de philosophie En lisant le livre d’Olivier Maurel, Oui, la nature humaine est bonne !, un point a retenu mon attention. A la page 296, il écrit : « Le point de vue ici développé ne correspond pas au point de vue de Rousseau […]. Il ne s’agit […]