Vous dites : « C’est épuisant de s'occuper des enfants.» Vous avez raison. Vous ajoutez : « Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. » Là, vous vous trompez. Ce n'est pas tant cela qui fatigue le plus, que le fait d'être obligé de nous élever jusqu'à la hauteur de leurs sentiments. De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

Janusz Korczak, Quand je redeviendrai petit (prologue), AFJK.

Votre bibliothèque de quartier : un lieu où agir facilement contre la VEO

bibliothèque municipaleNous vous proposons ici une action modeste, concrète, ultrasimple à réaliser, gratuite, qui demande très peu de temps, et permet de toucher des personnes que vous ne connaissez pas et qui ne sont peut-être en rien sensibilisées à la violence éducative ordinaire (VEO). Il s'agit tout simplement de proposer à votre bibliothèque de quartier d'acquérir un livre qui parle de la VEO ou des châtiments corporels.

Sensibiliser autour de soi à l'existence même de la VEO et à ses lourds impacts sur les enfants, les adultes qu'ils deviendront et la société dont tous font partie peut parfois sembler difficile ou délicat. Comment ne pas froisser voire blesser ses proches ou ses connaissances ? Comment diffuser le message hors du cercle des convaincus ?

Un rayon « éducation » souvent peu (et mal) fourni

Il est probable que, dans votre bibliothèque comme dans la plupart, il existe un rayon, en général peu fourni, consacré à l'éducation des enfants. Il est probable aussi qu'il n'inclut aucun livre traitant principalement (ou même ne faisant qu'évoquer) la VEO et/ou les châtiments corporels1.

Il est donc probable aussi que faire intégrer un livre sur la VEO à ce rayon l'amènera entre les mains de parents qui n'en auraient pas eu connaissance sans cela ou qui n'auraient pas fait la démarche de l'acheter ou d’en demander l’acquisition à la bibliothèque, en particulier de futurs ou jeunes parents en recherche de réponses à leurs multiples questionnements sur leurs nouvelles responsabilités de parents. Le moment idéal pour faire passer, et pour recevoir, des messages clés sur l'éducation de jeunes enfants.

Proposez l'acquisition d'un livre qui parle de la VEO et/ou des châtiments corporels

Les bibliothèques de quartier proposent très souvent à leurs abonnés de faire part de leurs souhaits d'acquisition de nouveaux livres. En général, il suffit d’écrire les références du livre souhaité dans un cahier mis à disposition du public, ou autre dispositif équivalent.

Commencez par vous assurer que le livre que vous pensez proposer n'est pas déjà présent au catalogue de votre bibliothèque et qu'il n'est pas non plus en cours d'acquisition – ce que vous pouvez vérifier auprès d'un-e bibliothécaire.

Discutez avec votre bibliothécaire pour savoir quelle est la politique d'acquisition de votre bibliothèque. Souvent, les livres récents (année en cours et année précédente, parfois un peu plus) sont privilégiés, voire les seuls pour lesquels une demande d'acquisition a de bonnes chances d'aboutir.

Évitez de demander l'achat de plusieurs livres à la fois, pour ne pas donner l'impression de vouloir « orienter » le fonds de la bibliothèque dans un certain sens. Votre proposition sera certainement mieux écoutée si elle peut être considérée comme une demande personnelle de lecteur. Il sera toujours temps de formuler un nouveau souhait quelques semaines ou quelques mois plus tard !

Proposez en priorité à votre bibliothèque l'acquisition de l'un de ces 3 livres :

- Muriel Salmona, Châtiments corporels et violences éducatives - Pourquoi il faut les interdire en 20 questions-réponses, Dunod, 2016.

- Olivier Maurel, La Fessée, questions sur la violence éducative, La Plage, 2015, 3ème édition du livre initialement paru en 2001, puis 2004.

- Alice Miller, C'est pour ton bien : Racines de la violence dans l'éducation de l'enfant, Aubier, 1985, réédité au format poche en 2015 chez éditions Flammarion.

N’hésitez pas à consulter la rubrique Livres et les autres articles du site de l’OVEO pour des idées complémentaires.

Faites partager vos coups de cœur

Certaines bibliothèques donnent la possibilité aux usagers de partager leurs coups de cœur, qui peuvent être publiés sur le site de la bibliothèque ou imprimés et collés sous forme de fiche sur la couverture du livre ou du DVD. Une fois que votre bibliothèque aura acheté le livre que vous aurez recommandé, renseignez-vous pour savoir si elle propose cette possibilité : un livre recommandé par un lecteur a de bonnes chances d’attirer l’attention d’autres usagers et d’être plus emprunté.

Enfin, vous pouvez proposer à votre bibliothèque d’organiser une exposition sur le thème de la violence éducative ordinaire (ou de l’éducation en général) et suggérer une liste de livres à cet effet. Les bibliothèques municipales ou de quartier peuvent toujours faire venir de la bibliothèque centrale de prêt du département ou de la ville les ouvrages qui ne figurent pas dans leur fonds.

À vous de jouer !


  1. Souvent aussi, une grande partie des livres sur l’éducation disponibles dans les bibliothèques véhiculent une vision traditionnelle démentie par les recherches les plus récentes, et recommandent des formes de punition et de contrôle. []