Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous et non pas de vous. Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Khalil Gibran, extrait du recueil Le Prophète.

Mai 2011 : une campagne contre “les violences éducatives ordinaires”

A l'occasion de la journée internationale contre les violences éducatives du 30 avril 2011, la Fondation pour l'Enfance, les docteurs Gilles Lazimi (directeur du Centre municipal de santé de Romainville et membre du comité de parrainage de l'OVEO) et Emmanuelle Piet, et l'agence Publicis Conseil ont réalisé un spot télévisé remarquable qui a été diffusé avec l'accord de France Télévisions sur toutes les chaînes publiques et relayé par un bon nombre de chaînes privées. On peut aussi le voir sur des sites Internet. Ce spot met l'accent sur la répétition de la violence éducative de génération en génération.

- Sur le site de la Fondation pour l'enfance, vous pouvez aussi télécharger le dossier de presse de cette campagne, qui fournit un grand nombre de renseignements sur la campagne (dont une description du spot télévisé) et des informations sur la violence éducative, ainsi que plusieurs pages de bibliographie et de liens.


A lire plus bas :
- des commentaires de membres de l'OVEO sur cette campagne,
- une lettre ouverte d'Olivier Maurel à un article très virulent d'une journaliste du
Figaro contre la campagne de la Fondation pour l'Enfance,
- une réponse d'Olivier Maurel à un commentaire de Boris Cyrulnik,
- et, en fin de page mais non moins intéressant : une liste de données chiffrées et d'éléments fournis par des études sur la violence éducative, résumé communiqué par le Dr Lazimi en complément du dossier de presse (non disponible sur le site de la Fondation de l'Enfance).


- A signaler également, une chronique de la psychanalyste Caroline Eliacheff diffusée le 4 mai sur France Culture et qui exprime sans aucune ambiguïté la nécessité d'avancer dans le sens d'un accompagnement des enfants sans violence. Quelques commentaires à propos de cette chronique :

Afficher/Masquer la suite

La chronique de la psychanalyste Caroline Eliacheff est une bonne surprise, puisqu'elle se place plutôt aux côtés de ceux qui dénoncent la violence éducative ordinaire. On peut tout de même observer quelques réserves, notamment quand elle prétend que « plus un seul pédagogue ne défend l'idée que les châtiments corporels sont éducatifs... » et plus loin, après un éloge d'Alice Miller, d'Olivier Maurel et de Jacqueline Cornet, lorsqu'elle affirme qu’« après les psychanalystes, ce sont maintenant les neuroscientifiques qui apportent leur pierre... » Or, il ne nous semble pas aujourd'hui que les psychanalystes, dans leur grande majorité, aient apporté une quelconque pierre à la remise en cause de la violence éducative ordinaire, loin s'en faut.

D’autre part, affirmer que « ceux qui ont été battus régulièrement ne s'en souviennent plus et minimisent considérablement ce qu'ils ont vécu » peut sembler également réducteur et discutable et fait l'impasse sur le cheminement singulier de chacun et la rencontre éventuelle de témoins lucides. Enfin, dernier propos tout à fait étrange : « Ceux qui ont reçu une ou deux gifles dans leur vie s'en souviennent fort bien et approuvent leurs parents... »

Malgré ces quelques réserves, cette chronique va bien sûr dans le bon sens. (Jean-Pierre.)

Un point très positif : la mention des violences verbales et psychologiques, qui sont des formes importantes de violence éducative ordinaire. (Cris.)

- Enfin, vous pouvez lire sur le site du Monde des religions une longue interview d'Olivier Maurel. (Rappelons toutefois que l'OVEO est une association laïque, indépendante de toute confession !)


Réactions de membres de l'OVEO à la campagne de la Fondation de France

Afficher/Masquer la suite

Précisons tout d'abord que nous nous réjouissons de l'existence de cette campagne (voir plus haut les commentaires à propos de la chronique de C. Eliacheff, et ci-dessous l'article d'Olivier Maurel), et que nous sommes conscients que la brièveté du spot télévisé (qui plus est, réalisé bénévolement) ne permet pas de tout dire. Dans l'état actuel de la violence éducative ordinaire en France, tout ce qui peut contribuer à une prise de conscience est "bon à prendre". Les critiques que l'on pourra lire ci-dessous sont donc à prendre dans un esprit constructif. Nous recevrons avec grand plaisir les témoignages de ceux dont cette campagne aura changé le regard qu'ils portent sur leurs enfants et/ou sur leur propre enfance.

Je n'ai pas aimé le spot de la Fondation pour l'enfance.

L'enfant violentée se retrouve seule et ne peut rien comprendre à cette situation. C'est à elle en premier lieu que la grand-mère devrait s'adresser. Non pas en demandant pardon, ce qui est totalement inadéquat, mais en expliquant à l'enfant que rien ne justifie la violence dont elle est victime, qu'elle est désolée d'avoir elle-même rendu sa fille violente. Que va-t-elle réparer en embrassant sa fille et en demandant pardon, sinon sa propre conscience ?

Le message risque d'être compris ainsi :
La plus malheureuse dans cette histoire, c'est la grand-mère.
La maman est bien à plaindre aussi.

C'est une histoire entre adultes.

Seuls peuvent comprendre ceux qui sont convaincus que gifler un enfant est une violence. Les autres trouveront que la mère était énervée, qu'elle a frappé un peu fort, peut-être, mais la pauvre, elle devait être épuisée par son travail… et que l'attitude de la grand-mère est ridicule ou qu'elle demande pardon pour une raison mal définie. (Le commentaire n'est pas assez explicite.) Les gifles se transmettent de génération en génération, et alors, où est le problème si c'est « une bonne chose » ?

P.S. : j'apprécie beaucoup la réponse d'Olivier Maurel à Boris Cyrulnik [voir plus bas].

Françoise Charrasse, thérapeute.


Bien que cela me réjouisse qu'une campagne contre les violences éducatives ordinaires ait été lancée à la télévision, je note cependant quelques lacunes à ce clip vidéo.

D'abord le fait que la grand-mère aille consoler en premier lieu la maman alors que c'est avant tout la petite fille battue et humiliée qui aurait besoin d'être réconfortée. Ce détail est sans doute involontaire, mais il a donné lieu à des railleries à cause de son irréalisme. Par conséquent, je trouve regrettable que ce film ait été réalisé uniquement dans le but de toucher les adultes et non pas les enfants et les adolescents. C'est pourtant, d'après moi, essentiel que les plus jeunes soient sensibilisés à ce problème étant donné que ce sont pour la plupart de futurs parents, et qu'en plus cela peut leur fournir un soutien solide dans la perception de leurs sentiments avant qu'elle ne disparaisse avec l'âge, en d'autres termes, leur servir de témoin lucide et secourable. En effet, les enfants et adolescents sont plus proches de leurs sentiments et émotions ainsi que de leurs souvenirs de maltraitance, il y a donc d'après moi plus de chances que les campagnes de sensibilisation à la violence éducative ordinaire créent une prise de conscience chez eux. Beaucoup d'ados reprochent à leurs parents les mauvais traitements qu’ils leur ont fait subir, puis, une fois devenus adultes, pardonnent et se disent qu'ils les avaient bien mérités, en grande partie parce que la société ne les soutient pas.

Un certain nombre de personnes pensent qu'il faut éviter autant que possible de culpabiliser les parents dans ces campagnes. Je pense que cette peur de culpabiliser provient en grande partie de la peur qu’a le petit enfant de critiquer ses parents, risquant ainsi de perdre leur amour. En effet, qui reprocherait à une campagne contre les violences conjugales d'être trop culpabilisante pour les conjoint(e)s violent(e)s ou dirait que cette campagne n'a pas pour but de culpabiliser ? De plus je trouve un peu hypocrite de dire que ce n'est pas le but de ces campagnes de culpabiliser les parents, étant donné que l'information apportée sera de toute façon culpabilisante si le parent prend conscience que ce qu'il fait est mal, et c'est d'ailleurs grâce à cette lucidité acquise qu'il pourra évoluer dans sa relation avec son enfant et faire le deuil de ce qu'il a perdu.

Extrait du livre Abattre le mur du silence d'Alice Miller (p. 115) :

« Le danger ne vient pas d'individus isolés, même s'ils sont des criminels : il réside bien davantage dans l'ignorance de toute la société, qui conforte ces individus dans les mensonges peu à peu instillés dans l'enfance. Les représentants bien considérés de la société – enseignants, juristes, médecins, travailleurs sociaux, prêtres – protègent les parents contre tout reproche de l'enfant maltraité, et mettent sous le boisseau la vérité sur les mauvais traitements infligés aux enfants. »

Cette campagne a en tout cas le mérite d'avoir fait parler d'elle et de relancer le débat sur les violences éducatives, notamment les châtiments corporels.

Sandrine


[…] dans un premier temps cette vidéo m'a beaucoup touchée. Parce que j'aurais pu être cette mère. J'aurais aussi aimé la voir lorsque j'étais petite fille, peut-être aurais-je pu comprendre ainsi que ce n'était pas parce que j'étais méchante que maman me tapait.

Une chose me gênait cependant : il n'y a que des femmes (où sont les hommes/pères ? La violence serait-elle donc une affaire de femmes ?).

Maintenant, avec du recul, je rejoins l'avis de Françoise [voir plus haut]. Oui c'est la petite fille qui aurait eu d'abord besoin d'être consolée, prise en considération pour le traumatisme qu'elle vit.

Moi j'ai cheminé, donc je comprends. Mais effectivement, qu'en est-il des autres, ceux pour qui est faite la vidéo, en quelque sorte ?

Muriel


Lettre ouverte à Natacha Polony

Ci-dessous la réponse d’Olivier Maurel, fondateur de l’OVEO, à Mme Natacha Polony, journaliste et essayiste spécialisée sur les questions d’éducation (cela laisse songeur !), auteur d’un article virulent intitulé « SOS Enfants battus… et société à la dérive » contre la campagne de la Fondation pour l’Enfance, qualifiée de « campagne de publicité matraquée »…

Afficher/Masquer la suite

Sur son blog du Figaro, Natacha Polony s’en est prise longuement à la campagne de la Fondation pour l’enfance.

Je ne vais pas répondre à toutes ses critiques, qui ne sont souvent que celles qu’on retrouve partout. Natacha Polony a vraisemblablement reçu comme presque tout le monde des claques et de fessées, et elle est donc victime, comme malheureusement la majorité des Français, d’un des plus durables effets de ces punitions : elle trouve normal et éducatif de frapper un enfant. Elle ne se rend pas compte du fait que si elle avait reçu des coups de bâton dans une société où l’on traite couramment les enfants de cette façon, par exemple la société française jusqu’au XIXe siècle environ, elle défendrait avec la même conviction la bastonnade. Et ceux qui souhaiteraient l’interdire lui
paraîtraient de dangereux idéalistes.

Pourtant, Natacha Polony est certainement convaincue que le premier principe de la morale à enseigner aux enfants est de « ne pas faire à autrui ce que l’on ne veut pas qu’il nous fasse ». Elle est certainement convaincue aussi qu’il est lâche pour un être fort de frapper un être faible. Mais il lui est impossible d’appliquer ces deux principes à l’éducation des enfants, parce que les coups qu’elle a probablement reçus de ses parents qu’elle aimait et à qui elle était attachée comme le sont, vitalement, tous les enfants dans leur jeune âge, celui où on commence à recevoir des fessées, ont fixé en elle la certitude que ses parents avaient raison de la frapper. Et, en l’absence d’une prise de conscience approfondie, il est difficile de revenir sur cette conviction.

Je ne relèverai donc que trois ou quatre points dans son argumentation.

Natacha Polony commence par rappeler l’incident récent de la paire de gifles donnée par le député-maire Jérôme Cahuzac à un jeune homme d’une vingtaine d’années qui le défiait et le tutoyait publiquement. Naturellement, Natacha Polony attribue l’attitude du jeune homme à « l’absence d’éducation et de règles » et, sous-entendu dans le contexte de son article, à toutes les claques bien méritées que ce jeune homme n’a pas reçues dans son enfance. Pourtant, quand on a passé 37 ans dans l’enseignement (et non dix mois, comme Natacha Polony), on remarque tout de suite un indice qu’elle donne elle-même, et qui laisse supposer, au contraire, que ce jeune homme en a reçu beaucoup. En effet, dit-elle, le jeune homme est parti « sans réclamer son reste ». Contrairement à ce que l’on croit, les élèves les plus perturbateurs en classe sont le plus souvent ceux qui ont reçu force claques et qui ont pris l’habitude de n’obéir qu’à ce signal venant de quelqu’un qui représente l’autorité à leurs yeux, comme leurs parents. Habitués à recevoir des claques ou autres punitions
corporelles de leurs parents, ils ne se soumettent qu’aux claques et font de la provocation jusqu’à ce qu’ils en reçoivent. Il faut beaucoup de patience pour les convaincre qu’il existe d’autres comportements possibles. De plus, les violences et les humiliations qu’ils ont subies les poussent à imposer à ceux qu’ils côtoient le même genre de rapports de violence, d’où les comportements de provocation qui ont motivé les claques du député.

Natacha Polony est également très choquée qu’on puisse penser que « c’est bien l’adulte qui est coupable de la violence du jeune, lui qui a voulu le corriger d’une gifle ; c’est bien le parent qui est coupable, lui qui a donné une fessée ». Mais, qu’elle le veuille ou non, elle pourra difficilement nier le fait que ce qui exerce l’influence la plus forte sur les enfants, ce ne sont pas les mots ni les punitions, mais l’exemple du comportement de leurs éducateurs. C’est déjà vrai chez les animaux qui apprennent les comportements qui leur seront utiles en imitant leurs parents et les adultes qui les
entourent. Donc, coupable ou non, et qu’il le veuille ou non, un parent qui frappe son enfant lui donne, et cela à de nombreuses reprises au cours de son enfance, l’exemple même de la violence et, qui plus est, de la violence du fort sur le faible. Or, on sait aujourd’hui, depuis les découvertes de Giacomo Rizzolatti, directeur du département de neurosciences de l’université de Parme, que nous
avons tous dans le cerveau des neurones que Rizzolatti a nommés « neurones miroirs » qui enregistrent tous les comportements dont nous sommes témoins et nous donnent le réflexe de les imiter. Bref, on ne peut que conseiller à Natacha Polony de s’informer sérieusement sur les effets de la violence éducative plutôt que d’énoncer des lieux communs.

Elle écrit ensuite : « Pour un peu, on nous expliquerait que les guerres n’existent que parce que des parents ont donné quelques tapes sur les fesses rebondies de leurs gamins effrontés. » Comme Natacha Polony a la science infuse, elle n’a évidemment pas besoin de s’informer sur un sujet pour pouvoir en parler. Si toutefois elle avait été un peu moins sûre d’elle-même, et si elle s’était un peu informée, elle aurait appris que ce ne sont pas « quelques tapes » que la majorité des enfants ont reçues depuis cinq mille ans qu’on les frappe, mais des coups de bâton, de fouet, de toutes sortes d’objets contondants, que cela ne s’est atténué dans quelques pays européens, dont la France, que depuis un siècle et demi environ, mais que, dans la majorité des pays du monde, la bastonnade est encore considérée comme normale et éducative, y compris dans une vingtaine d’Etats des Etats-Unis où l’on continue (à l’école !) à fesser les enfants à coups de palette. Les conséquences d’un tel traitement sur les enfants sont de deux ordres. Ils ont appris d’une part, comme on l’a vu plus haut, que la violence est la réaction normale en cas de conflit ; et d’autre part, ils ont appris à se soumettre non pas à la loi ni à leur conscience, mais à la violence et aux leaders violents en qui ils retrouvent des images de leurs parents. Or, que faut-il pour faire des guerres ? Des hommes prêts à recourir à la violence et à se soumettre à des leaders agressifs. Il n’est donc pas étonnant que l’histoire de l’humanité ait été un tissu de guerres, de massacres de gens sans défense et de génocides sur le modèle de la violence du fort au faible. Elle aurait appris aussi que tous les dictateurs du XXe siècle, qu’il s’agisse de Hitler, Staline, Mao, Ceausescu, Saddam Hussein, Amin Dada, ont eu une enfance ravagée par la violence de leurs parents ou de leurs éducateurs, et que les peuples sur lesquels ils ont pris le pouvoir recouraient à des méthodes d’éducation autoritaires et violentes, méthodes qui les ont préparés à la fois à la violence et à la soumission à la violence.

Pour Natacha Polony, dénoncer les fessées et les gifles serait le meilleur moyen de laisser les parents maltraitants « agir en toute impunité ». Mais ce que sa science infuse ne lui a pas permis de savoir, c’est que la plupart des cas de maltraitance commencent par des fessées et des gifles. Comme, au bout d’un moment, celles-ci s’avèrent inefficaces, notamment lorsque l’enfant est capable de répondre « Même pas mal ! », il faut augmenter la dose. Et plus cette habitude est prise, plus les coups risquent d’être fréquents, plus l’enfant peut provoquer, et ainsi de suite. Personne n’est à l’abri de ce type d’escalade, surtout lorsqu’on a soi-même été maltraité. Ainsi, contrairement à ce que dit Natacha Polony, c’est en luttant contre la violence éducative ordinaire qu’on lutte le mieux contre la maltraitance.

Il paraît aussi, selon Natacha Polony, que « cette obsession contre la fessée, rebaptisée “violence éducative”, ou même “châtiment corporel”, est une vieille lune de quelques militants forcenés ». Reconnaissons qu’elle a raison sur un point : les militants contre la fessée ne sont pas très nombreux, exactement comme ont été longtemps très peu nombreux les militants contre l’esclavage, contre la peine de mort, pour le vote des femmes, contre la violence conjugale, contre la torture, et, en Afrique, contre l’excision. Et ils ont tous été probablement traités de « militants forcenés » et en tout cas de dangereux idéalistes. Quant aux « vieilles lunes », non ! Là, Natacha Polony se trompe. Les premiers proverbes recommandant de frapper les enfants datent de 5 000 ans et leur version orale est sans doute beaucoup plus ancienne. Et les premiers auteurs qui aient demandé qu’on cesse de les battre (Quintilien et Plutarque) n’apparaissent qu’au premier siècle après Jésus-Christ. En matière de « vieilles lunes », madame Polony, vous avez nettement l’antériorité ! Et quant aux “militants forcenés” contre la violence faite aux enfants, on trouve parmi eux Victor Hugo, Michelet, Jules Vallès, Janusz Korczak, Maria Montessori, Célestin Freinet, Nelson Mandela, Alice Miller, qui sont, madame Polony, je vous l’assure, d’assez bonne compagnie.


Réponse d'Olivier Maurel à Boris Cyrulnik

Un des commentaires critiques les plus étonnants concernant la campagne de la Fondation pour l'enfance est celui de Boris Cyrulnik. Dans une interview donnée à l'AFP le 27 avril 2011, donc le jour même de la présentation de la campagne à la presse, Boris Cyrulnik juge de façon catégorique cette campagne, qu'il considère de très haut comme « naïvement bien intentionnée » et « maladroite ».

Afficher/Masquer la suite

D'après lui, elle va « culpabiliser les parents ». Ce n'est vraiment pas l'impression qu'on a quand on lit les commentaires sur la campagne dans les multiples forums sur Internet où on en discute. On y voit au contraire partout s'afficher la bonne conscience des partisans de la gifle et de la fessée qui trouvent qu'on n'en donne pas assez. D'autre part, il me semble normal de se sentir coupable si on s'est laissé aller à frapper une personne humaine, et à plus forte raison un enfant. C'est tout simplement le signe qu'on a une conscience.

Mais la suite des propos de Cyrulnik est encore plus étonnante : « Il faut rechercher les causes de la fessée. C'est toujours soit un désarroi parental, soit un trouble du développement de l'enfant. » Il faut vraiment ne s'être jamais informé sérieusement sur la violence éducative pour tenir de tels propos.

Les deux raisons principales pour lesquelles depuis des millénaires on frappe les enfants n'ont rien à voir avec ce qu'affirme Boris Cyrulnik.

On frappe les enfants d'abord parce qu'on croit qu'il faut les frapper, comme en témoignent une multitude de proverbes dans tous les pays, dont le plus connu est « Qui aime bien châtie bien ». Et pour s’apercevoir que cette cause est toujours active, il suffit de lire les commentaires des internautes sur la campagne, d'après lesquels toutes les incivilités attribuées à la jeunesse actuelle viendraient de ce qu'on ne frappe plus assez les enfants.

La seconde raison pour laquelle on frappe les enfants est précisément celle que dénonce la campagne : la répétition de génération en génération. Quand on a été frappé, la première chose que notre corps apprend, c'est à frapper, par simple mimétisme. On peut ensuite se raisonner et s'interdire de frapper, mais le geste a été enregistré très tôt par nos neurones miroirs et reste dans notre corps, tout prêt à être reproduit. C'est ce que nous ressentons quand nous disons que « la main nous démange ».

Ce qu'il y a de nouveau actuellement, c'est que depuis quelques dizaines d'années, dans les pays européens, le niveau de violence des coups donnés aux enfants a baissé. Alors que la violence éducative ordinaire incluait jusqu'au XIXe siècle, en plus des gifles et des fessées, les coups de bâton et de ceinture et d'autres punitions très violentes, on s'est mis heureusement, grâce à l'influence de quelques pionniers de l'éducation, à considérer comme maltraitance l'emploi du bâton et de la ceinture, tout en continuant à trouver le martinet « normal » jusqu'à il y a une trentaine d'années. Aujourd'hui, en général, ne sont plus considérés comme « éducatives » que les gifles et les fessées. Bon nombre de parents ont commencé à prendre conscience aussi qu'il n'était pas plus normal de gifler et fesser un enfant que d'infliger le même traitement à un adulte. Mais comme, à cause du mimétisme de ce qu'on a subi, il est difficile de ne pas le reproduire, beaucoup de parents sont effectivement en désarroi parce que le réflexe de fesser ou gifler leur revient contre leur volonté. Autrement dit, contrairement à ce que dit Cyrulnik, ce n'est pas le désarroi qui produit la fessée, c'est bien plutôt la fessée qui produit le désarroi chez les parents conscients de sa nocivité.

Quant à l'explication de la fessée par les « troubles de développement de l'enfant », quand on sait que 85 % des enfants français subissent gifles et fessées, on se demande bien à quelle fraction de ce pourcentage Boris Cyrulnik attribue les « troubles du développement » qui provoqueraient les fessées parentales.

Cyrulnik poursuit : « Donc je pense qu'il faut entourer les parents au lieu de diminuer leur autorité en signifiant aux enfants : “Vos parents n'ont pas le droit de vous toucher.” »

Ce n'est certainement pas nous qui contesterons la nécessité d’« entourer », de soutenir les parents. Mais ce n'est pas en continuant à considérer comme éducatives les gifles et fessées qu'on les aide à maintenir leur « autorité ». Si ce mot a un sens, il désigne l'influence positive que les parents peuvent avoir sur les enfants pour les aider à devenir eux-mêmes et à déployer tout leur potentiel d'humanité. Or, les fessées et les gifles, qui enseignent la violence du fort au faible, ne contribuent en rien à cette forme d'autorité.

« Il faut bien sûr éviter les violences éducatives, mais ce n'est pas en faisant une loi qu'on pourra y travailler. »

Si une loi est nécessaire pour interdire la violence éducative, c'est précisément parce que nous l'avons presque tous subie et que les schémas qu'elle a mis en place dans nos neurones nous amènent à la reproduire, exactement comme au XIXe siècle, et dans beaucoup de pays du monde aujourd'hui encore, on reproduit ou reproduisait sur ses enfants les coups de bâton subis dans l'enfance. Pour mettre un coup d'arrêt à cette chaîne de violence, il faut une loi émanant d'une autorité supérieure à celle des parents, et qui dise clairement qu'on ne doit faire violence à aucune personne humaine, à plus forte raison une personne humaine en formation.

« L'interdit chez l'enfant est une fonction structurale majeure. Plus l'interdit est énoncé, moins on a besoin de violence physique », ajoute Boris Cyrulnik.

Il est évident qu'on ne peut et qu'on ne doit pas tout permettre aux enfants. Mais accorder à l'interdit « une fonction structurale majeure », c'est faire passer au second plan la tendresse, la protection, la bienveillance, la confiance et bien d'autres formes de relations infiniment plus « structurantes » que l'interdit.

Quand Cyrulnik ajoute qu’« autrefois, un simple froncement de sourcil permettait de se faire obéir de l'enfant » et qu’« actuellement il n'y a plus d'autorité paternelle et [que] le recours à la violence devient un substitut très maladroit » , il oublie de dire que derrière le « froncement de sourcil », dans la plupart des cas, il y avait la menace des coups qui, tous les proverbes anciens le disent, étaient inséparables de l'autorité paternelle. Nos gifles et nos fessées ne sont pas « un substitut » d'une autorité défaillante, mais le résidu d'une méthode d'éducation au moins cinq fois millénaire qui a fait de l'humanité l'espèce animale la plus violente de la planète en dressant les enfants à la violence dès le plus jeune âge.

Olivier Maurel


Campagne de la Fondation pour l'Enfance

Quelques données chiffrées et des éléments résumant quelques études

Afficher/Masquer la suite

EN FRANCE : Très peu d’études sur les violences éducatives ordinaires, considérées comme un non-sujet !!!
2006 Union des familles européennes
85 à 87% des grands-parents et parents déclarent avoir recours aux punitions corporelles

AU CANADA : En 2002 50% des parents déclarent qu’ils ont eu recours à des punitions corporelles (sous déclaration)
En Ontario 85% déclarent des gifles et des fessées et 20% AVEC OBJET
59% de mères d’enfant d’âge préscolaire DÉCLARENT AVOIR eu recours à des punitions corporelles dans les deux semaines précédentes
Les punitions corporelles touchent le plus souvent des enfants d’âge préscolaires
70% des parents d’enfants de 3 à 5 ans québécois déclarent avoir eu recours à des punitions corporelles
49% des parents d’enfants de moins de deux ans déclarent avoir eu recours à des punitions corporelles dans les douze mois précédents

Facteurs de risques du recours aux punitions corporelles ?
Colère parentale, absence de maîtrise de l’adulte
Antécédents de punitions corporelles dans l’enfance et l’adolescence
Approbation et justification des violences subies pendant l’enfance
Systèmes de croyances parentales :
Interprétation par les parents de l’inconduite des enfants comme intentionnelle et grave, comme un défi (défi d’un enfant de 6 mois !, d’un enfant d’un an !, défi d’un enfant de 2 ans !)
L'approbation de l’utilité des punitions corporelles est le facteur le plus important, plus que la colère, l’humeur
Pas de différence selon le sexe des parents
Pas d'incidence du niveau d’éducation (études contradictoires)
Âge des parents indifférent, pas de lien
Dépression des parents : davantage de recours aux punitions corporelles
Stress des parents

RISQUES DES PUNITIONS CORPORELLES :
majeurs pour le bien-être des enfants et des adolescents

Blessures infligées à l’enfant :
Au Canada représente les deux tiers des mauvais traitements physiques
Bien que l’intention des parents soit de protéger, les parents utilisant ces punitions corporelles les blessent
Plus le parent approuve les punitions corporelles, plus durement il les administre
Plus la fréquence des punitions corporelles même légères est fréquente, plus le risque est grand que l’enfant subisse de traitements très violents

Relation parent–enfant :
Sentiments de peur, d’anxiété, d’insécurité et de colère chez l’enfant
Appauvrissement de la relation parent–enfant et détachement de l’enfant très jeune
Plus les parents frappent, moins ils parlent

Facteur de mauvaise santé mentale des enfants
Ces enfants sont plus souvent sujets à dépression, tristesse, anxiété, sentiment de désespoir
Raisonnement et résolution des problèmes
Les enfants sont moins susceptibles d’intérioriser les valeurs morales que les enfants indemnes de punitions corporelles. Moindres résistances à la tentation, des qualités moindres d’altruisme, d’empathie et de jugement moral

Comportement de l’enfant
Constamment relié à une augmentation des comportements agressifs des enfants
Plus de tendance de passage à l’acte, plus de risque d’agression des frères et soeurs, des parents et des pairs
Plus de risques de comportements à risque, agressifs ou délictuels à longue échéance pour ces enfants

Adaptation à l’âge adulte
Conséquences durables à l’âge adulte
Agressivité, comportements anti sociaux
Taux plus élevé d’agressivité à l’âge adulte
Taux plus élevé de conduites délictuelle à l’âge adulte
Taux plus élevé de violences envers ses enfants ou son conjoint
Plus de dépression, addiction
Plus grande tolérance à la violence
Approbation et justification des punitions corporelles (secouer, frapper avec une ceinture) ou plus grave (brûlures, attacher quelqu’un) deux à trois fois plus importante quand on a été soumis enfant à ce type de punitions corporelles
Les comportements violents sont perçus comme normaux s'ils ont été présents plus tôt dans l’enfance

Quels avantages de telles pratiques :
Punitions corporelles et obéissance immédiate ?
A court terme : oui
A long terme : non
Efficacité pour accroître l’obéissance : douteuse
En moyenne il faut huit fessées pour faire obéir sur une brève période un enfant
Risque d’escalade