Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

psychologie

Le pouvoir contre l’empathie

Une étude menée par Sukhvinder Obhi, neuroscientifique à l’Université Wilfrid Laurier en Ontario (Canada), et dont les conclusions ont été publiées en 2013, tend à prouver que le fait d’avoir du pouvoir réduit la capacité d’empathie. Cette étude renforce de multiples impressions que chacun a pu éprouver en présence d’un individu exerçant un pouvoir quelconque, […]

, ,

Une conférence passionnante sur la théorie de l’attachement

Une conférence remarquable à visionner ou à écouter : la conférence de la pédopsychiatre Nicole Guedeney sur l’attachement. Nicole Guedeney montre avec une clarté remarquable l’importance de l’attachement dans le développement du bébé et pour sa vie entière, ses liens avec le besoin d’exploration qui font que le bébé est d’autant plus assuré dans ses explorations […]

, , , ,