- OVEO - https://www.oveo.org -

Lettre ouverte à Riss à propos de son éditorial “Têtes à claques”…

Lettre ouverte adressée par une adhérente de l'OVEO à Riss, directeur de Charlie Hebdo, à propos de son éditorial “Têtes à claques” paru dans le n° 1374 du 21 novembre 2018

Cher Monsieur,

Je vous remercie de vous insurger régulièrement contre la violence sociale qui étouffe les vies de la plupart d’entre nous.

Cependant, à la lecture de votre éditorial du 21 novembre dernier, un poil provoc probablement, enfin je l’espère… un soupir m’a traversée… « Quel dommage », me suis-je dit…

Oui, quel dommage que cette guerre qui oppose, par exemple, la lutte pour les droits sociaux et la défense d’un accompagnement de l’enfant sans violences ordinaires. Qui oppose, en fait, la politique et le développement des individus. Je la connais bien, cette opposition, pour naviguer dans des milieux militants… et militer moi-même pour l’abolition des violences éducatives ordinaires.

La première chose que j’aurais souhaité vous demander est : « Mais, Monsieur, nous avons à cœur les mêmes changements pour notre société ! N’y avez-vous jamais pensé ? »

Il semble qu’à vos yeux il soit futile de militer contre toutes les violences, en particulier celles dites « légères » et ordinaires, envers les enfants, tandis que cela m’apparaît comme une évidence, ainsi qu’à tous ceux qui militent pour que ces violences-là soient interdites.

Vous semblez mépriser le fait que des punitions nuisent au bon développement de l’enfant. Et si je vous disais qu’elles nuisent aussi à l’épanouissement de la société ?

Il faudrait avant tout que je vous en convainque. Or, je n’ai aucune envie de vous convaincre. Seulement de vous poser quelques questions afin que vous jugiez par vous-même.

Il y a quelques décennies, certains hommes pouvaient dire : « Je frappe ma femme si je veux. » Nous sommes bien tous et (surtout) toutes assez satisfaites qu’une loi stipule clairement qu’il n’est pas permis de le faire. Abus d’autorité de l’État ? Immixtion de l’État dans la sphère familiale ?

Vous déplorez que, tandis que nous perdons notre temps à tenter de protéger les enfants, des violences inacceptables soient infligées aux adultes. Ne vous êtes-vous jamais demandé comment certains adultes faisaient pour supporter le niveau de violence qui leur est infligé continuellement, et ce, pratiquement sans broncher ? Disons plus justement, sans s’élever contre cette violence en agissant massivement, à travers un mouvement social digne de ce nom, sous-tendu par l’idée que tout cela n’est simplement pas acceptable. Des mobilisations sociales devant lesquelles le gouvernement ne pourrait que plier.

Certes, pour me contredire moi-même, et c’est tant mieux, nous sommes précisément dans un moment où l’insoumission gronde, une révolte. Pour le plus grand bien de la société, et je souhaite de tout cœur que ce mouvement grandisse. Que les différents mécontents s’unissent encore davantage pour remettre profondément en question notre République antidémocratique.

Mais que s’est-il passé pour qu’on en arrive là ?

Avez-vous déjà fait l’expérience de demander à des enfants pourquoi ils reçoivent des punitions ?? Je vous invite à le faire, c’est très instructif… Je suis prête à parier qu’ils vous répondront comme ils m’ont répondu pour la plupart : « Parce que je ne suis pas gentil, parce que je fais des bêtises, parce que j’ai été méchant. »

Pouvez-vous m’expliquer comment des adultes qui ont toujours eu en tête que si on avait usé de violence envers eux, c’est parce qu’elle était justifiée par leur comportement, seraient capables de refuser en toute circonstance les violences qu’ils subissent quotidiennement (violence économique, travail aliénant, inutile, voire nocif, conditions de travail dégradantes, etc.), la violence écologique et toutes les autres formes de violence sociale, y compris l’école basée sur la peur que vous dénonciez dans votre éditorial du 31 octobre ?

Comment, avec une telle construction de l’esprit, ces adultes pourraient-ils collectivement ne pas dire amen à toutes ces sornettes brandies comme nécessaires, incontournables ? Ultime exemple : cette fameuse austérité… avec pour refrain continuel « C’est pour votre bien, chers citoyens »… Tout comme on le dit aux enfants alors qu’ils subissent des choses qui leur sont profondément désagréables…

Comment ces même adultes qui ont été soumis, quelle que soit l’intensité de celle-ci, à l’autorité, ou, disons-le franchement, à la domination adulte (lire La Domination adulte, l’oppression des mineurs d'Yves Bonnardel), auraient-ils pu construire une dignité pour leurs vies futures ?

Comment pourraient-ils échapper à toutes les autres formes de domination et ne pas les reproduire, alors qu’ils ont été modelés par la toute première rencontrée dans leur existence : celle des adultes ?

Comment refuser la violence quand le principe sur lequel on s’est construit est qu’on « l’a bien méritée » ? Il faut, je trouve, beaucoup de force pour s’extirper collectivement de l’idée qu’on ne mérite pas ce qui nous est infligé.

Vous écrivez : « Si les fessées disparaissent demain pour les enfants, les gifles ne disparaîtront pas pour leurs parents : maltraités, virés, humiliés, en burnout, en dépression… » Comment cela pourrait-il changer un jour si, dès l’enfance, ils sont déjà maltraités, humiliés ?? Christophe Desjours s’étonne dans Attention danger travail : « Les salariés en burnout se demandent : mais qu’est-ce que j’ai fait ? » C’est tout de même remarquable...

« Une gifle, ce n’est pas très joli », comme vous le dites, mais surtout, elle est beaucoup plus préjudiciable qu’on ne le pense. Imaginez un géant de 3 mètres et de 400 kilos frappant un adulte de taille moyenne, et vous pourrez vous figurer l’effroi que doit ressentir un enfant de 5 ans giflé par ses parents ! Ajoutez à cela que le cerveau des enfants est en pleine maturation, que les enfants apprennent par imitation, et vous aurez une idée des dommages causés par la violence « éducative » ordinaire. Mais elle est pratiquée depuis si longtemps qu’il est difficile d’être convaincu de ses dommages profonds… Même si, lorsqu’on regarde l’état du monde, on peut se poser quelques questions.

Sans même parler de coups… Qu’est-ce qu’un burnout, si ce n’est la forme concrète d’une soumission à la violence du travail ? Si ce n’est le fait de se plier à des injonctions totalement folles jusqu’à ce que le corps et l’esprit craquent ? Muriel Salmona a explicité dans un livre (Châtiments corporels et violences éducatives, pourquoi il faut les interdire) les corrélations entre enfance sous stress et dépression, maladies, un ensemble de conséquences qui fragilisent immensément les individus déjà affaiblis par une société violente qui ne ménage personne... Comment ne pas voir un minimum le lien si étroit qui existe entre l’enfance et la vie adulte ? Les adultes d’aujourd’hui sont pourtant les enfants d’hier.

La dignité, cela s’acquiert. Elle n’est pas ressentie à mon sens comme par magie, du jour au lendemain. Elle devrait couler de source, pourtant. Mais ce n’est pas le cas, pas dans une société où la domination adulte règne. Où est la dignité d’un être humain enfant, lorsque la violence qu’il subit quotidiennement (menace, chantage, punitions, humiliations, coups, etc.) est pratiquée de manière légitime par ses figures d’attachement principales durant toutes ses années d’enfance ?

Repensons aussi l’obéissance qu’on exige des enfants (celle-là même qui engendre coups, punitions, menaces…) à travers cette phrase tellement évidente de Daliborka Milovanovic : « On ne peut souhaiter à la fois l’obéissance de l’enfant et la liberté de l’adulte comme s’il n’y avait aucune continuité de l’un à l’autre. » Vous souhaitez une société libérée de ses asservissements innombrables ? Comment imaginer une seule seconde que la liberté et la démocratie soient possibles sans que rien ne change profondément notre regard sur l’enfance ?

Prenons une chose tout à fait simple : la Déclaration des droits de l’homme. Ce texte n’est-il pas pertinent, brillant et juste ? Seulement, nous sommes incapables collectivement de l’appliquer aux enfants, ni en actes (pas plus qu’aux adultes, dans de trop nombreux cas), ni même en pensée, concernant les enfants. Sous prétexte qu’ils sont des enfants… à éduquer.

Vous dites que cette loi anti-violence éducative ordinaire est « d’une hypocrisie sans nom ». Il est légitime de se demander quelles sont les motivations exactes des différents partis qui ont porté le texte, mais là n’est pas mon objet. À l’OVEO, nous jugeons ce texte de loi très imparfait et même singulièrement vide de sens puisque, par exemple, il ne supprime pas le « droit de correction ». Ce n’est qu’un premier pas. Une loi permettra de faire émerger la notion de domination adulte dans le débat public, d’accompagner une prise de conscience1). Ce serait déjà immense. 75 % des Français (d’après les sondages…) ne soutiennent pas cette loi, avant tout par ignorance des dégâts causés par ces violences ordinaires à l’ensemble de la société.

Il est entendu que le poids des oppressions est lourd et que la liste des structures oppressives est longue. Mettre tout sur le dos de la domination adulte serait excessif, mais elle constitue un terreau idéal, c’est indéniable.

Les causes de la situation que nous traversons dans notre société (et au niveau mondial) sont multiples, les systèmes verrouillés, jusque dans nos imaginaires mêmes. Imaginaire d’ailleurs si vaste pendant l’enfance, et que les adultes s’emploient si efficacement à verrouiller. Ce qui ne nous aide en rien à sortir de l’impasse une fois devenus adultes.

Observons maintenant le cas de ceux qui commettent les violences sociales, économiques, politiques, écologiques que vous dénoncez. Sont-ils arrivés sur terre avec la ferme intention de n’avoir aucune empathie pour leurs pareils ? Sont-ils arrivés en se disant qu’ils allaient tout détruire autour d’eux (faire du profit au détriment d’êtres humains, détruire l’écosystème, piller les ressources, s’en mettre plein les poches, etc.) ? J’ai au contraire la ferme intuition que devenir un patron du CAC 40 est dans la continuité de la violence d’une éducation.

Vous avez des enfants. J’ignore leur âge, mais croyez-vous réellement qu’ils possédaient de telles intentions en sortant du ventre de leur mère ? Tout ce qui a suivi pour eux n’a été que construction culturelle, sociale. Ne pensez-vous pas que la violence subie engendre la violence commise ? Je vous invite à imaginer ce qu’un rapport de forces continuel entre l’enfant et l’adulte enseigne à long terme à un individu. L’enfance, des situations des milliers de fois éprouvées.

Une éducation autoritaire engendre une société autoritaire, cela semble évident lorsqu’on le dit. Et je suis certaine que vous partagez mon point de vue. Mais j’attire votre attention sur l’autorité ordinaire, banale, acceptée, voire recommandée, qui dit, de manière systématique, que quelqu’un au-dessus de soi est plus à même de savoir ce qui est bon pour soi et dicte donc le comportement qu’il faut adopter. Elle donne lieu, pour moi de manière tout aussi évidente, à une soumission ordinaire, banale, accepté (voire préconisée afin de ne pas perdre le peu qui nous est octroyé... entendre : « fermer sa gueule »). Dans un État comme le nôtre, où l’autoritarisme est tout aussi ordinaire, banal, accepté, récurrent, invisible ou presque. Quel ravage ce serpent qui se mord la queue.

Nous sommes dans un cycle de violence qui dure depuis dix mille ans au bas mot et qui n’a rien de « naturel », qui est purement culturel (lire le très bon ouvrage d’Olivier Maurel Oui, la nature humaine est bonne ! ou encore L’Entraide, de Pablo Servigne et Gauthier Chapelle).

Toutes les violences que vous dénoncez s’ancrent indiscutablement dans l’enfance, d’une part de ceux qui la subissent, d’autre part de ceux qui la perpétuent. Lire aussi les travaux d’Alice Miller.

Je crois, pour ma part, que la violence sociétale est permise et rendue possible parce qu’il semble irrésistible à certains d’avoir le pouvoir sur d’autres qui, de leur côté, s’y soumettent massivement sans ciller.

L’actualité me donne tort, je le répète, mais pour combien de temps ? Dans quelle mesure l’État ne va-t-il pas encore étouffer de manière grotesque ce mouvement social ? À coup de primes momentanées, de discours qui ne sont que purs enfumages ?

Vous parlez d’une économie prédatrice, consommatrice d’êtres humains, comme si elle était une entité se gouvernant elle-même. Vous savez, bien entendu, qu’il y a des êtres humains derrière elle, pour manier cette économie. Le libéralisme est un ennemi sans visage. En tant que militante, il m’apparaît davantage porteur d’espoir de détruire ce qui a participé à créer les multiples visages qui le maintiennent en place.

Vous déplorez que, lorsque des études sur les pesticides ou l’usage du nucléaire énoncent clairement les dangers, dangers qui pourtant menacent, dites-vous, l’humanité tout entière, elles soient étouffées par de puissants lobbies. Certes, je partage ce constat. Mais, avant toute chose, c’est la reproduction de la violence et de la soumission ordinaire à l’ordre établi, ce manque généralisé d’entraide, d’empathie, cette perte de savoir-faire des leviers collectifs (culture de la compétition au lieu de la coopération), etc. qui me glacent le sang. Cette violence sociétale, politique, économique, écologique est devenue telle, et la soumission à tout cela d’une telle ampleur, qu’en effet l’humanité est probablement condamnée.

Vous écrivez : « Une fessée ou une gifle, ce n'est pas très joli, mais ce n'est rien à côté de ce qui attend les gosses d'aujourd'hui. Les enfants épargnés par les fessées devront peut-être supporter demain de voir leurs parents pendus et dépecés par des hordes affamées venues leur voler leur essence et leur nourriture. »

Quant à moi, je me demande intensément comment les enfants d’aujourd’hui pourront éviter de devenir des bêtes sauvages prédatrices au moment de tout perdre, s’ils n’ont d’autre construction que la loi du plus fort, le rapport de force. Quand on sait que le stress engendré par les violences, même dites légères, abîme de manière indiscutable les structures cérébrales liées à l’empathie, à la coopération et au sens éthique, pour ne citer que cela. (Lire les travaux de Catherine Gueguen.)

« Ils regretteront leurs gifles attendrissantes », dites-vous… mais ils regretteront sans doute surtout de ne pas avoir appris à coopérer davantage pour se tirer du pétrin sans nom qui nous attend de plus en plus sûrement.

Enfin, puisqu’on parle de fin du monde, voici le pont le plus abouti entre la politique et l’enfance que j’aie lu jusqu’ici : l’article d’Emmanuelle Araujo “L’enfance, le chaînon manquant”. Je vous invite à aller y faire un tour. Il peut se résumer ainsi : L’enfance EST politique.

Enfin, et je terminerai avec cette pensée : si toutes les luttes contre toutes les dominations pouvaient s’unir, coopérer au lieu de se tirer dans les pattes comme si une lutte était plus importante que d’autres, comme si telle façon de militer était la seule valable... nous avancerions bien plus vite. Ce ne serait pas du luxe au vu de la solidarité dont font preuve les classes dirigeantes, comme le disent si bien les Pinçon-Charlot…

Vos luttes sont primordiales, la nôtre est essentielle, pourquoi, bon sang, ne serions-nous pas alliés, complémentaires ?

Avec mes regrets pour ce constat toujours plus amer : les uns tirent dans les pattes des autres au sein d’une lutte pourtant commune. À propos de la Commune… s’ils s’étaient un peu moins tiré dans les pattes, cela aurait peut-être changé la face de la France. Ah… non, bien entendu… ceux d’en face avaient le pognon, Thiers et sa clique, et ceux à qui ils donnaient leurs ordres étaient bien plus nombreux que les Parisiens… et rodés à l’exercice d’exécuter des ordres sans objection.

Salutations et fraternisation (souhaitée)

Camille, avec l’aide de quelques membres de l’OVEO.


  1. Voir Elisabeth Badinter regrettant, dans l’émission “Boomerang” sur France Inter le 17 décembre dernier, de ne pas avoir soutenu, pour des raisons « philosophiques », la loi sur la parité hommes-femmes dans les institutions – avant de s’apercevoir, des années après, que c’était ce qui avait fait évoluer la société le plus rapidement. On pourrait en dire autant de lois comme celle autorisant le mariage aux couples de même sexe – ou aussi bien de l’abolition de la peine de mort. Même si la loi à elle seule ne suffit pas, car il est toujours possible de régresser… surtout lorsqu’on veut hiérarchiser les luttes ! Cela revient toujours à ne pas résoudre le fond du problème, quand ce n’est pas à remplacer un mal par un autre pire encore… (Note C.B. []