Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous et non pas de vous. Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Khalil Gibran, extrait du recueil Le Prophète.

La violence obstétricale ordinaire, séquelles et prémisses de la violence éducative ordinaire

Cet article, qui fait le lien entre violence obstétricale ordinaire et VEO, pourrait en annoncer d’autres sur la maltraitance médicale ordinaire en général (en particulier celle des enfants), et celle qui existe dans l’accompagnement des personnes handicapées, âgées ou simplement dépendantes : autrement dit, dans le cadre de toute relation de soin. Vous pouvez nous envoyer vos propositions d'articles et vos témoignages sur ces questions, à condition qu'ils montrent ce lien avec la VEO, c'est-à-dire la façon dont les soignants reproduisent leur propre éducation et leur formation, et/ou la façon dont nous acceptons nous-mêmes d'être traités, surtout lorsque nous sommes en situation de faiblesse (physique, psychologique) face à une personne « d'autorité », ayant un pouvoir sur nous.

Par Amandine C., membre de l’OVEO


Définitions :

VEO : Violence éducative ordinaire : La violence éducative est le processus d'une force physique et mentale mis en place par les parents ou éducateurs de l’enfant, pour l’utiliser contre lui, dans le but de le "neutraliser", et de lui faire croire que cette action violente à son encontre est une action éducative1.

VOO : Violence obstétricale ordinaire : « appropriation du corps et des processus reproductifs des femmes par le personnel de santé, ceci est exprimé par un traitement déshumanisé, une hypermédicalisation, et une conversion des processus naturels en processus pathologiques, entraînant, pour les femmes, une perte d'autonomie et de la capacité de décider librement de leur corps et de leur sexualité, ce qui a une incidence négative sur la qualité de leur vie” (définition donnée par la loi vénézuélienne, voir pour détails cet article). Ces violences ont désormais un début de reconnaissance sociale, depuis cet été, en France également grâce au travail titanesque du CIANE et, plus récemment, de l'association IRASF.


Depuis cet été, la dénonciation des violences obstétricales ordinaires (VOO) est largement relayée par la presse et les réseaux sociaux et, une fois la parole libérée, le tabou levé, c’est une véritable vague qui se soulève enfin. Certes, les femmes ne sont plus « shootées » au chloroforme ou communément giflées, les bébés ne sont plus suspendus par les pieds… et pourtant !

A travers le prisme des violences ordinaires en périnatalité, on peut lire bien des choses à propos de notre société et de son degré de bientraitance des individus qui la composent et la rejoignent. Plusieurs historiens (notamment Jacques Gélis) avaient réalisé que l’on peut mesurer le degré de violence d’une société rien qu’à la lorgnette de la qualité de l’accueil qu’elle offre à ses nouveaux membres…

Un récent article très pertinent2 s’interrogeait donc sur les « racines » de la VOO. Si cet article décortique bien les freins et les scléroses du système de santé (notamment périnatale donc), en l’incluant dans une logique systémique, culturelle et sociétale très bien analysée, il lui manque encore, à mon sens, des réponses pour aller plus profond encore, au cœur de cette logique justement, et c’est là que l’éclairage de la VEO et de ses séquelles est précieux et même déterminant pour mieux émerger du « trou noir3 » (O. Maurel) général en ce qui concerne la violence ordinaire, présente partout dans notre société.

Plus récemment encore, une série d’émissions, initiée par Mélanie Déchalotte sur France Culture à propos de la relation soignant-soigné, apporte des pistes qui étayent ce parallèle (entre VEO et violence ordinaire en médecine et notamment en gynécologie-obstétrique) et cette continuité dans la dynamique qui existe finalement dans toute relation de soin… La première émission consacrée à cette thématique évoque la formation (et le risque de formatage, à force de « blindage » et de carences de réflexions philosophiques et éthiques) des étudiants en médecine (et on ne « choisit » pas cette voie par hasard non plus…), et c’est édifiant à entendre, mais aussi porteur d’espoirs au regard de la lucidité des réflexions exprimées par les jeunes et futurs médecins et de l’envie qui y perce de changer le modèle relationnel usité dans les soins de manière générale4

Ces espoirs restent fragiles, tant pareilles prises de conscience semblent minoritaires… Par ailleurs, cela fait plusieurs années que l’on interroge chroniquement cette relation soignant/soigné, mais en omettant toujours les séquelles et les conditionnements antérieurs issus des relations éducateur/éduqué que notre société entretient.

Martin Winkler (cf. Les Brutes en blanc, tellement férues de pédagogie noire !) apporte aussi son analyse dans cette série d’émissions : « On ne peut pas enseigner à soigner à des gens que l’on maltraite », plusieurs fois il est répété que le maltraité deviendra facilement le maltraitant et que celui qui a subi fera subir (à ses étudiants, et eux-mêmes à leurs patients…).

Grâce à la prise en compte de la VEO et des traces qu’elle laisse chez l’adulte, des trames comportementales qu’elle imprime, notamment le rapport de domination (et souvent d’humiliation) normalisée, entre éducateur/soignant et éduqué/patient, on peut mieux comprendre : la difficulté d’assimiler d’autres façons de considérer les choses et d’agir en conséquence, la peur d’être et de faire différemment (le rejet par les « pairs » est alors une réalité bien crue aux lourdes incidences), l’anesthésie émotionnelle, le « there is no alternative », l’impunité voire l’invisibilité des violences (même quand celles-ci sont aisément objectivables), la difficulté à remettre en cause les pratiques mais aussi, et du même coup, « celui/celle qui sait mieux que nous », la peur de brimades (certaines femmes redoutent en effet de se « faire gronder » par leur gynéco ou sage-femme, pour une prise de poids par exemple !), un sentiment d’inéluctabilité de la part des victimes, la honte aussi (surtout quand la violence touche à notre intimité), la sidération des victimes, la rage contenue et le douloureux sentiment d’être seul et confusément coupable… C’est ce que je vais tenter ici d’expliciter.

En effet, il me paraît légitime de postuler que, sans une VEO bien ancrée en chacun, incorporée littéralement, et sans la culture patriarcale et punitive qui la sous-tend, la nourrit et la légitimise encore, les VOO (violences obstétricales ordinaires) ne seraient pas aussi courantes quels que soient le contexte ou les conditions de la naissance.

Sans avoir appris très tôt, à force de VEO (a minima), à se déconnecter de son ressenti et de sa légitimité propres, à ne surtout pas (ou le moins possible surtout !) remettre en cause les « maîtres », pairs, formateurs et autres autorités « supérieures », on ne pourrait renoncer à autant pour soi et ses enfants ou même pour ses patients, ni accepter autant de postures et de gestes intrusifs et abusifs, que seule une norme justifie, norme très questionnable quand on le veut bien, là encore ce ne sont pas les éléments qui manquent, tant avec des études comparées à l’échelle internationale qu’avec le développement des connaissances scientifiques en matière de physiologie et de psychologie périnatales.

État des lieux : les mêmes processus sont à l’œuvre dans la VEO comme dans la VOO (qui par ailleurs réactive ceux de la VEO)…

« On a toujours fait comme ça », « c’est pour votre bien/le bien du bébé », peurs, fantasmes, déni/cécité sociale des violences effectives

Violences physiques ordinaires

La liste des violences obstétricales est longue, on trouve désormais des témoignages nombreux, il n’est donc pas question ici d’entrer dans le détail. Citons néanmoins des pratiques courantes violentes mais néanmoins banalisées car réalisées « pour notre bien », pourtant sans fondement scientifique, voire même invalidées par les études récentes en la matière, et parfois simplement abjectes : épisiotomie, interdiction de manger et boire (ce qui relève de la torture lors d’accouchements longs), expression abdominale, anesthésie mal dosées source de souffrances accrues, parfois même incisions ou sutures à vif…

Voici un exemple de violence ordinaire physique en salle d’accouchement aussi parlant que révélateur de l’ensemble : l’injonction (relativement récente dans l’Histoire) faite aux femmes, pour le seul confort du soignant (au positionnement clairement prévu pour être d’emblée interventionniste), de se mettre sur le dos, jambes écartées dans les « étriers » (certaines ont le luxe suprême de se voir proposer une position latérale, certes préférable mais toujours allongée), ce qu’on appelle absurdement position gynécologique, alors qu’elle a tout de gynéco-illogique : outre l’impossibilité pour la femme de se mouvoir (rappelons ici que nous avons la possibilité, encore peu répandue, de recourir à des péridurales ambulatoires, donc l’argument du « droit à l’anesthésie » justifiant cette contrainte posturale n’est pas toujours recevable), elle entraîne, de fait, une pression intense sur la colonne vertébrale et donc un fort accroissement des douleurs, mais aussi et du même coup, une moins bonne oxygénation tant de la mère que du cordon et donc du bébé (avec donc le risque accru de souffrance fœtale, qui entraînera d’autres interventions, d’autres complications potentielles, dans un effet domino parfois dramatique, et toujours regrettable pour le moins). De plus, le bassin se retrouve « coincé » et ne peut plus s’ouvrir de manière aussi optimale et « sur-mesure » pour faciliter la descente puis la sortie du bébé. Le périnée est également très mis à mal dans cette position et ce n’est pas un hasard si, quand on demande aux sages-femmes quelles positions le préservent le mieux, il n’est évidemment jamais question de celle-ci ! Peu de femmes, plus largement, savent que l’on peut accoucher d’un « gros bébé », en siège même, sans abîmer du tout son périnée, car les croyances entretiennent les mauvaises pratiques et expériences, telles des prophéties autoréalisatrices… Pour un bon nombre de primipares, nous ne connaissons même pas notre périnée !

Pourtant, la grande majorité des femmes ne songeraient même pas à remettre en cause cette position. Le documentaire Laboring under an illusion a montré le poids de notre conditionnement culturel et éducatif, qui vient court-circuiter ce que nous dit notre corps en termes d’inconfort ou de douleur. Ainsi, il n’est pas rare que, même sans contrainte extérieure, la femme s’impose cette position absurde de manière complètement automatique ! Son accompagnement consistera alors souvent à l’aider à se reconnecter à ses sensations, pour favoriser l’ajustement postural approprié, qui sera propre à chacune (et à chaque naissance)…

Les « habitudes » de ce genre (car ce sont bien là des soucis d’habitudes et de croyances, loin de moi l’idée de voir un sadique masqué derrière chaque blouse blanche !) ne peuvent pas améliorer les données épidémiologiques, du fait qu’elles entraînent des effets iatrogènes en chaîne5. Or, chaque année en France, 60 à 80 femmes meurent en accouchant ou des suites directes de l’accouchement, et l’on déplore 2,3 bébés morts pour 1 000 naissances, soit environ 1 600 bébés par an, la France occupant par ailleurs la dernière place des pays européens en matière de mortinatalité (enfants mort-nés), et cela ne représente que la partie visible des dommages engendrés par un mauvais traitement de la naissance dans notre pays.

Plus de 70 % des décès maternels seraient évitables (avis de 2013 du CNGOF), et on ne comptabilise hélas jamais les séquelles des naissances vécues de manières violentes voire traumatiques, et les incidences que cela a sur la vie des femmes, des bébés et de leurs familles. Ces conséquences, loin d’être anecdotiques ou anodines, sont pourtant bel et bien lourdes de conséquences (et de coûts) en termes de bien-être individuel, mais aussi de santé publique, y compris sur le long terme, soit bien au-delà de la seule période périnatale. Elles vont de la dépression du post-partum jusqu’à l’incontinence des sphincters parfois irréversible et les douleurs chroniques invalidantes, de la résurgence de traumas à la difficulté à se lier à son enfant. Les séparations ou difficultés de couple sont également très courantes… Enfin, certaines femmes traumatisées par des maltraitances obstétricales refusent de consulter à nouveau des soignants, y compris pour un simple suivi gynécologique. En cas de grossesse cela peut mener au déni de grossesse (qui induit certaines situations extrêmes, allant jusqu’au meurtre des nouveau-nés, nés « malgré tout », parfois !). Cette phobie des blouses blanches favorise aussi une augmentation non négligeable d’accouchements non assistés (ANA), avec un refus de tout soin ou dépistage quand bien même ces femmes sentiraient que « quelque chose ne va pas » : elles disent alors « tout mais pas l’hôpital » et, face à la « pénurie » de sages-femmes proposant l’accompagnement global et l’accouchement à domicile (ou en maison de naissance), se retrouvent livrées à elles-mêmes non pas par choix pour nombre d’entre elles mais bien par dépit et par peur.

Parmi les séquelles des VEO qui font le nid des VOO (entre autres violences !), notons aussi le consensus culturel qui règne chez les adultes à propos de LEUR enfant : il est communément admis que leur enfant leur appartient, et ainsi, par prolongement, le corps de ce dernier. On pourrait dès lors s’attendre à une certaine défense ou protection des nouveau-nés par leurs parents, mais il n’en est rien dans la majorité des cas, puisque, dans ces instants suspendus du devenir-parent, ils ne se protègent pas eux-mêmes, sont dans l’impossibilité d’exercer leur autonomie ou la protection de leur propre corps et s’en remettent entièrement aux soignants, ces derniers étant par ailleurs soumis à des protocoles très bien ficelés qui leur laissent peu de marge de manœuvre. Ainsi, ils ne verront souvent rien de violent à tous ces gestes intrusifs, jusqu’à ceux devenus tristement des rituels bien ancrés et appelés « premiers soins6 » (bien que dénoncés depuis longtemps par l’OMS : aspirations, un auteur parlait de « viol des orifices », divers traitements prophylactiques, pesées et mesures rapides, qui « déplient » brutalement le bébé) qui font suite souvent à une naissance précipitée et un clampage du cordon trop rapide qui prive le bébé d’un apport non négligeable en sang et d’une acclimatation progressive à la respiration aérienne.
Certes, en termes de soins du nouveau-né aussi, des améliorations sont notables, mais elles restent inégales et, plus de 40 ans après les premiers travaux pionniers en termes de bientraitance du nouveau-né, il est fort injuste de jouer ces tout premiers instants à la roulette russe !

Les ostéopathes confient traiter un nombre alarmants de bébés qui, à peine nés, souffrent de douleurs cervicales et crâniennes.

Le fameux « premier cri » est considéré comme une norme, un symbole au point de devenir un titre de documentaire consacré à la naissance, guetté même par les parents qui s’inquiètent quand il tarde à se faire entendre… Ceci alors qu’on sait depuis des décennies, grâce aux travaux de Lindt, un néonatologue suédois, que ce cri n’est non seulement pas nécessaire au bébé pour installer sa respiration aérienne, mais il est même un signe d’inconfort, voire de peur ou de douleur ! Il n’est pas rare, a contrario, qu’un bébé dont la naissance est pleinement respectée, naisse endormi, ou silencieux, comme simplement étonné et curieux… Il gargouille, « miaule », pousse un petit cri, mais en général ne hurle pas.

Ainsi, pour le nouveau venu, sa première empreinte de la vie parmi ses semblables est donnée sur ce ton : forcings, extractions, standardisations et étiquetages, violence ordinaire sous le regard de parents complices malgré eux…

Autant d’empreintes qui reflètent combien notre propre corps ne nous appartient décidément pas, tant la VEO a su nous convaincre, enfant, que notre propre corps est soumis aux humeurs, habitudes et décisions de l’adulte (cf. aussi les VEO que sont les réprimandes ou même les caresses diverses ou le tirage des « bonnes » joues sous prétexte que « c’est pas méchant »), et que les intrusions venant de l’adulte (et plus tard de celui qui incarnera l’autorité : médecin, supérieur hiérarchique etc.) sont normales, qu’en bon « éduqué » on ne peut que s’y résoudre sans broncher, en espérant que cela passe vite ou en se coupant de ses sensations de malaise, en se dissociant…

En effet, les mécanismes de défense mis en place face aux VEO se rejouent ici de manière évidente. La fuite étant de fait presque toujours impossible, l’inhibition de l’agressivité, l’état de soumission sont en soi révélateurs face à des situations objectivement violentes. Ceux qui réagissent avec agressivité sont sanctionnés (parturientes attachées, forceps ou césarienne sous anesthésie générale pour « non-compliance maternelle »…, conjoints exclus de la salle de travail, menaces de signalement aux services sociaux, etc.). Ainsi, les femmes qui connaissent leurs droits et remettent en cause certains protocoles, ou refusent en tout cas de faire preuve d’une obéissance aveugle, sont cataloguées comme « chieuses », et les sages-femmes qui aiment les accompagner sont souvent vues de la même façon par leur pairs, les médecins ou leur Ordre ! Cependant, la plupart du temps, c’est la soumission et la sidération qui dominent : les injonctions ou les simples dires du soignant (ici symbole et continuité de la figure d’autorité) l’emportent sur notre capacité à ressentir et notre liberté d’agir.

Certes, notre plasticité cérébrale nous permet toujours de « rejouer » ces débuts compliqués, mais on ne peut jamais revenir en arrière et combien de souffrances évitables et d’énergie gaspillée pourraient être épargnées !!

D’un point de vue épidémiologique toutefois, certaines choses ne peuvent plus se rejouer chez l’humain, ou de manière très limitée, comme notamment la mise en place du microbiote intestinal, qui se met en place de manière très majoritaire au moment du passage dans le canal vaginal et dont on connaît aujourd’hui l’importance en termes de santé immunitaire et nerveuse (on parle même de « deuxième cerveau ») : or, de ce point de vue, l’augmentation des naissances par césarienne, le nombre encore important de bébés aux estomacs « aspirés » à la naissance ou traités aux antibiotiques prophylactiques et, par-dessus tout ça, privés d’une dose optimale d’ocytocine naturelle (hormone de l’attachement, de l’empathie aussi…), représentent bien des sources d’inquiétude à long terme.

Pour comprendre les enjeux de l’ocytocine à l’échelle de la civilisation humaine, en termes d’empathie et de « reliances », je vous invite à lire les pistes de réflexions et travaux du Dr Michel Odent, notamment dans l’Amour scientifié et Naître à l’ère des plastiques.

On réalise alors que les effets iatrogènes de la prise en charge actuelle de la naissance en France s’ajoutent à plus ou moins long terme aux effets généraux des traumas créés, réactivés ou encore attisés.

J’ai vu, lors d’un séjour de plusieurs semaines en néonatologie pour mes enfants, de minuscules bébés nés prématurés, dont la surveillance est inextricablement liée à toute une batterie de capteurs, machines etc. Et lors de bradycardies (décélérations du rythme cardiaque, bien souvent physiologiques chez les bébés prématurés, mais néanmoins à surveiller évidemment de près), alors qu’il suffit en général de les toucher ou de leur parler pour les « relancer », j’ai assisté sidérée à une routine de soignants (par ailleurs bienveillants ! ils brodaient même les prénoms des bébés pour personnaliser les couveuses) : un bip, une bradycardie signalée… hop, on tape un petit coup sec sur la couveuse en regardant à peine à l’intérieur (juste le mouvement, pas l’individu qu’est le bébé), bébé sursaute et « ça « repart tout seul, pas besoin de s’interrompre dans ses allées et venues ou les intenses remplissages de fiches…

Ou encore ces petites triplées qui arrivaient dans la pouponnière au sortir du bloc où elles venaient de naître par césarienne : l’une d’elle commence à pleurer avec force malgré son petit kilo de poids ! Et la puéricultrice, elle aussi bienveillante par ailleurs dans ses gestes, de lui rétorquer (rappelons que ce bébé a moins d’une heure de vie et n’a pas encore retrouvé sa mère !) : « Ah mais, ma petite, va pas falloir commencer les caprices hein, va bien falloir t’habituer à attendre ! »Je pourrais aussi m’étendre sur divers procédés et prises en charge qui témoignent de la douloureuse tentative de conciliation entre rentabilité, rapidité des soins et bientraitance… entre les gavages au biberon par peur que bébé ne grossisse pas assez vite ou l’interdiction du peau à peau pourtant si bénéfique, par manque de personnel accompagnant…

Les compétences du bébé restent méconnues, celles des parents se heurtent souvent à un dialogue impossible avec le soignant, qui peut même se sentir agressé par des questions, tant il est admis qu’il agit « pour notre bien » et donc de manière incontestablement juste…

Mais comment, dans des contextes aussi globalisés et routinisés dans la cécité des violences (plus ou moins) ordinaires subies, les parents (parfois exclus des soins « pour leur bien ») peuvent-ils sentir la justesse de leurs propres compétences ? Ces courts moments de la rencontre et des tout débuts avec son bébé sont tellement normés qu’ils s’imprègnent aussi et servent, dans notre société où l’on a si peu de modèles de maternages, d’exemples à suivre. Ainsi, le fameux « le docteur a dit que » (en relais à « ma mère dit que » ou autre !) prévaudra bien souvent sur la seule observation du bébé, de ses besoins, et l’écoute que l’on pourrait avoir de ce qui serait notre réponse adaptative. Un exemple courant de cela pourrait être le tristement célèbre « laisse-le pleurer, ça lui fait les poumons ». Le fait de forcer à attendre pour manger ou au contraire à finir coûte que coûte son biberon (quitte à ce que bébé en vomisse !) revient à la même chose : on n’apprend pas à observer le bébé, on se méfie de ses élans, et on a tellement peur de « mal faire » que l’on se sent alors absolument dépendant de « ceux qui savent » !

On a tôt fait de nier tout instinct maternel (et l’autre parent, quand il accompagne la parturiente, est également imprégné par tout le cocktail hormonal d’une naissance respectée) quand on ne lui laisse aucune chance de se faire ressentir et encore moins de s’exprimer ! Le Dr Michel Odent, nous l’évoquions précédemment, met régulièrement en garde notamment contre les entraves faites à ce lien à notre animalité auquel nous pourrions nous fier dans ces instants tout particuliers, lien qui est par ailleurs garant de notre humanité, puisque l’ocytocine est déterminante pour des relations sociales et affectives harmonieuses. Il craint en effet qu’à défaut de pouvoir sécréter, comme prévu par nos physiologies, ce pic intense de cette « hormone de l’amour/du lien », cette fonction finisse par s’atrophier, ce qui ne présage rien de bon pour les rapports humains !

Quand on prend connaissance de travaux comme ceux de Leboyer, de Jean Liedloff (qui a mis en avant l’importance du continuum) ou encore de A. Montagu (« la peau, premier langage »), force est de constater le gouffre entre besoins du nouveau-né et pratiques de soin et ainsi pour la plupart des naissances, le message d’accueil est on ne peut plus refroidissant (au sens propre également).

De leur côté, les soignants sont de plus en plus soumis à un rythme et à une exigence de rentabilité qui entravent même les plus empathiques et les plus dévoués, et cela [les et nous] confronte à l’impossible adéquation entre accompagnement et course contre le temps. Le stress permanent les enferme dans un sentiment d’impuissance irrévocable, ce qui accroît encore la peur de la sanction et la pression de la conformité qui vont avec… Les petites structures ferment ou sont sans cesse menacées, les gros centres périnataux noient et broient les relations humaines. Je me souviens d’une sage-femme du CHU d’Orléans me disant qu’elle ne connaissait même pas toutes les sages-femmes de son propre service, tant le roulement était intense ! Les interlocuteurs se multiplient, et cela ne facilite en rien la création de liens de confiance et une bonne circulation de l’information, tant entre collègues qu’auprès des patientes/usagers.

La périnatalité en cela illustre fort bien ce glissement dont parle Jesper Juul vers la prédominance des valeurs bureaucratiques sur les valeurs professionnelles (cf. Voulons-nous vraiment des enfants forts et en bonne santé ?), et celui-ci nous rattrape continuellement à un tournant ou un autre de nos vies… Alors, la violence ordinaire se dilue et n’en devient que plus difficile à combattre.

Là encore, c’est bien la notion même d’éducation qui est interrogée à divers degrés. Il est urgent de trouver d’autres « habitudes », via une autre approche de leur transmission, ancrées dans la bientraitance inaliénable des individus, quels que soient leur âge ou leur condition.

Car comment, sans avoir baigné dans la VEO et sans avoir été nourri de son poison anesthésiant, peut-on accepter pareilles situations ?!

Violences verbales, émotionnelles et psychologiques

Chez l’humain, plus particulièrement enfant mais aussi bien lors de moments particuliers de l’existence, par exemple lorsqu’on a besoin de soins ou simplement d’accompagnement comme lors d’une naissance, le besoin d’un sentiment de sécurité est biologiquement fondamental pour favoriser les processus physiologiques. Cela passe notamment par un rapport de confiance et de respect avec les personnes présentes, mais aussi par la capacité à exprimer ses besoins légitimes.

C’est dans doute dans ce domaine que l’on peut relever de manière peut-être plus directe encore des prolongements faisant écho aux VEO. Ce qui revient le plus dans les témoignages, c’est l’attitude paternaliste et infantilisante du soignant… Et l’on oublie alors7 que même un enfant ne devrait jamais subir ce cocktail de VEO : menaces, usage de la force, chantage, humiliation et humour déplacé, le tout sur fond de désinformation, de déni ou refus de consentement – quand celui-ci a été demandé, puisque, bien souvent, il reste tacitement convenu, en dépit des lois Kouchner qui commencent à dater (2002 !), que les soignants veulent (et agissent pour) notre bien !

Je me concentre ici sur la naissance pour évoquer les VOO, mais elles sont présentes dès le suivi de la grossesse, particulièrement anxiogène en France : touchers vaginaux répétés, dépistages multiples (voir pour cela Pour une médicalisation raisonnée de la naissance du Dr Myriam Szejer et de la sage-femme Francine Caumel-Dauphin8 et le Livre noir de la gynécologie et de l’obstétrique de M. Déchalotte précédemment citée9), réflexions déplacées sur la mère, son couple, sur le sexe du bébé, les examens parfois contradictoires, les menaces toujours latentes, et le contrat tacite de soumission au soignant.

Même l’entourage justifie et banalise la violence et ses conséquences quand des femmes osent confier leur malaise ou ce qu’elles ont alors ressenti. Beaucoup expriment s’être senties « toutes petites », et l’on sait comme nos enfances savent nous convaincre de notre impuissance… La solitude et le sentiment d’isolement creusent alors le nid de la culpabilité, de la dépression, du stress post-traumatique… et de potentielles VEO commises à l’encontre de cet enfant avec qui la rencontre aura été si malmenée et associée, de fait, à maintes souffrances. Pas forcément par rancœur ou désamour pour un être avec qui le processus d’attachement aura été entravé ou empêché, mais aussi parfois par d’épuisantes tentatives de « réparation » où le parent veut tellement « bien faire » qu’il en oublie non seulement qui il est, son histoire et ses limites à découvrir pour mieux envisager – ou pas – de les dépasser, mais aussi qui est ce bébé et ses besoins tout particuliers, qu’aucun manuel, fût-il au sommet de la bientraitance, ne saurait récapituler (cf. Alice Miller, Le Drame de l’enfant doué).

A contrario, on remarque bien souvent un accueil frileux voire franchement hostile des témoignages positifs, comme si la femme qui se sent « grandie » par son accouchement avait en quelque sorte trahi en dérogeant aux rituels dont tabous et violences sont les fondements…

Ces violences verbales et psychologiques sont également à l’œuvre entre certains professionnels, avec la hiérarchie, ou même au sein d’équipes où ce sont « toujours les mêmes qui se coltinent les gardes » comme m’expliquait une amie sage-femme, où les générations, les habitudes se heurtent, où chacun se renvoie la balle de la responsabilité des difficultés rencontrées. Bien sûr qu’il existe aussi des équipes soudées, mais nous devrions, dans le prolongement de la voix des femmes parturientes, entendre bientôt, plus forte que jamais, celle de la souffrance du monde des soignants, surtout les plus précaires (sages-femmes, infirmières, aides-soignantes notamment), ceux qui ne sont pas en mesure de prendre des décisions et qui, injustice ultime, doivent assumer les dommages collatéraux, nombreux, de ces mêmes décisions prises « en haut »… Et, là encore, même les chefs de service expliquent leurs contraintes et la pression exercée sur eux par les assurances… Nul ne semble donc prêt à endosser une pleine responsabilité des enjeux de la bientraitance en périnatalité, et la notion de coresponsabilité est également, et sans doute plus encore, complexe à établir…

On le réalise encore mieux, notamment avec la première émission de la série proposée par Mélanie Déchalotte sur France Culture, ces soignants ne sont pas à cette place par hasard et, pris dans un milieu et une logique qui les dépassent tout en les entravant fortement, acceptent plus ou moins de prendre pleinement en compte les requêtes ou avis du couple. Ils sont comme les parents épuisés, stressés, qui ont déjà écopé du stress de leur hiérarchie ou collègues et ont leur réservoir d’empathie bien éprouvé. Combien de sages-femmes en burnout ? Et/ou frustrées et malheureuses dans leur travail, qui se vide de sens tant elles sont coincées par de multiples pressions insensées ? Combien d’entre elles doivent serrer les dents en quittant une femme qu’elles n’ont pas le temps d’accompagner parce qu’elles ont plusieurs autres femmes « sur les bras », dont certaines plus « avancées » dans le travail, ou en pratiquant une épisiotomie qu’elles savent inutile et douloureuse (étudiantes sages-femmes notamment), ou en refusant à manger à une femme en travail, parce qu’elles doivent regarder sans cesse leur montre et n’ont parfois pas même le temps de connaître la femme qu’elles ont en face d’elles ? Combien de merveilleux médecins, tel Leboyer à la fin de sa vie, se désespèrent du peu d’écho chez leurs pairs de leurs découvertes et travaux pourtant édifiants en termes d’avancée vers une bientraitance, si « facilement » généralisable qui plus est ? Combien se sont expatriés ou renoncent face aux pressions de leur ordre ou de leurs confrères ? Quant aux étudiants en médecine, il n’existe aucun contre-pouvoir pour dénoncer les violences qu’ils subissent ou dont ils sont témoins…

Dans ce domaine, il faut de l’aplomb pour défier les habitudes et les supérieurs hiérarchiques, la peur de la sanction n’est pas sans fondement, tant les risques sont importants pour qui ose remettre en cause ce système et défendre des approches souvent méprisées, alors même qu’elles n’apportent que des améliorations (sauf sans doute pour les rapports de pouvoir chers à beaucoup, et aussi pour le business autour de la périnatalité, qui est loin d'être négligeable). Cela vaut plus encore pour les sages-femmes que pour les médecins, du fait de la précarité de leur situation, et du lamentable niveau de reconnaissance salariale et sociétale qui est le leur.

Et le bébé dans tout ça ? Avant même d’être né, le petit humain a déjà reçu son lot d’étiquettes, attribuées notamment par les soignants : le « coquin » qui contrarie l’échographiste, le « fainéant » qui ne veut pas se retourner et « fait déjà sa loi », la « chipie » qui « empêche » sa maman de dormir en donnant des coups lorsque celle-ci se repose, le « flemmard » qu’il faut extraire instrumentalement car il dépasse du temps imparti, la trop-ci, le pas assez ça.

L’autre parent n’est pas non plus à l’abri et prend souvent de plein fouet ces violences émotionnelles. C’est celui ou celle qui doit à la fois accompagner et laisser faire sans se fâcher. Il est exercé, plus ou moins tacitement, de multiples pressions sur les pères que l’on veut « impliquer » quand ils sont, dans les faits, rendus impuissants face aux rouages des protocoles. La parole des pères a aussi besoin de relais, les dépressions sont méconnues10 et pourtant ne sont pas si rares. Là encore, c’est aussi le lien à l’enfant qui peut en pâtir, ne serait-ce que dans l’énergie à déployer pour gérer le traumatisme, sans lieu où il est entendu, déposé, guéri, énergie chronophage qui empiète sur la qualité de présence à l’enfant.

Le couple souffre aussi des conséquences de toutes ces violences : la femme peut se sentir trahie devant celui ou celle qui a laissé faire, le partenaire, lui, peut rester choqué, sidéré également comme nous l’avons évoqué plus haut, et cela entrave leur relation, base de l’équilibre familial, et n’est jamais sans effet sur les enfants non plus : autant de souffrances très ordinaires, à laquelle nos éducations nous prédisposent via la VEO (et l’impuissance dans laquelle elle inscrit nos schémas comportementaux), mais qu’un meilleur accompagnement pourrait déjouer. On retrouve ici encore le besoin et le rôle déterminant de toute personne ou groupe qui pourra jouer le rôle de « témoin secourable » (Alice Miller) et permettre alors d’identifier puis de dépasser les traumatismes.

Il me semble en effet qu’une préparation à la naissance davantage axée sur notre santé émotionnelle, et incluant donc la prise en compte déterminante de la VEO, pourrait éviter que ne se rejouent les mêmes scénarios délétères de sidération et permettre au contraire de profiter, notamment pour la femme qui porte l’enfant, de l’extraordinaire plasticité cérébrale qu’apporte la grossesse, de cette occasion unique de dépasser des traumas, et de prendre pleinement conscience de son intégrité et de la légitimité absolue de la faire respecter.

Sans cette prise en compte de la VEO subie dans l’enfance (dès la propre naissance des parents), même avec une méthode/préparation/technique réputée « magique », il restera une grande place pour que les circonstances favorisent un statu quo, ou pire, un renforcement des traumas. Car la VEO imprime en nous soumission automatique, peurs et sentiment d’impuissance… et cela alimente en boucle la roue de la violence. Cela suppose donc un travail de prise de conscience, à la fois du corps social, des usagers et des soignants, pour oser remettre en question les pratiques, redonner sa juste place à l’empathie et s’unir au besoin contre l’autoritarisme de décideurs aux « lunettes » obsolètes et/ou simplement déconnectées des réalités.

Voici quelques liens vers des témoignages – je vous invite à les lire en songeant à ceux que nous recevons à propos de la VEO… mêmes mécanismes sur fond de croyances erronées, dans un cercle vicieux qui s’auto-entretient, car mémoires traumatiques d’un côté et rigidités à remettre en cause ses formateurs (éducateurs…) de l’autre ne peuvent tout simplement pas être entendues et reliées entre elles si l’on ne creuse pas plus loin l’analyse jusqu’aux séquelles et à la perpétuation de la VEO :

Violences gynécologiques, la fin d'un tabou
La parole se libère autour des violences obstétricales
Accouchement et maltraitances : la révolution est en marche
Quand les gynécos sont brutaux
Harcèlement sexuel à l'hôpital : on ne dit pas non au médecin, c'est comme ça

Un paradigme global où règne un sentiment d’insécurité, d’inéluctabilité et une banalisation justificatrice…

Nous nous approchons, en vitesse accélérée, du paroxysme du contexte créé par l’industrialisation de nos vies, de la naissance à la mort, dont le Dr Michel Odent a développé les mécanismes dans son ouvrage Le Fermier et l’Accoucheur.

Qui dit industrialisation dit standardisation… Qui dit standardisation dit conformité, et à partir de là, des stratégies sont mises en place pour assurer cette conformité et décourager toute remise en question. Il est d’ailleurs notable que bien souvent, les changements de regard positifs en termes de bientraitance périnatale ne sont pas venus de gens formés par les cours classiques d’obstétrique, beaucoup sont venus d’« outsiders » (le Dr M. Odent, chirurgien à la base, le Dr M. Ploquin, médecin de campagne, Ina May Gaskin, sage-femme autodidacte, entre autres) et c’est précisément leur regard extérieur qui leur a permis de mettre en question les habitudes et d’avancer vers une réelle bientraitance, avec, à la clé, des « résultats » qui laissent rêveur, tant les taux d’interventions médicales nécessaires sont bas (l’OMS préconise un taux de césarienne autour de 10 % par exemple, la France est à environ 20 %, les USA à 30 %… Ina May Gaskin affiche un taux inférieur à 2 %11…).

La naissance, processus fondamentalement géré par le système nerveux involontaire, a été rationalisée à un point tel que le tout-sécuritaire menace la santé physique et émotionnelle de ses acteurs, dans une course folle vers la volonté de contrôle absolu et de rendements optimaux, mirages s’il en est en matière de physiologie et de santé plus globalement !

Par ailleurs, chez tous les acteurs (parents et soignants) on sent dominer la peur, qui ne peut que renforcer cette rationalisation : peur de perdre le contrôle ou d’être accusé de négligences, de « ne pas avoir fait ». L’irrationnel inquiétant rôde toujours donc, issu de la désinformation socialement transmise et entretenue, via les médias, les affolants témoignages tellement vendeurs des séries-télé ou simplement notre entourage: si on n’obéit pas au protocole imposé, on risquerait cher, jusqu’à la vie, concrètement pour la parturiente, mais aussi sa vie professionnelle.
La désobéissance reste donc synonyme de menace de mort !

On est éduqué, via la VEO puis via les « formations » diverses, à agir/intervenir/faire (cf. J.-P. Lepri, La Fin de l’Éducation ? Commencements… où il montre que, finalement et pour le dire rapidement, le but d’être éduqué, si on y regarde de près, est bien de pouvoir éduquer à son tour !)… On n’apprend pas, dans nos éducations/formations, à « être », à observer, à coopérer avec les autres et même simplement avec les processus au lieu de vouloir les contrôler… alors que la posture, la qualité de présence d’un soignant fait clairement une différence, mais aussi sa capacité à remettre en question, son audace à tenter autre chose que ce qu’il a appris.

On sait par ailleurs que l’adrénaline, générée par le stress et plus généralement par les peurs qui entourent la naissance, tant chez les soignants que chez les parturientes ou les accompagnants, autre parent inclus, est contagieuse, et, plus problématique encore, antagoniste de l’ocytocine dans les processus physiologiques, ceux de la naissance notamment. L’ocytocine est souvent décrite comme une hormone « timide » qui ne se libère qu’avec un sentiment de sécurité (qui va souvent de pair avec un sentiment d’intimité confiante). Il est à noter que la rivalité adrénaline-ocytocine se retrouve également par la suite dans les enjeux en termes d’accompagnement, de développement et d’apprentissages de l’enfant…

La science donne pourtant aujourd’hui des raisons d’avoir confiance et donc de favoriser l’autonomie, le respect des compétences et de l’intégrité tant du bébé que de ses parents, tout en ayant par ailleurs plus de facilité à permettre une vigilance objective et non intrusive, ainsi que des moyens de réaction techniquement très au point. Au lieu de créer une dépendance qui entrave la rencontre de la femme en train de devenir mère (et aussi du couple en train de devenir parents) avec sa puissance personnelle, sa capacité à ressentir des situations et à s’y ajuster sans renoncer à sa propre intégrité. Bien sûr qu’il existe toujours des urgences où l’on doit intervenir rapidement (en périnatalité comme en éducation, et en réalité dans tout accompagnement), mais ces interventions doivent rester justifiées, et cela est finalement rare. La plupart sont dictées par des habitudes, des croyances, et viennent perturber les choses, « au nom/pour le bien » de ceux chez qui, précisément, elles induisent des effets délétères...

Il est en effet presque toujours considéré que, quoi que nous ayons subi, c’était « pour notre bien » ou celui du bébé. À partir de là, il ne reste aucune place pour exprimer les émotions ou souffrances suscitées, réactivées ou attisées.
En cela, l’attitude et le récent communiqué de presse du Conseil national des Gynécologues et Obstétriciens de France (CNGOF), pour réagir à tous ces témoignages autour de la violence obstétricale, est édifiante de mépris et de condescendance paternaliste ! Pour lui, et cela n’est pas sans rappeler d’autres positions de décideurs épris de leur pouvoir, la violence, si l’on doit en nommer une, ne viendrait que du manque d'information de la patiente à qui il faudrait aller tenir la main après son accouchement pour tout bien lui expliquer ce qu’on lui a fait « pour son bien » et celui de son bébé et ainsi, hop, tout va bien, nulle souffrance ! Cela revient à dire que la femme est responsable de sa souffrance… et à entretenir une vision selon laquelle l’accouchement/la naissance seraient en eux-mêmes violents. Or, on ne relève, dans leur réaction, aucune remise en question de leurs pratiques ! Rien même sur des abus reconnus comme l’usage détourné jusqu’à très récemment du Cytotec, l’usage encore courant des expressions abdominales (abominables), de l’épisiotomie12, le nombre affolant de césariennes (l’OMS préconise un taux moyen de 10 % , la France ne descend pas en dessous des 20 % depuis un moment…), l’usage abusif aussi de l’ocytocine de synthèse, dans une large majorité des naissances (même lorsque celles-ci se déroulent sans péridurale)… Pas un mot non plus sur les lois Kouchner (2002) et sur l’obligation de recueillir le consentement libre et éclairé des patient(e)s qui restent comme étrangers aux prises de décision les concernant en premier lieu ! Rien encore sur le respect, que l’on serait en droit d’attendre d’eux, des recommandations médicales et des études comparées !

Non… Leur solution ? Du greenwashing verbal et administratif, via un nouveau label. Il existait déjà (bien que très minoritaire en France au regard d’autres pays!) un label « amie des bébés » pour les maternités facilitant l’allaitement maternel. On peut d’ailleurs préciser rapidement que ce label illustre parfaitement la vacuité de pareilles mesures tant que le fond de la problématique n’est pas regardé en face et traité de manière approprié, et évidemment en concertation avec les usagers, les associations et leurs représentants : en aucun cas ces labels ne représentent une garantie absolue et parfois, le sentiment de « trahison » (quand un couple fait des kilomètres par exemple, ou remue ciel et terre pour aller à telle maternité qui leur garantirait une réelle bientraitance…) s’ajoute à la souffrance subie.

Pourtant, le CNGOF n’a pas d’autre réponse que celle de la création d’un autre label, qui serait attribué aux maternités faisant des efforts de bienveillance !?! Et non pas, comme le fait remarquer la juriste et blogueuse Marie-HélèneLahaye, pour leur respect de la loi ou leur conformité aux recommandations médicales ! Ensuite, ça en deviendrait risible si cela n’était pas si dramatique, le CNGOF se donne deux à trois ans pour définir les critères de bienveillance qui établiraient ce label, c’est dire si la notion de bienveillance (et que dire alors de celle de bien-traitance ?!) leur est étrangère dans toute sa profondeur ! Enfin, dans toute son (il)logique, il n’évoque, dans le communiqué qui fait part de ce projet dont il se gargarise, aucune consultation des patientes ou associations pour établir ces critères… Autant de points révélateurs d’un véritable dialogue de sourds. Comme l’exprime encore Marie-Hélène Lahaye : « Soyons positives : ce dernier communiqué du CNGOF montre à quel point les gynécologues obstétriciens n'ont toujours pas compris ce qu'était la violence obstétricale. La lutte pour le respect de la loi, des recommandations médicales et des femmes qui accouchent n'en est que plus pertinente. »

Cette histoire de label n’est pas sans faire penser au système de récompenses dénoncé et démonté par Alfie Kohn notamment13, en ce qu’il dénie et détruit toute motivation intrinsèque !

… Paradigme qui induit les mêmes effets et mécanismes traumatiques chez les victimes…

Tout stress apporte davantage d’adrénaline au cerveau, et l’on sait aujourd’hui que celle-ci inhibe la sécrétion d’ocytocine, ce qui est lourd de conséquences tant pour le déroulement fluide d’un processus physiologique (comme celui de la naissance) que pour l’empreinte de la rencontre parents-enfant et le tricotage d’un attachement dit sécure.

Nous sommes véritablement dans une logique de pompiers pyromanes, avec un effet domino des actes délétères et iatrogènes. Il s’agit de cette logique d’une réalité inversée où l’on remercie le médecin qui a stoppé une hémorragie, quand c’est ce même médecin qui, dans les choix de ses actes, a facilité voire provoqué cette même hémorragie… De même que l’on remercie le « bon »parent qui a su nous « corriger », de peur que nous « poussions de travers », et nous a ainsi permis de devenir qui nous sommes (peu importe si l’enfant en nous continue de pleurer sa colère, sa tristesse, sa terreur ou sa solitude !).

Nous avions intériorisé l’idée que les interventions délétères que nous subissons sont des conditions de notre bien-être ...

La femme victime de VOO (violence obstétricale ordinaire) se sent confusément coupable, elle reste persuadée qu’elle n’a pas « su », ou que son corps n’a pas « été capable » etc. : dans tous les cas, si quelque chose a mal tourné ou a été vécu de manière douloureuse, cela serait forcément de « sa faute » ou de celle d’un bébé pas assez conciliant. A contrario, si une naissance arrive (que ce soit programmé ou pas) à domicile ou de manière inopinée en l’absence de soignants dans la même pièce à l’hôpital, et que tout se passe pour le mieux pour femme et bébé (ce qui est très majoritairement le cas!) : là, le mérite ne revient pas à la femme ni à son bébé, mais tout simplement à la chance !

Comme le démontre Marie-Line Perarnaud dans son livre Persécution des sages-femmes pratiquant les accouchements à domicile en France, au-delà d’une simple question de lieu ou même de sécurité, les questions politiques soulevées sont denses et concernent bien toutes les femmes et tous ceux qui tiennent à leurs droits fondamentaux !
On comprend combien la posture et même simplement la présence du soignant, le regard et les gestes qu’il est susceptible d’avoir avec sa patiente sont déterminants, pour le meilleur comme pour le pire. Cela se ressent quand un accouchement « stagne » ou s’annonce complexe mais que, par la magie des interactions humaines, tout se fluidifie et devient plus facile ou s’accélère lorsque l’équipe de garde change !

Ce changement de posture, que l’on espère voir s’affirmer et se généraliser parmi les soignants, pourrait bien, au-delà des effets positifs sur la santé et le bien-être des usagers, leur permettre de sortir eux-mêmes des crises identitaires aggravées par la perte de sens d’un métier où les progrès techniques doivent trouver d’urgence une cohabitation raisonnable avec l’art de l’accompagnement. La perte de sens est en grande partie liée aux mauvaises conditions de travail (notamment sous-effectifs du personnel soignant), et l’on sait qu’un soignant qui souffre aura davantage tendance à nier la souffrance ou simplement les besoins de ses patient(e)s...L’empathie baisse avec le stress, et l’agressivité augmente, les erreurs médicales également…
Dans l’émission que nous évoquions au début, un jeune médecin explique magnifiquement que lorsque, par exemple, il s’accroupit pour parler à un patient alité au lieu de le dominer, il veut lui faire comprendre que le médecin est « à son service » et non pas (non plus !) le patient « à [la] merci » du soignant… Renversement de posture dont la mise en pratique incarne une réelle volonté et qui vaut tout aussi bien en éducation, et finalement dans toute interaction d’accompagnement.

… Et recouvre les mêmes enjeux pour tous

La période périnatale est une période particulière en soi, un moment plus vulnérable encore où se rejoue sa propre naissance (les violences subies, les attentes etc.), et cela vaut aussi pour le conjoint/partenaire (et toute personne présente pour cette nouvelle naissance). Se rejouent aussi le rapport que nous entretenons avec notre corps, notre capacité ou pas à ressentir et donc à reconnaître certains gestes violents comme tels, mais aussi à écouter nos élans spontanés. En cela on comprend combien il serait important que les travaux du Dr Muriel Salmona et son Livre noir des violences sexuelles soient lus et connus par tous les soignants, a fortiori ceux qui travaillent en gynécologie et obstétrique. Les statistiques des femmes abusées et violées en amont de leur accouchement sont très peu connues bien qu’accablantes. On sait aussi que ces traumas initiaux restent le plus souvent tus, en tout cas non reconnus et impunis... ce qui favorise leur « répétition », sous une forme ou une autre...

Chaque violence commise et concédée ouvre la porte aux suivantes, jusqu’à des escalades dramatiques. En effet, une part sans doute non négligeable des décès périnataux, à l’instar de ceux de toutes les victimes de violences, représentent la partie émergée de l’iceberg, et sans l’extrême tolérance qui existe à l’égard de toutes les « petites » violences qui ponctuent la norme, l’ordinaire, les protocoles routiniers, on imagine aisément qu'il serait facile d'en réduire le nombre, insensé dans les conditions socio-économiques et sanitaires de notre pays.

Comme dans toute violence ordinaire, la frontière est très mince avec la maltraitance caractérisée et reconnue (ou du moins potentiellement reconnaissable), et pourtant, ce sont déni et mépris qui règnent à propos de cette réalité des violences verbales, physiques et émotionnelles. Là où l’on touche tant au pouvoir qu’à la peur, cela reste plus que laborieux à dénouer !

On apprend aux petites filles à serrer les jambes en public, et, à la puberté, voire avant, à les ouvrir à la demande du médecin, envers qui la confiance se mêle souvent de crainte (d’un mauvais jugement notamment). Cela culmine avec un accouchement où la femme en train de devenir mère, et s’inscrivant pour cela dans toute la continuité de son histoire et de sa lignée reste encore une belle idée, que bien peu d’entre elles auront eu la possibilité d’incorporer, en amont, pendant ou après la naissance de leurs enfants. Etre femme et être mère est d’ailleurs régulièrement considéré comme contradictoire par les mouvements féministes. A contrario, la femme qui sait, peut et ose s’écouter et se fier à ses ressentis et compétences personnelles se trouve « empowerée » et gagne encore en assurance. Son couple, si on laisse une place réelle au partenaire, peut également se trouver fortifié par une sorte de véritable passage initiatique qui les fait naître, dans une complicité « empowerante », en tant que couple parental.

Le témoignage d’une femme que j’avais pu lire sur un groupe de soutien dans les réseaux sociaux m’avait en ce sens particulièrement émue : à propos d’émettre des sons/chants/cris lors de l’accouchement, elle expliquait combien elle sentait le besoin de hurler sa peur et même sa panique, mais que rien ne sortait de sa gorge, elle ne pouvait pas se l’autoriser, ce qui avait accru sa détresse, car, à cause de cela, son partenaire et les soignants pensaient qu’elle « gérait » tout ça fort bien, et ne pouvaient donc pas répondre à son angoisse ni l’accompagner en fonction de ses vrais besoins. Il est très fréquent que les femmes rapportent ne pas « s’être autorisées à » : à dire non, à crier, à vocaliser pour gérer la douleur, à toucher leur corps, et notamment leur sexe (qu’elles laissent par ailleurs toucher et plus encore par le soignant, plusieurs parfois), à se mettre dans des postures ou des modes de langage socialement incorrects… Autant d’éléments pourtant qui peuvent faciliter leur accouchement, et au minimum leur permettre de le vivre sans se sentir soumises et impuissantes.

Ainsi, la naissance d’un enfant pourrait ne plus être « un mauvais moment à passer » mais bien une rencontre avec soi, son histoire, ses ressources, son partenaire qui se découvre aussi d’autres possibles, rencontre avec le couple parental en devenir, et bien sûr rencontre avec le petit humain qui s’en vient.

Cette prédisposition aux VOO via la VEO vaut également pour la prédisposition à toute forme d’abus, physique, sexuel, moral… On pourrait d’ailleurs là aussi imaginer des prolongements à la réflexion présente, de nombreux « calquages » sont possibles.
La VEO impose et assoit la dictature de la conformité…

*

Nous l’avons donc compris : pour changer les réalités périnatales et donner un meilleur départ tant aux nouveaux nés dans leur intégrité propre qu’aux relations tissées avec leurs parents, il est urgent de faire évoluer les pratiques périnatales, et pour cela, les représentations qui les sous-tendent, à travers un travail d’information intense, de reliance avec les notions de transmission et d’accompagnement. Ce changement de regard ne pourra s’amorcer qu’en libérant la parole et en regardant enfin en face les souffrances engendrées. On ne pourra pas faire l’économie de remises en question à la fois sociétales et individuelles, et le combat mené contre la VEO est, je crois, précieux pour cela, en ce qu’il remet chacun face à ses responsabilités, à son histoire et finalement à la place qu’il occupe face à autrui, qu’il interroge les habitudes et les croyances, et nous réconcilie avec une certaine sagesse où chacun gagne en épanouissement et en santé !

De même, à travers les améliorations obtenues dans le domaine périnatal, on peut comprendre des enjeux plus larges qui s’ancrent et se prolongent en amont et au-delà de la naissance et qui, par conséquent, nous concernent tous. On comprend l’importance du regard porté sur la naissance (comme, plus tard, sur l’éducation), car tant que les réalités physiologiques resteront méconnues, on pourra bien repeindre toutes les maternités du monde en rose pastel, les violences resteront tristement ordinaires. De même qu’on aura beau prôner (comme plus tard la « parentalité positive ») la « naissance naturelle », tant que les peurs ancestrales et les désinformations tenaces resteront légitimées et banalisées, la bientraitance réelle, en juste adéquation avec le serment d’Hippocrate et son primum non nocere, aura bien du mal à se frayer un chemin serein et plus encore à se généraliser.

Ainsi, la période périnatale, au lieu de s’inscrire dans la continuité de la VEO qui entretient sidération, dissociation et autres dysfonctionnements individuels, sanitaires et sociaux, offre bien, au regard des connaissances actuelles, un potentiel de résilience, d’autonomie épanouissante et d’ancrage dans la bien-traitance.


  1. Voir d'autres définitions sur les sites StopViolence, OVEO et Familylab. []
  2. Article de Fatia Safi le 8 octobre 2017 sur le blog de Mediapart, Les Racines du Mal 1 - Quelles sont les causes des violences obstétricales ? []
  3. Voir Olivier Maurel, La Violence éducative, un trou noir dans les sciences humaines, éd. L'Instant présent, 2012. []
  4. Voir Les femmes se mobilisent aussi. []
  5. Mortalité périnatale : la vérité sur les mauvais chiffres français, article du 11 juillet 2017 sur le site Parents.fr. Mortalité néonatale : la France très mal classée, par Delphine Chayet, article du 27 mai 2012. []
  6. Naissance : ces violences sur nos bébés qu’on appelle « soins »… article du 21 juin 2017 sur le site happynaiss.com. []
  7. C'est le fameux « trou noir » de la mémoire traumatique et des sciences humaines (voir note 2). []
  8. Les Femmes et les Bébés d'abord, Pour une médicalisation raisonnée de la maternité, Albin Michel, coll. La Cause des bébés, 2001. []
  9. Mélanie Déchalotte, Le Livre noir de la gynécologie – Maltraitances gynécologiques et obstétricales : libérer la parole des femmes, éd. First, octobre 2017, commenté sur ces deux sites : Les Vendredis intellos, Doula mama. []
  10. Voir Dépression post-partum, les pères aussi ? []
  11. On peut retrouver ces chiffres ou d'autres équivalents sur le site de Césarine, site dédié à la césarienne et au soutien des femmes qui en ont subi, y compris soutien pour tenter un accouchement par voie basse après une, deux, voire trois césariennes antérieures), et éventuellement le livre d’Ina May Gaskin Le Guide de la naissance naturelle – que nous signalons pour sa partie théorique et non pour ses témoignages, qui n’illustrent pas forcément notre propos dans toute sa mesure []
  12. Près de 30 % de moyenne nationale pour la France (et bien plus dans certains établissements), contre 8 % en Angleterre et même 4,9 % au Danemark. Exceptions françaises, le CHU de Besançon est sous la barre des 0,5 % , Mayotte et Nanterre sont également sous la barre des 3 % et même des 2,5 % (voir le site episio.info), preuve si besoin que cette pratique est abusivement utilisée, car il ne semble pas que les femmes danoises ou anglaises aient une physiologie du périnée différentes des autres femmes, de même que celles qui ont la chance de « tomber » sur une maternité qui a su remettre en cause sa pratique ! []
  13. Dans son livre non traduit Punished by Rewards (voir aussi ses articles sur notre site, entre autres : Pourquoi l'autodiscipline est surévaluée. []