Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

douance

Violence éducative et enfants « surdoués »

Nous ouvrons ici une page où nous aborderons sous divers angles la question des enfants dit « surdoués » ou « précoces »… voire « à haut potentiel », notion discutable, car elle semble faite pour pousser à la performance. C’est cette expression utilisée dans un dossier spécial sur le site de la MAIF qui a lancé le débat à l’OVEO […]

, ,