Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

25 janvier 2009 : Et la signature de Nadine Morano ?

Nous avions appris et publié en novembre 2008 grâce au blog du juge Rosenczveig que Nadine Morano, secrétaire d'Etat chargée de la famille a signé à Stockholm l'appel du Conseil de l'Europe "Levons la main contre la fessée". Chacun peut la signer.
Cette initiative vise à obtenir l'interdiction formelle du châtiment corporel à l'encontre des enfants, mais aussi à promouvoir la parentalité positive et à sensibiliser aux droits des enfants à travers toute l'Europe.
Olivier Maurel lui a écrit pour la féliciter d'avoir pris un tel engagement.
La signature de Nadine Morano n'a pratiquement pas été relayée dans les médias, si ce n'est dans le dossier de La Croix 29/10/2008 "Faut-il interdire la fessée ?" dans lequel elle démentait sa signature. Elle n'est effectivement pas dans la liste de tous les signataires publics alors que tous les hauts dignitaires qui l'entouraient à Stockholm, et qui comme elle ont signé cet appel,
figurent à présent sur cette liste. La France aurait-elle démenti cette signature ?
Dans l'article paru dans le journal La Croix, Nadine Morano s'exprimait clairement : "Plus on évite le châtiment corporel, mieux c'est, mais en tant que mère de famille, j'en ai donné et j'en ai reçu quand j'étais enfant ; et je crois que ça structure". Bref, elle a "levé la main contre la fessée" mais elle a eu des scrupules à la laisser retomber. Mais sur les fesses des enfants, pas de problème !

carte signée par Nadine Morano à Stockholm