Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

maltraitance

Nouvelles preuves des effets de la maltraitance infantile sur le cerveau

Une nouvelle preuve, cette fois visible, des effets de la maltraitance sur le cerveau, a peut-être été mise en lumière tout récemment par des chercheurs de l’INSERM et de l’université de Tours, en collaboration avec une équipe canadienne de la McGill University – Douglas Mental Health University Institute, à Montréal au Canada. L’analyse, avec l’accord de […]

, ,

Une étude confirme le lien entre recours à la fessée et risque accru de « maltraitance caractérisée »

Introduction de l’OVEO Cette étude particulièrement intéressante (Quel est le lien entre châtiment corporel et « maltraitance » des enfants ?, voir plus bas résumé et extraits traduits) nous donne l’occasion de revenir sur les concepts et la terminologie employés dans la plupart des études statistiques sur les châtiments corporels et leurs conséquences. L’OVEO, à […]

, , , , ,

Maltraitance des enfants : Un phénomène mal signalé

La maltraitance meurtrière dont témoigne l’article, dont est extrait le paragraphe ci-dessous, est liée de deux manières à la violence éducative ordinaire : les parents meurtriers ont sans doute commencé par « corriger » leur bébé, selon le principe admis qu’un enfant aurait besoin d’être corrigé, mais pour une raison ou pour une autre, ils ont dépassé les […]

, , , ,