Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

Violence éducative de 1976 à 1987

Témoignage reçu en réponse au questionnaire du livre La Fessée.

 
Avez-vous vous-même été frappé ? A partir de et jusqu'à quel âge ?
j'ai été frappée par mes 2 parents, depuis trés jeune (moins
de 18 mois) et jusqu'à environ 12 ans. Je l'ai également été par des soignants, lors d'une
hospitalisation (mais là il s'agissait de véritables sévices)

Par qui ? (père, mère, grands-parents, frère, oncle, autre personne de la famille ou de l'entourage, enseignant...).
mes 2 parents.

Celui ou celle qui vous a frappé avait-il (ou elle) subi des châtiments corporels ?
oui

Viviez-vous dans une société où les enfants sont couramment frappés ?
oui

Cette manière de vous faire obéir vous a-t-elle été profitable ?
non

Avez-vous l'impression d'en subir encore les conséquences ?
oui

Avez-vous subi cette épreuve dans l'isolement ou avez-vous eu le soutien de quelqu'un ?
aucun soutien

Voyez-vous un rapport entre votre éducation et votre opinion actuelle sur les châtiments corporels ?
oui

Avez-vous des objections aux idées développées sur ce livre ? Lesquelles ?
je suis totalement contre les chatiments corporels

Ce livre a-t-il modifié ou renforcé votre point de vue sur les châtiments corporels ?
renforcé

Si vous avez voyagé et pu observer des pratiques coutumières de châtiments corporels sur les enfants, pouvez-vous les décrire assez précisément : quelles punitions ? infligées par qui ? à qui (sexe, âge, lien de parenté) ? en quelle circonstance ? pour quelles raisons ? en privé ? en public ?
non désolée

Si vous acceptez de répondre, merci de préciser sexe, âge et milieu social.
Je suis une femme de 33 ans, je suis infirmière, je suis de
classe sociale moyenne.

Virginie