Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

Novembre 2008 : La France officiellement et discrètement contre la fessée ?

D'après le juge Rosenczveig, Nadine Morano, secrétaire d'Etat chargée de la famille, aurait signé en catimini à Stockholm l'Appel à en terminer avec les châtiments corporels lancé par le Conseil de l'Europe. Le Président de l'OVEO lui a écrit. Nadine Morano dément sa signature dans l'article de la Croix « Faut-il interdire la fessée ? », on la trouve néanmoins dans la liste des signataires de l'appel pour l'interdiction de toute forme de violence éducative : « Construire une Europe pour et avec les enfants ». Alors ?