Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

Quand l’école est un lieu de violence éducative

Le documentaire passé récemment [mai 2006] sur France 2, intitulé "Ecoles en France", a montré les failles de notre système scolaire, en épinglant une enseignante qui s'en prend à un élève en l'humiliant, le vexant et niant ses émotions, ses ressentis.

Ce reportage a une conséquence positive, c'est que le sujet fait rage sur de nombreux forums, et c'est tant mieux, le respect de nos enfants vaut bien quelques débats.

Une pétition a été lancée à l'initiative de parents et enseignants partageant leur expérience sur la liste parents_conscients (de la Maison de l'Enfant), cette pétition a été créée pour attirer l'attention sur la violence éducative ordinaire à l'école, qui est sournoise et insidieuse parce que justement invisible ou presque, et de ce fait méconnue.

Ce reportage met toutefois en exergue des façons de faire qui sont plus respectueuses des enfants, de leurs rythmes, notamment celle d'un instituteur à Montpellier, qui s'appuie sur la pédagogie Freinet pour accompagner ses élèves ; il montre donc qu'il existe des enseignants qui réfléchissent pour aller dans le sens des enfants, sans se mettre à dos le système de l'administration. Ce sont ces enseignants mêmes qui ont initié cette pétition.

Pour rendre moins invisible cette violence, nous avons lancé un appel à témoignages, nous vous les livrons sans modifications autres que les prénoms et noms devenus initiales. Deux parties se distinguent, les témoignages des parents et ceux des enseignants.

Témoignages de parents :

En grande section de maternelle, en 1980, Z. a parfois des accidents pipi, Mlle C. déteste la torcher, une fois c'est un accident caca, alors elle lui met une fessée devant toute la classe, puis nous devons tous nous assoir à notre place, la tête dans les bras croisés, en silence, pour réfléchir. J'étais terrorrisée, je sais que les parents de Z. sont intervenus, mais je n'en sais pas plus.

En 5ème, en 1990, en cours de sport, Q. ne court pas assez vite d'après le prof, et ne fait pas assez d'efforts. Une fois, il l'attrappe, lui metla tête entre les jambes, et le fesse longuement, sous les yeux ébahies de tous les enfants. Il a conclu par cette phrase "je me sens mieux". A ma connaissance, il n'y a eu aucune suite.

En 4ème, en 1987, en cours d'italien, S. est un garçon peu sûr de lui, un peu arrogant dans ses répliques, mais pas injurieux. La prof est énervée et lui flanque une gifle. Il s'en plaint à ses parents qui lui disent que ce devait être mérité.

Une maîtresse de CE2 qui classaient tout en comportement bébé ou pas. C'est cette année-là que pour de nombreuses années j'ai commencé à me ronger les ongles.

Trois fois, js suis allée voir un prof, après le cours, donc seul à seul, pour lui signaler une erreur (livre ou dictionnaire en main). En CM2 (question de grammaire): "Retourne à ta place, écoute ce que ton professeur te dit et tais-toi" En 4e (grammaire en cours d'allemand): "Ici c'est moi qui décide des règles". A la fac (erreur de traduction): La prof est confuse, me remercie de le lui avoir signalé, et de l'avoir fait en privé, après la pause, elle fait un rectificatif rapide.

______________ Blague à part, quand je pense violences physiques, je n'en vois aucune, mais je pense que la prof est peut-être la plus mal placée pour les voir (dans la mesure où je n'en fait pas subir moi-même 😉 !) ; par contre, quand je pense aux violences psychologiques, aux brimades, je me dis "oui, il y en a plein, tout le temps" mais j'ai du mal à les caractériser précisément. C'est toujours tellement subtil, tellement propre à la perception de chacun ! je veux dire par là que mon regard a changé depuis que je me pose ces questions et que je suis maintenant profondément choquée par des faits qui ne m'auraient que légèrement gênée, sans bien savoir pourquoi, il y a encore quelques années, et qui surtout ne choquent pas du tout nombre de mes collègues ! Du coup, c'est difficile de raconter un fait évident… c'est évident pour moi, certes, mais d'autres à ma place n'y verraient rien de dramatique (air connu, en fait). C'est plutôt une ambiance diffuse de manque de respect, de paroles blessantes, d'autoritarisme, dont je n'arrive pas à dégager une ou deux anecdotes particulières tellement ça imprègne profondément l'ambiance scolaire du collège.

Au collège, en classe de quatrième, j'ai été la victime d'un prof de maths tordu qui m'a humilié tout au long de l'année scolaire. Il avait déjà la réputation d'être dur et méchant. Mais aussi plein d'humour pour ceux qui étaient bon en maths. Comme j'étais mauvaise en maths, il m'humiliait en montrant ma note aux autres, il me faisait venir au tableau pour faire des démonstrations que je ne pouvais résoudre et s'amusait à montrer combien j'étais incapable. Quand je pleurais, il rigolait et cherchait à ce que je rigole aussi, comme-ci tout çà n'était rien. Même si je réussissais quelque chose il le tournait en dérision. Il n'hésitait pas à me traiter de serpent à lunettes et autres sobriquet il recouvrait mes copies de commentaires désagréable, même sur mes parents, parce qu'ils ne partageaient pas les mêmes opinions politiques que lui et il lui arrivait de rester derrière moi juste pour me mettre la pression. Et je l'avais, j'étais malade à l'idée d'aller au cours, je tremblais, j'avais envie de vomir, j'avais peur qu'il me fasse du mal et je me sentais vraiment une moins que rien.Pourtant j'essayait de sourire pour ne pas avoir l'air ridicule. Plusieurs fois par semaines c'était le supplice.

Quelques années plus tard, en classe de première, c'est une prof de français qui s'est acharnée sur moi, me traitant de larve pour m'encourager. J'étais son bouc-émissaire et elle me disait sans arrêt que j'étais nulle. Pour les devoirs en commun, j'avais toujours les pires notes, je n'ai jamais atteint la moyenne. Même en dehors des cours elle était après moi, parce que j'étais exubérante. Au bac de français j'ai eu un 15. Personne n'a fait de commentaires à ce sujet !

______________ A. était rentré de l'école en première année de maternelle en me disant que sa maîtresse (une remplaçante pour la journée) lui avait donné une fessée puis l'avait enfermé dans le local à lavabo! Quand j'étais allé voir la directrice pour lui en parler, elle m'avait dit : "Oui, mais vous savez, quelques fois les enfants sont très excités et c'est difficile pour les maîtresses. Et puis votre fils a bien dû faire quelque chose pour mériter cette fessée..."

_______________ Je me souviens d'un prof qui a donné un question en maths en classe en prenant comme sujet un garçon dont les 2 parents étaient aveugles:
Si on donnait un bain à R. S. et puis on filtrait l'eau du bain, combien pesera la saleté qui resterait dans le filtre?


Témoignages d'enseignants :

Je me souviens d'un enfant qui était dans ma classe lorsque j'étais intérimaire dans une école primaire d'immersion en anglais. (il y a 6 ans).
Je voulais mettre une note dans le journal de classe d'un enfant pour son comportement -sé (ça fait office de cahier de textes et de carnet de liaison, en gros). je ne sais plus ce qui s'était passé.
Il s'est mis à pleurer en me disant que son père allait le frapper si je notais cela dans son cahier. Je n'ai rien inscrit.
J'en ai parlé à d'autres institutrices, en salle des profs. Une m'a dit "on voit bien que tu aimes les enfants". Sous entendu: elle l'aurait écrit quand-même, alors que ce père était réputé pour se vanter de donner des fessées si ses fils avaient des écarts de comportement ou encore des mauvaises notes en orthographe (une collègue lui a même dit, un jour: "vous savez, ça ne rentre pas par là, l'orthographe!".
J'ai toujours été mal dans le rôle d'enseignante avec des petits, face aux exigences des autres adultes. Quand il n'y avait pas de discipline à faire, avec des élèves de 17-18 ans ou des adultes, je me sentais bien mieux.
Je ne comprenais pas ce que la hiérarchie de l'école attendait de moi. J'étais censée SAVOIR faire régner la discipline et je n'avais pas été formée à ça. Absolument pas. Quelle solitude de se retrouver face à 20 ou 25 enfants ou jeunes adolescents. C'est une situation terrible. Un énorme stress. J'aimerais qu'on s'intéresse au système finlandais. Connaissez-vous des textes en français décrivant ce système scolaire? Ce serait tout bénéfice pour les enfants dont les parents ne sont pas disponibles pour apprendre en famille. Et l'enseignant pourrait bien mieux faire son boulot et serait bien plus heureux.
Cette année-là, j'ai été violente moi-aussi en tant qu'intérimaire désemparée, j'ai beaucoup crié, chose que je détestais; j'étais sous la pression de parents d'élèves élitistes: j'avais remplacé au pied levé une instit américaine, j'étais la vilaine qui lui avais piqué son poste aux yeux des parents, elle leur avait tant plu... Et j'étais enceinte; mon bébé a eu une grossesse bien stressante.

_______________

Je suis E., maman de T., 5 ans, d'E., 21 mois, et j'attends mon 3ème bébé.
Il se trouve que je suis moi-même enseignante, que mon mari aussi, et que nous avons eu de sacrés soucis avec la maîtresse de T. quand il était en petite section. Quand j'écris soucis, il s'agit en fait de gros soucis, d'agissements de sa part très graves et inacceptables. En résumé:

  • pas de bonbon pour toi parce que tu ne sais pas mettre ton manteau tout seul, parce que tu ne te dépêches pas pour aller en récréation (les bonbons récompense pour enfants bien dressés étaient bien évidemment au programme)
  • bien plus grave: mon fils a été mis dehors, dans la cour de récréation, sans manteau ni chaussures au mois de décembre toujours parce qu’il ne se dépêchait pas assez pour s’habiller ! Par chance, un adulte de l’école a assisté à la scène et s’est interposée, défendant mon enfant et dénonçant cette “enseignante”. Je n’ai été mise au courant de cette histoire qu’un an après, de façon tout à fait hasardeuse. J’ai bien évidemment réagi, en saisissant la directrice, mais aussi l’inspectrice; il se trouve que cette histoire avec mon enfant avait fait éclater un scandale au sein de l’école un an auparavant, sans que j’en sois informée. Le dilemme qui s’était posé pour l’équipe de l’école: me prévenir ou non, sachant que j’étais moi-même enseignante. Résultat: je n’ai pas été prévenue, et la maîtresse s’en est tirée ainsi au moment des faits. Un an plus tard, dès ma réaction (très très vive et ne laissant le choix à personne de réagir), l’alerte a été donnée, l’inspectrice s’est rendue aussitôt inspecter cette personne (le 24 juin), mais la seule conséquence aura été pour elle de réelles remontrances verbales par sa hiérarchie et un changement d’école.

Je sais par mon fils qu’il y a eu une fessée donnée à un enfant.
J’avais contacté Bernard Defrance à l’époque, pour avoir conseil et réagir au mieux au regard de ces agissements intolérables.
La leçon que j’en ai tirée: ne jamais se taire, ne jamais accepter le moindre agissement que l’on refuse pour son enfant. Ne jamais hésiter à combattre toute forme de violence, d’injustice, d’humiliation à l’école.
En tant que professionnelle, j’avais déjà été choquée par le manque de respect de certains enseignants vis-à-vis des enfants, ce que j’ai toujours combattu.
En tant que mère, j’ai malheureusement essuyé les agissements d’une personne qui n’a absolument rien à faire ni dans l’enseignement ni auprès d’enfants. Moi, j’étais là pour mon enfant, et un autre adulte responsable l’a été ce jour là pour mon enfant dans l’école face à cette “maîtresse”. Personne ne s’est tu sur les agissements de cette personne en ce qui a concerné mon fils, peut-être parce qu’avant ce jour j’avais déjà manifesté mon désaccord et ma vigilance en me déplaçant à l’école pour les bonbons, et d’autres incidents que j’ai refusé de laisser passer.
La directrice a du craindre ma réaction, et à juste titre, au moment des faits, et a préféré restreindre l’affaire à l’école et à l’inspection sans m’en informer (un rapport avait été rédigé et adressé à l’IEN au moment des faits). Grosse erreur, mais au moins l’affaire n’avait pas été étouffée.

Depuis, tout se passe bien pour T. à l’école. Il a eu la chance de tomber sur une maîtresse fantastique l’année suivante, et son maître est vraiment très respectueux des enfants cette année.

Mais T. déteste l’école!!!

Petite anecdote du mois dernier: Mon fils a été mis au coin (!) par une animatrice de la cantine. A la maison, nous parlons énormément, et entre autres de tout ce qui touche au respect de l’enfant; T. nous a informé de cet incident le soir même (lui l’a pris à la rigolade, tout en sachant que l’adulte faisait quelque chose d’interdit par la loi vis-à-vis d’un enfant. En effet, nous en avions déjà parlé puisque la même personne avait agi de même avec un autre enfant quelques jours auparavant). Le lendemain, je n’ai pas pu parler à la directrice à 8h30 car elle avait sa classe, mais je lui en ai quand-même touché 2 mots. Elle m’a répondu textuellement “Oui, mais T. faisait des conneries”. A ces mots très déplacés et tellement en dehors de la réaction attendue d’une directrice d’école censée connaître la loi et protéger les enfants de toute situation humiliante, je n’ai pas insisté, je lui ai dit qu’il y allait avoir un sacré désaccord, et que je l’appellerai à la récréation pour lui rappeler le caractère inadmissible de l’incident. Finalement, j’ai tout simplement laissé un long message sur le répondeur de l’école, en rappelant l’interdit par la loi, le manque de professionnalisme d’une telle réponse d’un adulte face à un enfant, et la gravité d’une mise au coin; j’ai informé la directrice que soit elle prenait des mesures afin de revoir les choses avec le personnel de cantine dont elle était responsable aux yeux des parents et de l’Education Nationale, soit je me chargerai personnellement d’en informer l’Inspection afin que les choses changent et que cela ne se renouvelle jamais avec aucun enfant dans cette école. J’ai été catégorique: respect de mon enfant, mais aussi des autres. On ne peut pas minimiser de tels actes, on ne peut pas fermer les yeux, on ne peut pas laisser de telles choses se pratiquer encore. Et pourquoi pas le bonnet d’âne, pendant qu’on y est?!

Voilà, mon mot de la fin sera qu’on ne peut pas laisser passer quoique ce soit en minimisant le réalité, si l’on veut que les choses changent. Les premiers à en informer sont les parents qui, bien souvent, n’osent pas réagir.

____