Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même. Ils viennent à travers vous et non pas de vous. Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Khalil Gibran, extrait du recueil Le Prophète.

Pays abolitionnistes

(mis à jour de la page : octobre 2018)


Dans cette partie, quelques articles concernant les pays qui ont interdit par une loi les punitions corporelles et toutes formes de traitement dégradant. Découvrez la liste actualisée des pays abolitionnistes.

Impact positif du vote de la loi sur la société dans les pays abolitionniste

Impact positif n°1 : la violence dans la famille baisse

Des études menées sur différentes périodes montrent que la fréquence et le degré de brutalité des violences à enfants ont considérablement diminué en Suède au cours des deux dernières générations. Une part importante des femmes devenues mères dans les années 1950 frappaient leur enfant au moins une fois par semaine (exemple : 55 % des mères de filles de 4 ans, 20 % des mères de fils de 8 ans)1. Dans cette génération, 13 % des mères d'enfants de 3 à 5 ans se servaient d'objets pour frapper leur enfant.
À l'inverse, 86 % des jeunes nés dans les années 1980 disent n'avoir jamais reçu de punition corporelle2. Parmi ceux qui ont été frappés, une très grande majorité disent que ce n'est arrivé qu'une ou deux fois dans leur enfance3. Pratiquement aucun enfant n'est frappé avec des objets aujourd'hui en Suède.

Aujourd’hui, les parents ne pensent même plus à recourir à la tape pour modifier le comportement de leur enfant : ils passent par le dialogue.

Impact positif n°2 : une jeunesse épanouie

Ce que nous disent les études réalisées dans plusieurs pays ayant légiféré :

En Suède4

  1. Entre 1982 et 1995, les « mesures obligatoires » ont diminué de 46% et les « placements en foyer » de 26%.
  2. Le pourcentage des jeunes de 15 à 17 ans condamnés pour vol a diminué de 21% entre 1975 et 1995.
  3. La consommation de drogue et d'alcool, les agressions envers les jeunes enfants et les suicides ont aussi baissé.

En Finlande, une étude a constaté que la baisse des punitions physiques a conduit à une baisse similaire du nombre d'enfants qui ont été assassinés.5

En Allemagne, la diminution des châtiments violents des enfants a été liée à une diminution de la violence par les jeunes à l’école et ailleurs, et à la réduction de la proportion de femmes victimes de blessures physiques dues à la violence domestique.6

Impact positif n°3 : l’opinion publique est rapidement convaincue de ses bienfaits

La Suède a aboli les châtiments corporels en 1979 malgré 70 % d’avis défavorables dans la population ; aujourd’hui, 92 % de la population approuve cette loi.

Dans les pays ayant voté la loi depuis deux générations, la plupart des parents ne pensent même plus à recourir aux tapes, gifles et fessées, ce n’est plus dans leur culture.

Études sur les conséquences d'une loi d'interdiction

La SUÈDE et les PAYS SCANDINAVES ont été pionniers en matière d'interdiction de la violences ordinaires infligées aux enfants. Voici quelques articles pour en découvrir un peu plus sur leur longue expérience :

La NOUVELLE-ZÉLANDE est le premier pays anglophone à avoir interdit les punitions corporelles par une loi. Dans l’article qui suit, on voit que le vote d’une loi ne suffit pas en soi à modifier les comportements, mais qu’il s’agit d’une lente évolution qui peut toujours être remise en cause :



 

  1. Stattin, H., Janson, H., Klackenberg-Larsson, I., & Magnusson, D. (1995). ACorporal punishment in everyday life: An intergenerational perspective. (J. McCord, ed.) Pp 315-347. Cambridge University Press; Cambridge. []
  2. Janson, S. (2001). Barn och Misshandel. A Report to the Swedish Governmental Committee on Child Abuse and Related Issues. Statens Offentliga Utredningar; Stockholm. []
  3. SCB (1996). Spanking and Other Forms of Physical Punishment: Study of Adults and Middle School Students - Opinions, Experience, and Knowledge. Demografiska Rapporter, 1.2. []
  4. Durrant, J. (2000), A Generation Without Smacking : the impact of Sweden’s ban on physical punishment, Save the Children. []
  5. Österman, K. et al (2014), “Twenty Eight Years After the Complete Ban on the Physical Punishment of Children in Finland : Trends and Psychosocial Concomitants”, Aggressive Behaviour, 9999, 1-14. []
  6. Pfeiffer, C. (2012), “Weniger Hiebe, mehr Liebe. Der Wandel familiärer Erziehung in Deutschland”, Centaur, 11 (2), 14-17, cited in Pfeiffer, C. (2013), Parallel Justice – Why Do We Need Stronger Support for the Victim in Society ?, Address at the closing plenary session of the 18th German Congress on Crime Prevention, April 23, 2013 []