Il ne peut y avoir plus vive révélation de l'âme d'une société que la manière dont elle traite ses enfants.

Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté.

Violence éducative dans les écoles aux Etats-Unis (2007)

La conférence des évêques catholiques n'a toujours pas interdit officiellement les châtiments corporels dans les écoles des 175 diocèses que comptent les 50 Etats. Cependant, bien que cette interdiction soit laissée à l'appréciation des écoles diocésaines, l'association a pu vérifier qu'elle était respectée de fait dans toutes les écoles.

Dans l'Ohio, la proposition de loi présentée par le député Keith Faber, qui devait garantir l'impunité aux enseignants responsables de blessures causées par des châtiments corporels, a finalement été abandonnée sans vote après de longs débats, en particulier grâce à l'action de Nadine Block, directrice du "Center for Effective Discipline" ("centre pour une discipline efficace") de l'association. Le nouveau gouverneur démocrate de l'Ohio est un psychologue qui devrait s'opposer à toute nouvelle tentative de faire passer cette loi.

Dans l'Utah, les 40 districts ont apparemment renoncé à faire usage des châtiments corporels, mais sans qu'ils soient officiellement interdits partout. L'association s'emploie actuellement à convaincre les derniers districts de faire de l'Utah le 29ème Etat des Etats-Unis interdisant les châtiments corporels à l'école.

Moins positif, le rapport annuel du Kentucky Center for School Safety montre que l'usage des châtiments corporels a augmenté dans cet Etat : 3 460 élèves battus cette année, soit 385 de plus qu'en 2005 (+ 12 %), alors que la tendance est inverse dans les autres Etats. Les députés du Kentucky se désintéressent du problème.

Voir aussi le long article de Jordan Riak, Plain Talk About Spanking, 1992, mise à jour 2007.