C’est seulement quand se produit un changement dans l’enfance que les sociétés commencent à progresser dans des directions nouvelles imprévisibles et plus appropriées.

Lloyd de Mause, président de l'association internationale de Psychohistoire.

État des lieux à l’occasion de la JNVE 2020

La France Insoumise a publié une discussion d’environ une heure entre Sophie Baudry, Arnaud Deroo et Danièle Obono, à l’occasion de la Journée nationale de la non violence éducative (JNVE) 2020. Nous relayons cette vidéo, non par soutien à ce parti politique (notre association est indépendante de tout parti), mais pour les idées qui y sont formulées.

Sophie Baudry rappelle énormément d’éléments d’information permettant une identification claire de la violence éducative ordinaire et des enjeux (y compris en termes de coût économique et sanitaire). Danièle Obono – qui fait partie des quelques députés à avoir remarquablement défendu nos idées pour améliorer (sans succès) le texte de la loi de juillet 2019 « contre les violences éducatives ordinaires » – établit des parallèles entre les différentes dominations. Il est plusieurs fois rappelé qu’il ne s’agit pas d’accuser les parents, mais qu’il est nécessaire de faire évoluer l’ensemble de la société pour donner une place à l’accompagnement des enfants (en termes de temps, de moyens, d’information, de disponibilité…). L’état des lieux concernant la loi nous semble également pertinent.

, , , ,