Il est urgent de promouvoir la culture du respect de l’enfant comme “ultime révolution possible” et comme élément fondamental de transformation sociale, culturelle, politique et humaine de la collectivité.

Maria Rita Parsi, psychologue italienne.

Géographie de la VEO

Quel est l'état du monde en matière de violence éducative ?

Presque partout dans le monde, les enfants subissent quotidiennement des coups ou d'autres punitions corporelles, dans leur famille et à l'école. Ils vivent constamment sous la menace de ces coups, y compris ceux qui parviennent à leur échapper, cela dès leurs premières années et parfois jusqu'à leur majorité et au-delà.

Dans la plupart des pays, le fait de battre les enfants est admis, quand il n'est pas conseillé ou même enjoint aux parents par leur religion, leurs coutumes ou des proverbes ancestraux. Les services sociaux n'interviennent en général (quand quelqu'un les alerte et quand ils interviennent !) que lorsque les coups ont laissé des traces très visibles, des lésions, des blessures, ou ont tué l'enfant. Les châtiments corporels, surtout ceux qui sont infligés dans les familles, sont soumis à un tabou encore plus rigoureux que l'inceste ou les abus sexuels. Les premiers rapports des Etats qui ont été soumis au Comité des droits de l'enfant de l'ONU traitaient en général de l'inceste, mais « oubliaient » souvent les punitions corporelles.

Le premier tableau de l'état du monde en matière de violence éducative(1) est loin d'être complet et nous comptons sur les visiteurs de ce site pour nous aider à en combler les lacunes. Mais il donne déjà un aperçu de l'importance du phénomène de la violence éducative et de son intensité dans la plupart des pays. Il sera mis à jour chaque fois que nous disposerons d'informations nouvelles sûres. Merci à tous les visiteurs du site qui nous aideront dans cette tâche.

Si vous nous envoyez des informations, merci de nous envoyer autant que possible des coupures de presse en n'oubliant pas de mentionner le titre de la publication d'où elles sont extraites et sa date de parution.

Des statistiques (avec date et source) sur la pratique de la violence éducative, des informations juridiques sur le degré de tolérance des différentes législations et leur éventuelle évolution à l'égard de la violence éducative nous seront particulièrement utiles.

Toutes ces informations peuvent nous être envoyées par courriel à contactez_nous@oveo.org ou, pour les coupures de presse, par la poste, à l'adresse : Observatoire de la violence éducative ordinaire, c/o Olivier Maurel, 1013C, Chemin de la Cibonne, 83220 Le Pradet (France).

Note 1 : La plus grande partie de ce texte est tirée du livre d'Olivier Maurel La Fessée, questions sur la violence éducative, réédition La Plage, 2004, pp. 85-116. Dans cette partie, sauf indication contraire, « le Comité » désigne le Comité des droits de l'enfant des Nations unies, les séances et sessions sont celles de ce Comité, où le délégué de chaque Etat présente son rapport. En principe, tous les Etats doivent remettre tous les cinq ans un rapport au Comité des droits de l'Enfant. Dans ce texte, il s'agit donc le plus souvent des rapports des années 1990 à 2004. Des mises à jour ont été faites pour les pays ayant voté des législations jusqu'en 2008. Cependant, les législations de certains pays évoluent de mois en mois. Comme nous ne pouvons pas toujours inclure les modifications dans cette « Géographie », on pourra se reporter à l'article « Liste des pays abolitionnistes », que nous complétons en général plus rapidement.