Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

Le point sur la violence éducative en Suisse et au Canada

Sous le titre Suisse : la violence éducative toujours possible, le portail d'information sur l'école EIP ("Ecole instrument de paix") nous informe qu'un rapport alternatif des ONG suisses à l'occasion de l'Examen périodique universel 2012 indique que « le Tribunal fédéral a déclaré nombres d’actes de violence comme incompatibles avec les droits de l’enfant, mais cette jurisprudence reste quasiment inconnue » (la suite dans l'article d'origine).

A noter les liens cités dans cet article : les rapports de l'ONG Human Rights Watch, un article du Centre suisse de compétence pour les droits humains (CSDH), et, dans l'article d'où est tirée l'illustration, des liens vers le site d'Alice Miller et vers l'article de Tom Johnson Les dangers sexuels de la fessée (nous donnons ici le lien de la version d'origine).

Sous le titre Canada, vers la fin des châtiments corporels ?", ce site signale également un article du quotidien québécois Le Devoir, lui-même citant le Journal de l’Association médicale canadienne, qui rappelle que la loi canadienne garantit toujours aux parents (et aux enseignants !) un droit de correction raisonnable...

Occasion de rappeler que c'est également le cas aux Etats-Unis, où, contrairement à ce que l'on croit parfois (à cause précisément des débats sur les châtiments corporels à l'école, encore autorisés dans 19 Etats), aucune loi n'interdit les châtiments corporels dans la famille.


Articles reliés sur notre site :

Toujours pas de loi anti-fessée en Suisse (avec lien vers un article qui reproduisait également le tableau de Max Ernst La Vierge corrigeant l'Enfant Jésus en présence d'André Breton, de Paul Eluard et de l'artiste, voir note 3) ;
Réponse à un journal suisse à propos de l'enfant roi.
On peut lire également sur le site Regard Conscient plusieurs articles sur la Suisse, par exemple : Suisse, l'éducation au consensus.

Canada : nouvelle demande d'interdiction de la fessée (novembre 2007) (sur le rapport présenté par la sénatrice québécoise Céline Hervieux-Payette) ;
Arrêter de taper les enfants (Canada) (2006) ;
Quelques nouvelles du monde (2009).