Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous et non pas de vous. Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Khalil Gibran, extrait du recueil Le Prophète.

Joyeux Noël…

En cette période de fêtes, que l'OVEO vous souhaite aussi heureuses que possible, nous nous posons une nouvelle fois la question de l'usage qui peut être fait du père Noël, au-delà de son simple rôle de "pousser à la consommation"...

Le père Noël, symbole de l'amour conditionnel ?

Le père Noël : une forme de violence éducative ordinaire ?

Par Ariane Küttel, membre de l’OVEO

Je ne dirais pas que faire croire ses enfants au père Noël relève de la violence éducative, cela ne s'apparente pas à une fessée ou une humiliation, en revanche, cela consiste clairement pour moi en une manipulation, avec un résultat assez violent : la plupart des enfants vivent très mal la trahison (car c'en est une), la découverte de la vérité et donc la prise de conscience : « Mes parents et la société en général m'ont menti depuis toujours. »

Je ne comparerais pas non plus le père Noël avec les fées, les elfes, les « monstres » (gentils…), les constructions imaginaires de toute sorte avec lesquelles ma fille de trois ans adore vivre. La différence avec tout autre personnage imaginaire, c’est son ancrage dans le réel. Le père Noël a ceci de particulier qu'il est fourni clés en main, l'enfant n'a aucune liberté d’imaginaire sur lui, il est présenté comme réel au même titre que n'importe quel être humain, et la société a construit le mensonge de façon très élaborée : le père Noël est partout, on ne peut y échapper.

Mon but ici n’est pas de pointer un doigt accusateur sur les parents (très majoritaires) qui entretiennent le mythe avec leurs enfants. Nous avons presque tous grandi avec le père Noël et il me paraît naturel, lorsqu’on a des souvenirs de moments magiques, de vouloir les revivre avec ses enfants. Ce que j’essaie d’expliquer ici, c’est que, derrière la magie apparente de Noël, se cache également un mensonge. En effet, dire à ses enfants que ce personnage existe, avec des mises en scène comme le biscuit mangé et le verre de lait bu, les cadeaux sous le sapin, les rappels constants au sein de la famille et du monde extérieur, et cela durant des années, n’est pas anodin, et que c’est peut-être une de ces habitudes qu’on peut parfois choisir de rejeter lorsqu’on les regarde sous un angle différent et qu’on les remet en question.


A lire sur le même sujet :
Le mensonge du père Noël
A l'occasion de Noël et de l'enfant-roi