Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

… freine le bon développement des enfants

Relation entre précocité des fessées, agressivité et intériorisation de la violence

Andrea N. Gromoske, Kathryn Maguire-Jack, University of Wisconsin–Madison, étude publiée dans le Journal of Marriage and Family, octobre 2012, p. 1054-1068. A ceux qui pensent qu’« une bonne fessée n’a jamais fait de mal à personne », une nouvelle étude réalisée en 2012 sur 3 870 familles a montré que les enfants fessés (spanked) de […]

Les punitions et châtiments corporels ont un effet sur la santé

Par Jordan Riak1 « L’avenir de toute société dépend de sa capacité à assurer le bon développement des générations nouvelles. D’importantes recherches sur la biologie du stress montrent aujourd’hui que le développement normal peut être entravé par l’activation excessive ou prolongée des systèmes de réaction au stress du corps (particulièrement du cerveau), avec des effets […]