Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

soin

La violence obstétricale ordinaire, séquelles et prémisses de la violence éducative ordinaire

Cet article, qui fait le lien entre violence obstétricale ordinaire et VEO, pourrait en annoncer d’autres sur la maltraitance médicale ordinaire en général (en particulier celle des enfants), et celle qui existe dans l’accompagnement des personnes handicapées, âgées ou simplement dépendantes : autrement dit, dans le cadre de toute relation de soin. Vous pouvez nous […]

, ,