Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

Linda Lemay

On peut trouver sur ce site les paroles de la chanson J'ai battu ma fille (album Du coq à l'âme, octobre 2000) et la télécharger. Difficile de l'écouter sans en être bouleversé…

Début de la chanson :

Je hurle comme une folle
Qu'elle me laisse donc tranquille
Soudain, mon bras s'envole
Jusqu'à sa peau fragile
Puis je fixe en silence
Ses yeux qui s'écarquillent
Etonnés d'ma violence…

Attrape pas froid (album Décibels et des silences, septembre 2016). Ecrite à la suite de l'attentat de Charlie Hebdo, cette chanson nous émeut car elle évoque les drames vécus quotidiennement, dans une solitude effarante et l'indifférence générale, par des millions d'enfants éduqués à obéir, à ne pas bouger, à être sages et dociles, à se conformer coûte que coûte, à "normaliser" créativité et enthousiame…

Depuis que t’es toute petite
que ton bagou nous charme
tu aimes faire le pitre
et nous faire rire aux larmes
Depuis que t’es tout poupon
que tu dis tout ce que tu penses
Tu cries tes opinions
sans craindre les conséquences
Je sais que ce serait mal
de te dire de te taire
[…]
S’pas vrai que c’est interdit
de jouer avec le feutre
Il reste un paradis
Il reste un terrain neutre
Ne joue pas à cache-cache
au creux de mes jupons
laisse couler ta gouache
j’t’en donne la permission
[…]
J’ veux pas que tu maigrisses… du coeur
En suivant des régimes… de peur