Les enfants n'ont pas besoin d'être éduqués, mais d'être accompagnés avec empathie.

Jesper Juul.

CIIVISE : l’inquiétude des associations et collectifs de l’enfance

Nous publions ici la tribune rédigée et coordonnée par l'OVEO, Le Collectif Enfantiste et Claf’Outils pour critiquer les conditions de mise en place de la nouvelle CIIVISE et la remise en cause de sa doctrine « Je te crois je te protège ».
Ce texte, paru sur L'Humanite.fr, a recueilli les signatures de nombreuses autres associations que la nôtre : Ancrage, Cap d’agir, Claf’Outils, Collectif enfantiste, Eveil et Sens: Grandir Ensemble, Impact, JUFAM (Justice des Familles), Collective des mères isolées, Lamevit (l'association mille et une victimes d'inceste) Martinique, Association Le Monde à Travers un Regard, Mouv'Enfants, Protéger l'enfant, Tangram, Vers une autre relation adulte enfant.


Depuis le 11 décembre, le gouvernement a annoncé le remaniement de la Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants, allant à l’encontre des demandes des associations de l’enfance. La sortie du juge des enfants Edouard Durand marque un éloignement de la doctrine de l’accueil inconditionnel de la parole des enfants qu’il portait avec son équipe, si importante pour toutes les victimes d’hier et d’aujourd’hui. La remise en doute de la parole de l’enfant et de la compréhension des violences sexuelles elles-mêmes est un véritable recul.

La Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (CIIVISE), créée en 2021, après la parution des livres Le Consentement de Vanessa Springora et La familia grande de Camille Kouchner, a initié un travail d’écoute et de compréhension sans précédent auprès des survivants et survivantes de l’inceste et des violences sexuelles. À l’issue de ce premier mandat, le juge des enfants Édouard Durand a été remercié et la commission s’est vu attribuer une nouvelle feuille de route et une nouvelle organisation.

Nous, associations et collectifs de lutte contre les violences faites aux enfants, souhaitons ici exprimer notre opposition au maintien de la CIIVISE sous cette nouvelle forme, et contester le nouveau programme du gouvernement qui témoigne d’un manque patent de considération pour les victimes. Cette décision de l’État préfigure un recul grave de la lutte contre l’inceste et la massivité des crimes sexuels contre les enfants.

Plusieurs semaines avant que la nouvelle composition et la nouvelle forme de la CIIVISE soient annoncées le 10 novembre, diverses associations, collectifs et personnes concernées se sont mobilisés pour soutenir le maintien de la commission. Une pétition a recueilli plus de 10 000 signatures et une tribune cosignée par 60 personnalités a été publiée dans la presse.

Le 11 décembre, le gouvernement a annoncé la réorganisation de la CIIVISE et le remplacement d’Edouard Durand et de Nathalie Mathieu par Sébastien Boueilh et Caroline Rey Salmon, avec un élargissement de leurs missions à la pédopornographie et à la prise en charge des enfants victimes de prostitution.

Après trois années d’un travail remarquable et des avancées considérables dans la prise de conscience des violences sexuelles faites aux enfants comme structurant l’ordre social et comme enjeu de santé publique, cette réorientation marque un retour en arrière pour la justice, la cause des enfants et pour l’ensemble de la société.

L’inceste est au cœur de la mission et de l’engagement de la première CIIVISE. Au vu de l’ampleur de la question sociale de l’inceste, l’élargissement de ses missions vient remettre un voile de silence sur le sujet qui se retrouve noyé parmi d’autres problématiques. De plus, le gouvernement n’a pas eu un mot d’égard dans ses communications sur les 30 000 témoignages recueillis. La loi du silence sur l’inceste continue de régner depuis l’intime des familles jusqu’aux plus hautes sphères politiques.

La doctrine “je te crois, je te protège” résume toutes les valeurs et l’esprit d’accueil inconditionnel de la première CIIVISE et représente toute la problématique de la non protection des enfants victimes de violences sexuelles aujourd’hui : les enfants sont considérés comme de potentiels menteurs et l’adulte privilégie sa propre protection ou celle de l’agresseur présumé. Le rapport de la CIIVISE le montre : pour lutter contre les violences sexuelles imposées aux enfants, il faut prendre la parole des enfants au