Il est urgent de promouvoir la culture du respect de l’enfant comme “ultime révolution possible” et comme élément fondamental de transformation sociale, culturelle, politique et humaine de la collectivité.

Maria Rita Parsi, psychologue italienne.

Faut-il en finir avec la fessée ?

Un grand bravo et un grand merci à Elizabeth Tchoungui, Najibe Tajiouti et Nathalie Le Breton !

Alors que de nombreux journalistes ont tourné en dérision la récente proposition de loi de la députée Edwige Antier, les journalistes de l'émission "Les Maternelles" sur France 5 nous ont offert ce jeudi 17 décembre 2009 une émission passionnante sur le thème de "la fessée".

Vous pouvez voir la vidéo intégrale de ce débat sur le site Internet de l'émission.

A noter dans la dernière partie du débat, "Livre arbitre", l'intervention de Nathalie Le Breton, qui, faisant référence au livre de Bruno Bettelheim Pour être des parents acceptables (éditions Pocket), a présenté un argument très pertinent concernant la punition. Lorsqu'une personne adulte se retrouve au tribunal face à la Justice, elle est d'une part présumée innocente, d'autre part défendue par un avocat ; enfin, la sanction, lorsqu'il y a sanction, n'est pas appliquée par la personne avec laquelle elle se trouvait en conflit.

Il n'y a qu'à comparer ces conditions avec celles dans lesquelles on punit les enfants pour voir que celles-ci sont une très mauvaise initiation à la justice. Un argument de plus en faveur d'une abolition des punitions corporelles !

Cependant, au-delà de notre satisfaction de voir enfin une émission qui prenne au sérieux cette proposition de loi (et donc la souffrance des enfants), nous devons bien constater que le débat sur l'éducation reste largement cantonné dans le domaine des moyens de contrôle : bien souvent, on a l'impression qu'il consiste surtout à trouver des alternatives aux châtiments corporels, sans changer véritablement le regard que les adultes portent sur les enfants, comme si le but de l'éducation (au sens "élever un enfant") était de rendre l'enfant obéissant, fût-ce par des méthodes "non-violentes". Voir à ce sujet, sur notre site, les articles :
- A propos de l'enfant-roi
- Quand "Je t'aime" signifie : "Fais ce que je te dis..."