Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

J’ai été un monstre de colère…

Témoignage reçu en réponse au questionnaire du site, précédé d'un texte publié sur un réseau social.


j'explosais x fois par jour (et c'était pas des tites colères) je devenais une harpie hurlante et pas ENV1 du tout (tout l'inverse même 🙁 ...) - et une fois partie IMPOSSIBLE de m'arrêter, fallait que j'aille au bout quand bien même je voulais tout stopper...
j'ai lu des kg de livres (et c'est pas une façon de parler) pour tenter d'améliorer les choses - en vain...
un jour j'ai fini par comprendre qu'une seule et unique personne pouvait m'aider : MOI...
j'ai donc commencé déjà à démonter le processus de ces explosions de rage folle...
ce qui les provoquait
jusqu'où je pouvais agir (me suis rendu compte que les premières minutes je pouvais encore désamorcer les choses et "dévier" la colère : noms d'oiseau à la mode capitaine haddock, me mettre la tête sous l'eau froide, aller cogner sur des coussins - hurler était top aussi sauf que je vivais en appart et surtout que les enfants étaient à côté...)...
peu à peu les racines de ces colères sont remontées - et j'ai percuté notamment que je portais beaucoup de colères de mon père et de ma mère... et que cela ne m'appartenait pas...
le processus a été long, mais ça valait le coup... en quelques années, ces colères cataclysmiques ont quasiment disparu !

Avez-vous subi vous-même de la violence éducative au cours de votre enfance ? Sous quelle forme ?
Violences éducatives ordinaires
- Claques, martinet, fessées, punitions... (pas tous les jours attention uniquement quand mes parents le pensaient indispensable)
- Mensonges (pour moi ça fait partie de la VEO) : notamment le père noël... quand j'ai appris qu'il n'existait pas, que mes parents s'étaient foutu de moi depuis ma naissance (je l'ai ressenti comme ça) ça a été un vrai traumatisme, entretenu chaque année par le retour de cette foutue fête. Comme j'étais l'aînée, il était implicite que je gardais le secret envers mes cadets. J'ai donc fait semblant et menti durant une bonne partie de mon enfance et de mon adolescence. Aujourd'hui encore je déprime tous les ans de la mi novembre à la mi janvier.
A partir de et jusqu'à quel âge ?
Je ne me souviens pas quand ça a commencé - ça a fini à l'ado.Par qui ? (père, mère, grands-parents, autre personne de la famille ou de l'entourage, enseignant...)
Mon père pour les claques et les fessées, mes parents ensemble pour les punitions
Tout le monde pour les mensonges (noël lapin de pâque petite souris pour la dent et autres fables)
Cette ou ces personnes avaient-elles elles-mêmes subi de la violence éducative dans leur enfance ? De quel type, pour autant que vous le sachiez ?
J'ai appris récemment que la mère de mon père n'était absolument pas maternante et préférait s'occuper de l'entreprise familiale que de ses enfants. Elle a eu 5 fils et voulait une fille ...
Les parents de ma mère étaient un peu le contraire, à l'écoute, chaleureux
Vous souvenez-vous de vos sentiments et de vos réactions d'alors (colère, tristesse, résignation, indifférence, sentiment d'injustice ou au contraire de l'avoir "bien mérité"...) ?
- Injustice, colère
- Sentiment d'être totalement incomprise
- Impression d'être une extra terrestre parachutée dans un monde étranger et étrange ; incompréhension, solitude

Avez-vous subi cette(ces) épreuve(s) dans l'isolement ou avez-vous eu le soutien de quelqu'un ?
Pas de soutien

Quelles étaient les conséquences de cette violence lorsque vous étiez enfant ?
Repli sur moi (mais il n'y a pas eu que ça pour provoquer ce repli)
Certitude d'être un vilain petit canard lâché par erreur dans une couvée de cygnes
Me suis réfugiée dans les livres que je dévorais à la chaine...

Quelles en sont les conséquences maintenant que vous êtes adulte ? En particulier vis-à-vis des enfants, et notamment si vous êtes quotidiennement au contact d'enfants (les vôtres, ou professionnellement) - merci de préciser le contexte ?
A noter : il est quasi impossible pour moi de séparer la VEO des autres moments difficiles de mon enfance
Les impacts les plus négatifs ont été sur moi :
- Culpabilité (c'est une "compagne" qui ne me lâche pas)
- Dévalorisation
- Perte de confiance en moi et dans mes parents ; j'avais l'impression qu'il y avait une vitre transparente entre ma mère et moi... m'a dit souvent qu'elle regrettait que nous ne soyons pas plus proches
Par rapport aux enfants :
- Trouver normal de frapper et maltraiter un enfant pour l'éduquer
- Accumulation de beaucoup de colères en moi qui ressortait par crises violentes et incontrôlables (notamment contre ma fille )

Si vos parents ont su éviter toute violence, pouvez-vous préciser comment ils s'y sont pris ?
Ils n'ont pas su...

Globalement, que pensez-vous de votre éducation ?
Je ne sais pas. Il y a tant de facteurs qui sont intervenus qui ne relevaient pas seulement de la violence éducative (par ex 3 de mes frères avaient des problèmes de santé sérieux et durables).
En tout cas j'ai mis des décennies à comprendre que je n'étais pas un vilain petit canard et des années pour percuter que je n'étais pas une mère dénaturée et monstrueuse qui ne savait pas se contrôler ni aimer ses enfants.

Viviez-vous, enfant, dans une société où la violence éducative est courante ?
oui

Si vous avez voyagé et pu observer des pratiques coutumières de violence à l'égard des enfants, pouvez-vous les décrire assez précisément : quel(s) type(s) de violence ? par qui ? à qui (sexe, âge, lien de parenté) ? en quelle circonstance ? pour quelles raisons ? en privé ? en public ?
Je n'ai pas beaucoup voyagé (et quand je l'ai fait c'était avant d'avoir mes enfants, et à l'époque je fuyais les enfants), mais pas besoin de voyager, suffit d'aller au parc, dans les transports en commun, dans les grandes surfaces...
Ça touche tous les âges jusque vers 10/12 ans... claques, insultes, dévalorisations, menaces...

Qu'est-ce qu'évoque pour vous l'expression « violence éducative ordinaire » ? Quels types de violence en font partie ? Et quelle différence faites-vous, le cas échéant, entre maltraitance et « violence éducative ordinaire » ?
La maltraitance suit les pas de la VEO
La VEO est utilisée avec comme excuse "l'éducation" : dresser l'enfant, le faire entrer dans le moule, "pour son bien"
La maltraitance a la même base, mais en pire et peut mettre la vie de l'enfant en danger de multiples façons (privation de soins, de nourriture, enfermement, coups, à la main, avec des objets...)

Avez-vous des objections aux idées développées par l'OVEO ? Lesquelles ?
Non

Comment nous avez-vous connus : site ? livre d'Olivier Maurel ? salon ? conférence ? autres ?
Page FB. (mais j'ai été des années sur la liste de discussion "Parents conscients", et j'y ai beaucoup entendu parler de O. Maurel, de VEO et d'ENV.)

Ce site a-t-il modifié ou renforcé votre point de vue sur la violence éducative à l'égard des enfants ?
Renforcé

Blandine, 58 ans, milieu ouvrier

  1. ENV : "éducation non violente" (note de l'OVEO). []