Il est urgent de promouvoir la culture du respect de l’enfant comme “ultime révolution possible” et comme élément fondamental de transformation sociale, culturelle, politique et humaine de la collectivité.

Maria Rita Parsi, psychologue italienne.

On n’en a pas fini avec le martinet en France !

Témoignage reçu en réponse au questionnaire du site.

 
Avez-vous vous-même été frappé ? A partir de et jusqu'à quel âge ?
Oui, fessées, tapes avant mes 3 ans je pense car je n'ai pas de souvenirs des premiers coups, puis coups de martinet de 8 à 10 ans. Très peu à l'adolescence (2 tapes par mon père).

Par qui ? (père, mère, grands-parents, frère, oncle, autre personne de la famille ou de l'entourage, enseignant...).
Mon père et ma mère.

Celui ou celle qui vous a frappé avait-il (ou elle) subi des châtiments corporels ?
Certainement.

Viviez-vous dans une société où les enfants sont couramment frappés ?
Oui, en France.

Cette manière de vous faire obéir vous a-t-elle été profitable ?
Non.

Avez-vous l'impression d'en subir encore les conséquences ?
Oui, pas confiance en moi, grande timidité, stressée, angoissée, je suis incapable de me défendre et de me mettre en colère devant une injustice ou quand on m'agresse, j'ai fait une dépression à l'adolescence (15-16 ans), mais ça va beaucoup mieux depuis que j'ai fais un travail sur moi grâce aux écrits d'Alice Miller.

Avez-vous subi cette épreuve dans l'isolement ou avez-vous eu le soutien de quelqu'un ?
Soutien d'un maître en CE1 et de ma grand-mère qui m'ont apporté respect et gentillesse (merci à eux), même s'ils m'ont jamais dit que c'était mal de taper sur un enfant.

Voyez-vous un rapport entre votre éducation et votre opinion actuelle sur les châtiments corporels ?
Oui j'ai toujours était contre les châtiments corporels sauf les petites tapes occasionnelles et les punitions qui n'entraîne pas de coups (écrire des lignes, envoyer l'enfant dans sa chambre...) jusqu'à ce que je découvre les travaux d'Alice Miller qui m'ont fait comprendre pourquoi ce n'était jamais bon de punir un enfant.

Avez-vous des objections aux idées développées sur ce site ? Lesquelles ?
Non il est très bien.

Ce site a-t-il modifié ou renforcé votre point de vue sur les châtiments corporels ?
Non parce que je connaissais déjà le site d'Alice Miller, il n'a fait que confirmer mes idées sur le sujet.

Si vous avez voyagé et pu observer des pratiques coutumières de châtiments corporels sur les enfants, pouvez-vous les décrire assez précisément : quelles punitions ? infligées par qui ? à qui (sexe, âge, lien de parenté) ? en quelle circonstance ? pour quelles raisons ? en privé ? en public ?
Non je n'ai pas voyagé, par contre en France je vois régulièrement des parents gifler, fesser leurs enfants ou les menacer de coups quand ils ne veulent pas obéir ou quand ils font une crise.

Avez-vous pu observer un rapport entre la pratique des châtiments corporels ou leur absence et la violence ou l'absence de violence des moeurs locales ?
Pas vraiment, l'observation est plutôt individuelle (rapport entre le comportement d'une personne et son enfance).

Si vous n'avez jamais été frappé, comment avez-vous été élevé ? Avez-
vous été puni ? Comment ? Que pensez-vous de votre éducation ?
En plus des coups, pas de câlins, très peu d'affection, moqueries, critiques, brimades, cris, le manque d'amour ça détruit à petit feu.

Si vous acceptez de répondre, merci de préciser sexe, âge et milieu social.
Femme, 22 ans, ma mère (mère au foyer), mon père militaire.