Il est urgent de promouvoir la culture du respect de l’enfant comme “ultime révolution possible” et comme élément fondamental de transformation sociale, culturelle, politique et humaine de la collectivité.

Maria Rita Parsi, psychologue italienne.

En mémoire de Jesper Juul (1948-2019)

Jesper Juul en 2010. (image Wikipédia)

Jesper Juul en 2010. (image Wikipédia)

Nous avons appris le décès, le 25 juillet 2019, du thérapeute familial danois Jesper Juul, fondateur du Familylab, "laboratoire des familles", auteur de plusieurs ouvrages traduits en français, défenseur de l'important concept d'équidignité (égale dignité des adultes et des enfants) et des valeurs d'authenticité de la relation, d'intégrité et de responsabilité personnelle (les parents ne sont pas propriétaires de leurs enfants, ils en sont responsables). Nous nous associons à la tristesse des membres du Familylab France, en particulier David Dutarte, qui a été membre de l'OVEO et son président de 2010 à 2011 avant de prendre la responsabilité du Familylab France. Merci à Jesper Juul de tout ce qu'il nous a apporté.

Vous pourrez trouver au bas de notre page de "matériel militant" Tracts et affiches (sous le titre "Tracts et brochures", 2 pdf de 4 pages imprimables en A4 ou A5) un florilège de citations du livre de Jesper Juul paru en 2012, Regarde... ton enfant est compétent, choisies par Olivier Maurel. Quelques extraits :

« Les enfants sont nés comme des personnes sociables et humaines et, pour développer ces qualités, ils ont besoin de vivre avec des adultes qui se comportent avec sociabilité et humanité. Toute forme de méthode n'est pas seulement superflue, elle est contre-indiquée, parce qu'elle fait de l'enfant un objet pour ses proches. »

« Quelle que soit la conviction des parents, toute forme de recours à la violence sur les enfants a exactement les mêmes conséquences que sur les adultes : à court terme, cela engendre de l'angoisse, de la défiance et de la culpabilité, à long terme, une faible estime de soi, de la colère et de la violence. »

« C’est l’expression de l’amour qui est essentielle au développement de l’estime de soi de l’enfant. Cela n’aide pas que les cœurs des parents débordent d’amour, si leurs actes manquent d’amour – pas intentionnellement, mais dans la perception qu’en a l’enfant. »

« Quand un enfant sent que les adultes se soucient de ses limites, il apprend à respecter les limites des autres dès qu’il y a été confronté à quelques reprises. »

« Même si nous trouvons parfois le comportement de nos enfants insupportable, nous ne devons jamais cesser de les considérer comme des êtres humains d'égale dignité. »

« On trouve encore beaucoup de parents convaincus que les enfants doivent “apprendre à obéir”, et cela entraîne presque toujours la “désobéissance”, qu’elle soit frontale ou masquée. Pourquoi donc ? Parce qu’il est indigne et outrageant de devoir obéir aux ordres quand on aimerait bien mieux coopérer. »

« La violence physique est une atteinte à l’intégrité de tout être humain – y compris des enfants. Cela concerne aussi, même si nous les appelons “le dernier recours”, les “fessées qu’ils ont bien cherchées”, le “droit de correction”, etc. Rien que le nombre d’euphémismes que nous avons inventés pour ne pas dire simplement “violence” dit quelque chose sur le fait qu’au fond de nous nous savons qu’il y a là quelque chose de mal. »

« Il est peut-être aujourd’hui plus vrai que jamais que notre façon de traiter nos enfants est décisive pour l’avenir du monde. Il existe suffisamment de preuves à l’appui pour que nous ne puissions pas espérer maintenir plus longtemps notre double jeu envers les enfants et les jeunes. A long terme, nous ne pouvons pas nous en tirer en prêchant d’un côté l’écologie, l’humanité et la non-violence et de l’autre en traitant nos enfants et nos jeunes avec violence au sens littéral de ce mot. »

[article provisoire susceptible de modifications]